À propos de la sauvegarde du patrimoine immatériel

Les 13 et 14 janvier dernier, se sont tenues à Rennes deux journées de formation sur la notion de patrimoine culturel immatériel. Coorganisées par l’université de Rennes 2, l’IUP de Lorient et l’association Dastum, ces journées étaient ouvertes à tous, étudiants et bénévoles de différentes associations. Après les Rencontres du patrimoine immatériel de Bretagne des 12 et 13 décembre 2008, qui avaient appelé à sauvegarder le patrimoine culturel breton, les initiatives se sont multipliées. La notion de patrimoine immatériel mobilise de plus en plus d’acteurs, dont les universitaires. Ainsi, le CERHIO va organiser le 29 mars, une journée d’étude sur “Transmission et éducation au patrimoine culturel immatériel de la Bretagne à l’International”. Surtout, l’association DASTUM, militant pour la reconnaissance des éléments fondamentaux du patrimoine breton, finalise les dossiers pour inscrire au patrimoine immatériel mondial :

  • le fest noz“, sur la  liste représentative du patrimoine de l’humanité (dépôt du dossier en mars 2011) ;
  • les chants à écouter de Bretagne“, sur la liste de sauvegarde d’urgence (dépôt du dossier en mars 2011) ;
  • “les Jeux et sports traditionnels bretons”, sur la liste de sauvegarde d’urgence (projet 2011-2012).

Il s’agit donc de sauvegarder et de promouvoir certaines pratiques culturelles traditionnelles, leur reconnaissance officielle par l’UNESCO leur conférant une notoriété internationale, dans le cadre de sa Convention sur le patrimoine culturel “immatériel” adoptée en 2003. Celle-ci, faisant suite à la Convention de 1972 sur le patrimoine “matériel” (relatif tant à des sites naturels remarquables à protéger qu’à des biens culturels -architecture, peinture, etc.-, à préserver) concerne des pratiques “immatérielles” comme “des représentations, des expressions, des connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine”.

Il s’agit donc d’un patrimoine intangible de l’humanité qui couvre différents domaines, en particulier :

Une définition et des champs d’application dont certains anthropologues ont souligné les ambiguïtés, notamment en raison de la séparation qu’elle implique entre un côté “matériel” et un côté “immatériel”, tout patrimoine étant un condensé de “matériel et d’immatériel”. Un malaise dont font état articles, ouvrages, séminaires ou colloques. Depuis 2006, année d’entrée en application de la convention, les rencontres se sont succédées pour approfondir la notion de patrimoine immatériel et la mettre en débat.

Ainsi celle qui s’est tenue le 8 décembre 2010 à Aix-en-Provence, sous l’égide l’Agence des arts du spectacle de Provence Alpes Côte d’Azur (ARCADE). Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la Maison  méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence, nous informe, dans Les Carnets de la phonothèque, de la mise en ligne des interventions à cette demi-journée d’information professionnelle. Celle-ci avait abordé deux grandes questions :

  • Qu’est-ce que le Patrimoine culturel immatériel? Les domaines qui en font partie : traditions et expressions orales, arts du spectacle : musiques, danses et théâtre traditionnels, rituels et événements festifs, pratiques et connaissances concernant la nature et l’univers, savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel… Ce qui le caractérise et le rôle des communautés.
  • La Convention de l’UNESCO : Ses objectifs et son fonctionnement. Que veut dire sauvegarder ? Les premiers résultats : effets positifs et effets pervers. Les premières inscriptions sur les listes de la Convention. Sa mise en oeuvre en France à l’échelle nationale et régionale

Intervenants :

  • CHÉRIF Khaznadar, Président de la Maison des Cultures du Monde, Vice-Président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la Convention de l’UNESCO,
  • CHARLES Quimbert, Directeur de Dastum, Patrimoine oral et musical de Bretagne,
  • VÉRONIQUE Ginouvès, Directrice de la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence),
  • DOMINIQUE Serena, Conservatrice du Museon Arlaten (Arles).

Lire le compte-rendu de cette rencontre sur Les Carnets de la phonothèque.

Écouter les interventions, dont celle de Charles Quimbert, directeur de Dastum, sur le site d’ARCADE .



Citer ce billet
Bernard Paillard (2011, 7 mars). À propos de la sauvegarde du patrimoine immatériel. Plozarch. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sw8v

Bernard Paillard

A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts