Les Gens de Saint-Démet/5

Scène dite du « youd ker’ch » qui suscita pas mal de protestations

Filmants et filmés 

Les Gens de Saint-Démet à l’épreuve des Plozévétiens

 

Des films pour les Plozévétiens ?

Pourquoi réaliser des films lors de l’enquête interdisciplinaire ? Pour l’ethnologue, l’image filmée, parallèlement à sa vocation d’être un document à analyser plus tard et à montrer à ses confrères, peut être un moyen de contact privilégié avec les populations étudiées. Robert Flaherty, considéré par beaucoup comme le père du cinéma ethnographique, avec Nanouk of the north (1922) et L’homme d’Aran (1934)déjà en son temps, montrait ses images aux protagonistes de ses films, les montant et les projetant sur place au fur et à mesure. Malgré les difficultés techniques que ces opérations comportaient. Mais, c’était une façon de mieux faire partager son propos, éventuellement de le réorienter ou de corriger certains points. Bien sûr, le procédé sera repris par Jean Rouch, avant même qu’il ne construise ses films en connivence avec ses acteurs, comme dans Moi un noir (1959), Petit à Petit (1972) ou Cocorico Monsieur Poulet (1974).

S’inspirant de ces précédents, Robert et Monique Gessain s’attachèrent à présenter aux Plozévétiens le plus rapidement possible quelques séquences de leurs films. Dès l’automne de 1964, ils les invitèrent à les visionner dans la petite salle de projection  de l’Hôtel des Voyageurs. De son côté, Christian Pelras montrait régulièrement ses rushes, qui, selon lui, « avaient comme on s’en doute un grand succès ». Et il ajoute : « Une grande partie des informations que j’ai obtenues l’ont été au cours de conversations libres menées à ces occasions-là… »

Plozévet en émoi ?

La chronique plozévétienne rapporte que, ce jour, il y avait affluence dans la petite salle de cinéma de l’Hôtel des Voyageurs, où les réalisateurs des films avaient remplacé le projectionniste ambulant qui assurait la programmation hebdomadaire. Mais, elle mentionne aussi que certaines scènes suscitèrent quelques remous, voire de véhémentes protestations. Selon une Plozévétienne interrogée par Ariel Nathan dans son film, Retour à Plozévet1, quatre séquences soulevèrent plus particulièrement l’émoi. Dans l’une, on voit les ouvrières de la conserverie travailler en costume bigouden. Dans l’autre, quelques pêcheurs de Pors Poulhan trinquent au bar d’Au rendez-vous des pêcheurs. Les deux autres concernent l’alimentation, lorsque des femmes s’adonnent au goûter pain-beurre de milieu d’après-midi, et lorsqu’une famille déguste le youd ker’ch2. Dans le même film, un cultivateur trouve que le commentaire qui accompagne le repas après avoir tué le cochon est très exagéré, et qu’on ne battait plus au fléau depuis longtemps à l’époque du tournage.

Ces reproches sont attestés par d’autres témoignages, dont certains m’ayant été rapportés directement. Ainsi, juge-t-on caricatural le commentaire accompagnant le moment où l’on voit des femmes au lavoir. Il n’y est question que des papotages entre femmes, jamais de la rudesse de cette tâche, surtout l’hiver, quand il pleuvait, quand il fallait remonter un linge trempé sur son dos. On note aussi la fausseté de certains détails, une nappe de fête, des couverts en argent, des assiettes finement décorées, des plats en faïence HB Henriot de Quimper pour un simple repas quotidien. Ce qui semble indiquer qu’on avait fait beau pour les besoins du tournage, exactement comme ces ouvrières qui s’étaient endimanchées.

Une lettre, trouvée dans les archives d’Edgar Morin conservées à l’Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) est plus incisive : « Ce film nous fait l’effet d’être l’oeuvre d’un touriste venant pour la première fois en Bretagne ». Rapportant les réactions de la salle à la scène du youd kerc’h, elle précise que l’hilarité générale s’est vite transformée en mécontentement. Quelques réflexions entendues dans la salle : « Quand même, ils ne vont pas montrer cela ailleurs ! ». « On ne mange pas comme cela à Plozévet ». « Les Plozévétiens de Strasbourg (…) auront honte de montrer ça à leurs amis ». L’auteur de la missive trouve ridicule le débarquement du patron du Pors Poulhan, jugé non conforme à la réalité (ce qui m’a été confirmé par ailleurs). Il poursuit en critiquant la longue scène de l’inauguration de la statue de la Bigoudène qui, prenant trop de place, ignore totalement des fêtes plus typiques de Pors Poulhan, comme la pardon de Saint They. Quelques satisfécits cependant : la salle semble avoir apprécié la reconstitution de gestes d’autrefois, les goémoniers, la confection de la ruche ou du collier de cheval, la fileuse de laine. Et, si globalement on a estimé la scène où une femme apprête sa coiffe, on a trouvé le commentaire désuet, et incapable d’expliquer certains gestes.

