L’habitat, de l’archive au terrain /2

Vendredi 18 juin 2010, rencontre avec les habitants du 3 route de Pont l’Abbé, par Jos G. et Jean-Paul K.

Vue des années 60 et vue actuelle, à priori peu de changement pour cette maison “urbaine”.

Le couple que nous rencontrons est originaire du Pays Bigouden. Alain-Jean, de Plozévet où il est né en 1929, Mélanie, son épouse de Pouldreuzic. Ils ont une fille et une petite fille.

La maison est construite en 1957. La décision est prise rapidement car après leur mariage les nouveaux époux se sont dit : « nous n’avons pas de toit, c’est la première chose qu’on va faire ». Ils  doivent alors contracter chez le notaire « un petit prêt » qui leur est accordé par le Crédit Foncier de France en vue de l’achat du terrain et la construction de la maison. Il n’y a pas encore de banque à Plozévet. Comme les parents de Mélanie travaillent à Plozévet, ils cohabitent avec leur fille. La mère décèdera en 1999. Le choix du terrain est lié aux disponibilités du moment qui n’existent qu’au bourg. « Il y avait de la demande, mais on ne vendait pas la terre agricole ». Il a été acheté à un  négociant en vin qui a divisé en plusieurs parcelles le champ qu’il possédait à la sortie du bourg près de la route de Pouldreuzic. Ainsi, les maisons voisines ont également été construites au même moment, avec le même alignement de 5 mètres par rapport à la route et la même longueur de jardin.

Au moment de la construction, la couple n’a pu réaliser leur projet tel qu’il était prévu. Ils souhaitaient une entrée en façade, avec un escalier, mais les services de l’équipement ont refusé le plan. Ils ont dû placer leur entrée au pignon ouest, ce qui les a un peu contrariés car c’est un espace exposé au vent et à la pluie. Ils ont prévu un garage, mais n’ont de voiture qu’en 1966. Avant d’aménager route de Pont L’Abbé, ni lui ni elle n’avait d’électricité. Une fois dans leur maison neuve au bourg ils profitent des avantages du courant électrique. Mélanie se souvient  « Ici on a eu l’électricité tout de suite, vous vous rendez compte un peu, la lumière ! Ah, mon père ! Je me souviens quand il travaillait, au bourg, il y avait du courant, quand il rentrait, la première chose qu’il faisait, c’était pas de nous regarder, à peine s’il nous voyait, c’était d’allumer la lampe ». Le premier appareil électrique a été le moulin à café, puis ils ont la radio au début des années 1960, la TV et bien plus tard le téléphone. Aujourd’hui ils ne sont pas connectés à internet, mais possèdent un téléphone portable.

Dès sa construction la maison est équipée d’un chauffe eau au gaz vite remplacé par un chauffe eau électrique ainsi que d’une salle de bain avec douche. Le chauffage se fait au fuel. Depuis Alain-Jean a réalisé des travaux afin d’améliorer le confort de la maison et d’économiser de l’énergie. Une baignoire a été ajoutée à la douche. Les combles ainsi que la façade ouest ont été isolées et il a changé les fenêtres pour mettre du double vitrage. L’étage a été aménagé progressivement en fonction des moyens du ménage et actuellement la maison dispose de 4 chambres : 1 en bas et 3 à l’étage.

Entrée de la maison à l’ouest

Par ailleurs l’aspect extérieur a été embelli grâce aux travaux réalisés en grande partie par Alain-Jean : « j’ai passé mes week-ends à ça ». Son épouse,nous dit « On a clôturé, c’est mon mari qui a fait le dallage ». Un muret de pierres de taille et des piliers recouverts de pierres plates, un portail et un portillon en PVC blanc, des dalles de pierres plates devant la maison, une porte donnant sur le jardin pour couper le vent transforment l’aspect extérieur de la maison. Enfin, des plantes vertes en pots complètent l’embellissement extérieur surtout devant la maison. La construction et l’espace perdu par les 5 mètres d’alignement par rapport à la route laissent une superficie d’environ 600 m2 de jardin potager à l’arrière de la maison. Alain-Jean cultivait ses légumes et en particulier ses pommes de terre, base de la nourriture traditionnelle et consommée quotidiennement. Les parents disaient « lakad avalou douar var an tan atao !», « mets les pommes de terre sur le feu déjà et on verra après ! » Avec l’âge la superficie cultivée se restreint et l’espace est occupé par la pelouse et quelques arbustes méticuleusement taillés. L’ensemble montre que le jardin est l’objet d’une attention toute particulière. Quelques légumes sont encore cultivés au fond du jardin, où l’on trouve de nombreux arbres fruitiers : pommiers, poiriers, framboisiers, vignes, cassis …

Côté jardin

En 2010 nous retrouvons donc la maison construite en 1957. Grâce à un entretien régulier et aux améliorations apportées depuis, elle correspond aux souhaits des propriétaires et leur apporte entière satisfaction. Le couple ne souhaite plus faire de travaux « on va plus faire, les autres feront ce qu’ils voudront, à notre âge les besoins ne sont plus les mêmes, on n’a plus les mêmes envies ». Ils espèrent que leur fille et leur gendre garderont la maison en prenant leur retraite à Plozévet.

JG – JPK



Citer ce billet
laurewelschen (2011, 14 avril). L’habitat, de l’archive au terrain /2. Plozarch. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sw98