“Une toiture qui vit !”

Monique L.G. et Mimi M. enquêtent auprès du chaumier Erwan Le Goff.

C’est l’association Gwarez-ar-Glad de gestion et d’animation du four à pain  de Keristenvet qui est à l’origine de ce chantier. En plus de la fabrique du pain lors de la saison estivale, de la fabrique de pâté et de la mise à disposition du four à qui veut cuire son riz au lait, elle investit cette année dans la réfection de la toiture en chaume du bâtiment. Sur place, on rencontre Erwan Le Goff, chaumier de Combrit, qui nous parle de son métier.  Il s’est formé auprès d’un confrère et aujourd’hui, cela fait 10 ans qu’il exerce. Ils sont 6 chaumiers sur le Finistère. Lui, parcourt la Bretagne et les Pays de la Loire toute l’année pour réaliser des toits de chaume, et le travail ne manque pas. Pour le four à pain, on l’a rappelé car il avait réalisé le toit de la grange. Le faîtage végétalisé en gazon sera posé en fin de semaine et le chantier sera donc terminé à la fin du week-end après un mois de travail.

Alors quelles sont les qualités du chaume ? Matériau naturel et écologique, le chaume est un très bon isolant thermique. Ainsi selon Erwan Le Goff une toiture de chaume se suffit à elle-même, pas besoin de la coupler avec un autre système d’isolation. Pour la toiture du four à pain, c’est du chaume de Camargue, coupé de cette année qui est utilisé. 100% étanche, un toit de chaume a une durée de vie d’une trentaine d’année avec un entretien régulier, nettoyage du toit tous les 3 à 5 ans et intervention sur les parties abîmées tous les 10 ans. Un chantier en chaume est cependant plus onéreux qu’une traditionnelle couverture en ardoise, il faut compter 87 à 90 € le m2. Du chaume pour qui ? La majorité de la clientèle d’Erwan le Goff fait de la rénovation. Depuis 7 ans, il n’est intervenu sur du neuf qu’à deux occasions. Ce sont les qualités isolantes et “authentiques” du chaume qui poussent cette clientèle, plutôt aisée, à faire ce choix.

Vues du chantier du four à pain de Kéristenvet



Citer ce billet
laurewelschen (2011, 24 février). “Une toiture qui vit !” Plozarch. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sw8p

Une réflexion sur « “Une toiture qui vit !” »

  1. Dans le film de Robert et Monique Gessain, une petite séquence montre un chaumier en plein travail. Je me suis toujours demandé s’il s’agissait, comme pour d’autres séquences, d’une reconstitution pour illustrer le savoir-faire de métiers ruraux en voie de disparition. Ou si, au contraire, cette intervention n’avait rien à voir avec une demande expresse des chercheurs. Aussi, une question : réfectionnait-on toujours les toits en chaume à Plozévet dans les années soixante ? Qui peut nous éclairer ? Selon mes souvenirs, il y avait bien encore quelques toits en chaume sur de petits appentis, mais jamais sur des maisons d’habitation. On pouvait aussi voir des couvertures en balais de genêt. Ma mémoire est-elle abusée par le rappel de ce que j’aurais pu observer dans d’autres régions ?

Les commentaires sont fermés.