Aucune enquête spécifique n’ayant eu lieu à l’époque, il est impossible de répertorier l’ensemble de ces griefs, et d’en apprécier l’intensité. Mais, ces éléments négatifs, rapportés par Edgar Morin dans son livre, dans un paragraphe « L’autre » où il parle des rapports enquêteurs/enquêtés, repris par la suite par André Burguière dans le sien, il devint clair que tous les Plozévétiens avaient été choqués par les films. Il est vrai qu’Edgar Morin ne mentionnait pas les réactions positives des spectateurs. Il faut savoir aussi que les scènes projetées n’étaient que des pré-montages, donc pas les version définitives terminées en 1968 et qui, pendant plus de vingt ans restèrent inconnues des Plozévétiens.

Quoi qu’il en soit, ces quelques réactions illustrent combien l’ethnologie filmée n’a guère de rapports avec l’oeil soit-disant neutre et objectif de la caméra. Et, si elles révèlent l’image qu’une communauté veut donner d’elle-même, comme le dit Olivier De Sardan,3 elles dévoilent aussi celle des chercheurs. Assertion sans doute banale, mais qu’on oublie trop souvent. Même si on a conscience que le temps du cinéma n’est pas celui de l’écrit, que celui du tournage n’est pas celui de l’enquête. Et même, que toute enquête préalable à celui-ci, que tout repérage restent tributaires d’aléas irréversibles, qui interviendront dans le montage final. Sans pour autant qu’on en ait nécessairement une totale clairvoyance.

André Burguière parle du rôle des films dans l’enquête (Histoire de l’enquête interdisciplinaire de Plozévet, conférence du 21 septembre 2002 aux Rencontres CNRS « Sciences et Citoyens » de Plozévet).

L’image de soi

En son temps, Jean Rouch avait remarqué que la présence de la caméra accentuait les phénomènes de transe. D’où son idée de « ciné-transe » pour exprimer la théâtralisation induite par le seul fait de filmer. Ce qui se renforce lorsqu’il y a équipe de tournage et mise en scène. Car, à celle imaginée par le chercheur, se superpose celle des personnages filmés. Si elle peut prendre différentes tournures, la plus fréquente est de donner une image de soi des plus avantageuses. Une mise en valeur qui peut fausser l’authenticité d’une scène. Ainsi, ces ouvrières endimanchées, scène que beaucoup pensent être due à une demande expresse des cinéastes. En fait, ceux-ci furent très ennuyés par de tels atours, qu’il savaient, depuis leur repérage, ne pas correspondre à la réalité. Aussi, Roger Morillère s’évertua-t-il, selon ce qu’il a confié à Ariel Nathan, à éviter de filmer les personnes en coiffe. D’où son insistance à cadrer sur les mains au travail, à ne mettre qu’en amorce des têtes coiffées, à donner plus d’importance au travail des hommes, à la présence pourtant minoritaire. Une façon de contrarier ce qui n’était pas de son fait, les femmes arrivant ainsi parées le matin du tournage. La pellicule n’a-t-elle pas toujours tendance à rectifier les poses ?  Une façon de donner la meilleure image physique et morale de soi qui, en Pays bigouden, se double d’une fierté d’appartenance, la coiffe en étant un des meilleurs symboles. Dans le même ordre d’idées, la présence d’une vaisselle ornée manifeste plus un respect d’hôtesse devant des étrangers, les Parisiens comme on disait, que du désir de faire beau, comme on l’a interprété. Un rituel d’accueil, en quelque sorte, largement partagé au-delà de Plozévet et de la Bretagne…

 La honte

Fierté, versus, honte : ce qui apparaît comme dévalorisant est vécu sous ce dernier régime, la scène du youd ker’ch étant, de toute évidence, celle qui en relève le plus. Si, dans certains villages, cette bouillie d’avoine était parfois la nourriture du soir de quelques personnes âgées, elle n’avait pas la convivialité du film.  Repas de pauvre, elle était l’opposé symbolique de cette autre nourriture tout aussi ancienne et aussi peu onéreuse, la galette de sarrasin. Beaucoup plus en vogue, celle-ci avait ses lettres de noblesse, pratiquement promue au rang de plat national breton. Sans doute, celles des crêperies, qu’elles fussent « complètes » ou « oeuf-miroir », n’avaient guère à voir avec les galetez plozévétiennes. Mais, ces krampouez bénéficiaient de l’aura des restaurants urbains ou pour touristes. Au contraire du youd ker’ch qui, lui, sentait la misère, la campagne, l’arriération. Ce qu’accentuait encore sa prise collective, alors que s’affirmait l’individualisation.

Autre moment de convivialité jugé stigmatisant, quelques secondes où des habitants de Pors Poulhan trinquent dans un bar. Rien de bien original pour cette société où prospéraient les buvettes en tout genre. Mais, la seule évocation du gwin ru (vin rouge) par des étrangers semble empourprer une communauté locale qui, à l’instar de bien d’autres régions françaises, connaît les risques de l’alcool. Ce qui renvoie à l’image négative qu’elle a d’elle-même, en miroir à celle qu’elle perçoit dans le regard des autres. Et qui lui fait honte.

