Manifestation du 15 Mai / Chronique des années 60

affiche_manifestation_15_04_2010

Communiqué de Presse

Retour sur les années soixante

SAMEDI 15 MAI / PLOZEVET / SALLE AVEL-DRO / 14H00 – 18H00

ENTREE GRATUITE

Plozévet se penche sur les années soixante

Les sixties, régulièrement le thème revient, nostalgique. Rappelez-vous, Salut les Copains et les yéyés, Woodstock et les Hippies. C’est le plus souvent sous cet angle qu’on évoque ces années soixante. Pourtant, elles ne s’y résument pas. Guerre d’Algérie et du Vietnam, construction européenne et modernisation rapide de l’économie, Vè République et élection du Président au suffrage universel, Mai 68…

Comment vivait-on à Plozévet durant ces années-là ? C’est une des questions qu’entend reposer le projet Plozarch, en se basant sur les données recueillies durant les enquêtes. Car c’est sans doute l’un des grands événements marquants de cette décennie pour cette commune : avoir été choisie pour être la plus grande enquête en sciences humaines et sociales pour « l’étude du monde agricole et rural français dans son adaptation aux conditions de la vie moderne ».

Plozarch convie donc les Plozévétiens, et tous ceux qui le souhaitent, à retrouver  cette période, à la manifestation du 15 mai 2010.

14h00 – 15h00 / Projection du film Chronique d’un été

Chronique d’un été nous plonge dans la vie des jeunes du début des années soixante. Tourné à Paris pendant l’été 1960, il ne met pas en scène des acteurs, mais des personnes qui nous parlent de leurs espoirs, de leurs craintes, de leurs malaises, de leurs envies, de leurs amours ; sur fond de travail à la chaîne, de vie dans les HLM, de vacances et de loisirs, de guerre d’Algérie. Des entretiens qui cherchent à découvrir la vérité des personnages, au-delà de leur carapace. Célèbre, entre autres, les confidences de Marceline sur les camps. Dans ce film expérimental, Rouch, connu avant tout pour sa douzaine de films ethnographiques sur l’Afrique, tourne les yeux du côté de la métropole. Accompagné par le sociologue Edgar Morin et par une équipe de jeunes coéquipiers, Rouch envoie des interviewers dans les rues de Paris durant l’été 1960 afin de demander aux passants s’ils sont heureux de leur vie. S’y mêlent des scènes de rue et des interviews d’individus ou de couples filmés chez eux, des rencontres organisées entre différents groupes et des récits documentés sur les conditions de travail des ouvriers en France. Chronique d’un été offre l’aspect d’un film en train de se faire, de la présentation de leur sujet par les deux cinéastes à un débriefing faisant office de conclusion, lors duquel chacun donne son avis, sans manier la langue de bois. Film emblématique de ce qui fut appelé à l’époque le “cinéma-vérité”, et plus tard, le “cinéma direct” ou le “cinéma du réel”, Chronique d’un été a fortement influencé la façon de filmer de la Nouvelle vague ( caméra à l’épaule, son direct, décors réels).

15h00 – 15h30 / débat avec la salle

16h00 – 18h00 / conférence-débat  “Les années soixante : entre traditions et modernisations” par Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS

Au tournant des années soixante, la France change de structure économique et de modèle culturel. D’une société rurale et coloniale, elle devient une société de consommation industrialisée et standardisée, dont l’Amérique montrait l’exemple. Ce qui ne se fait pas sans mal : les anciennes structures économiques rurales disparaissent et avec elles des modes de vie, des cultures traditionnelles, et pour la Bretagne une langue. La profondeur des changements durant cette période est telle que certains n’ont pas hésité à parler de changement de civilisation. Bernard Paillard, sociologue, dressera le bilan contrasté de ces multiples évolutions qui ont radicalement transformé l’économie, la vie quotidienne, mais aussi les rapports sociaux, les rapports entre parents et enfants, ceux entre hommes et femmes, etc.



Citer ce billet
laurewelschen (2010, 27 avril). Manifestation du 15 Mai / Chronique des années 60. Plozarch. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sw71