Edgar Morin, qui, lui aussi, a fait les frais de son allusion aux buvettes, avait remarqué cette caractéristique plozévétienne. Dans son livre il note : « La honte est ce qui fait rougir, ce qui porte atteinte à la face, ce qui peut empêcher de faire belle figure : elle est très répandue à Plozévet et recouvre une gamme de sentiments allant de la timidité (…) jusqu’au sentiment du déshonneur. La crainte de la honte et la crainte de la jalousie entretiennent une vigilance constante à l’égard d’autrui, confinant la méfiance, qui contraste avec la très grande cordialité plozévétienne, mais qui lui est conjointe ». D’où la réserve et l’effort constant de cacher à l’étranger ce qui pourrait jeter l’opprobre sur toute une communauté. De son côté, Pierre-Jakez Hélias fait de cette honte, qu’en Bigoudénie on appelle arvez, un des traits du pays, le contraire de l’orgueil qui permet aux plus pauvres, aux plus humbles de tenir leur rang avec fieté. Une particularité que Mona Ozouf, dans sa recenssion du livre d’Edgar Morin, se risquait à élargir : « S’agit-il pourtant, comme le suggère Edgar Morin, d’un trait spécifiquement plozévétien ? Je serais tentée de l’étendre à toute la Bretagne bretonnante, où les singularités géographiques et linguistiques ont développé un vif sentiment de l’existence communautaire, mais doublé d’une extrême sensibilité à l’agressivité des regards d’autrui »4.

Ne pourrait-on pas y voir un trait plus anthropologique, l’identité individuelle et collective impliquant une image de soi et une image que l’on a de celle que les autres portent sur soi  ? Formes et figures de l’altérité explorées notamment par Denise Jodelet, qui peuvent prendre des contours différents selon les individus ou les cultures. Ce qui expliquerait la myopie de chercheurs n’imaginant pas que la bouillie d’avoine réveillerait la honte. Alors que d’autres scènes, aussi passéistes, susciteraient l’intérêt et soulèveraient la fierté.

Enquêteurs et enquêtés, l’authenticité en question 

Cependant, le mélange entre des scènes d’un passé reconstitué et celles prises sur le vif a pu semer équivoques et malentendus. C’est particulièrement le cas du film sur les agriculteurs où les premières sont très présentes, et de celui sur les repas, avec toujours ce youd kerc’h de triste réputation. Leur teneur quelque peu archaïsante et le commentaire jugé parfois erroné ont éveillé la suspicion sur l’intention des chercheurs et sur leur capacité à  bien comprendre Plozévet. Ainsi cette critique, déjà citée, qui considère ces films comme étant ceux de touristes venant pour la première fois en Bretagne et attirés par tout ce qui leur paraît pittoresque. Appréciation qui manifeste l’opposition à être folklorisé, à être réduit à l’état de réserve d’indigènes, et sous laquelle pointe une revendication régionaliste qui se renforcera quelques années plus tard. Si d’autres opinions n’ont pas la même vigueur, en pointant des erreurs ou des anachronismes, elles récusent l’authenticité de certains passages tournés pour les seuls besoins du film. D’où un certain désenchantement, une impression de déphasage entre la réalité et des images qui accentuent les images du passé. Et quelques ressentiments envers des chercheurs qui, ayant demandé de refaire les gestes du passé, donnent l’image d’une population traditionnelle et arriérée, ainsi que l’exprime une Plozévetienne à Ariel Nathan.


1 Retour à Plozévet, Réalisation Ariel Nathan, 52 minutes, couleurs Béta SP, 1999. Coproduction France 3 – Musée de Bretagne-Vivement lundi. Diffusion : France3-ouest, Odyssée, RTBF,  France 3, la Cinq, Histoire,

2 Le youd kecr’h est une bouillie d’avoine qui était servie dans une marmite posée au milieu de la table et mangée collectivement, chacun plogeant sa cuillère dans le plat commun, et se battant pour déguster la partie gratinée en fin de cuisson. Dans d’autres régions, ce rituel alimentaire a pu conquérir ses lettres de noblesse. Que l’on songe à la fondue suisse ou savoyarde, qui, tourisme aidant, a débordé largement les massifs montagneux. On aurait pu imaginé que le youd kecr’h  puisse être promu de façon semblable. Mais cette petite gastronomie populaire (tous ceux qui en ont mangé en ont apprécié la saveur) a subi la connotation négative de misère.

3 Jean-Pierre Olivier de Sardan, « Mises en scène de l’identité et identité d’un film », Terrains, 5 Identité culturelle et appartenance régionale ; octobre 1985, pp 71-75.

4 Monat Ozouf, « Une commune en France : Plodémet », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, Vol 24, 1969, pp. 777-781

Bernard Paillard

Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Les Gens de Saint-Démet. Tous droits réservés.

Rendez-vous au sixième épisode de ce feuilleton de l’été…

Épisode précédent


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts