À propos des enquêtes de Plozévet sur les ondes : le point sur “l’affaire Morin” # 1

Lors des Journées du patrimoine, Plozarch reviendra sur la façon dont la télévision et la radio ont rendu compte des enquêtes de Plozévet, Emmanuel Laurentin de France Culture parlant de la radio et Frédéric Martin de la télévision. Ceux qui assisteront à cette séance verront qu’il y sera beaucoup question des réactions plozévétiennes assez négatives au livre d’Edgar Morin, surtout en ce qui concerne la télévision régionale. Au point qu’aujourd’hui encore, beaucoup pensent que l’ensemble des Plozévétiens s’était montré très hostile à Edgar Morin, l’émission Plozévet contre Plodémet ayant donné le ton. Il convient de pondérer largement cette idée, notamment en  replaçant ces réactions dans le contexte de l’époque. Ce que nous faisons dans les deux billets que nous proposons.

À la parution du livre d’Edgar Morin, Commune en France, la métamorphose de Plodémet (Fayard, 1967), la majorité des recensions de ce livre fut très favorable. L’ouvrage fut salué comme étant une contribution très pertinente à l’analyse des processus de modernisation en oeuvre dans la société française de l’époque. Mais, il suscita aussi pas mal de remous, tant à Plozévet que dans le milieu des chercheurs ayant enquêté à Plozévet. Au point d’occasionner, selon Edgar Morin, la mise en route d’une procédure disciplinaire :  Raymond Aron, rencontré par hasard au début du printemps 1968, s’inquiétant devant lui en ces termes : «Mais qu’ont-ils donc contre vous à la DGRST pour qu’on veuille vous infliger un blâme». Une question d’autant plus déconcertante que rien ne lui avait été signifié de façon officielle, et qu’en cette absence il ne pouvait avoir une idée très clair des accusations dont il était l’objet. Était-il au centre d’une cabale ?

Un blâme ou une cabale ?

En effet, il lui apparut qu’en sous main on lui reprochait pas mal de choses ; d’abord, la publication du livre. Puis, il lui était imputé le fait d’avoir plagié d’autres chercheurs, tout en commettant plein d’erreurs. Deux fautes professionnelles mettant en cause sa probité de chercheur et sa compétence. Par ailleurs, la publication de son livre aurait rendu très difficile, sinon impossible, la poursuite de certaines recherches. De même, elle semblait compromettre toute nouvelle publication, notamment celle d’André Burguière, l’historien chargé de faire la synthèse de l’ensemble des études.

Ces critiques, meurtrissant profondément Edgar Morin, le déterminèrent à lancer une contre-offensive immédiate. Début mai, il écrivit à Robert Gessain, l’initiateur et le coordonateur des enquêtes de Plozévet, lui demandant que lumière soit faite sur ces reproches. Puis, il envoya à Claude Gruson, haut fonctionnaire jouant un rôle très important au sein de la DGRST, une «Note sur ma recherche à Plozévet dans le cadre de la recherche multidimensionnelle effectuée par la DGRST et le livre qui en est issu La métamorphose de Plodemet». Dans celle-ci, faisant le point sur ses travaux, il rappelait que, s’il avait pu lire certains des rapports déjà publiés, il avait mentionné le fait dans son livre. Il précisait les contributions écrites spécifiques de son équipe. Enfin, insistant sur les archives orales qu’il avait constituées, il soulignait les points abordés dans son ouvrage n’ayant jamais fait l’objet d’investigations de la part d’autres chercheurs.

En effet, on peut rappeler qu’il est le seul à s’être intéressé aux questions soulevées par les jeunes (voir le chapitres “Jeunes et vieux”), et par les femmes (voir le chapitre “La femme, agent secret de la modernité”). De même, en ce qui concerne la question paysanne, il analysait de façon originale et personnelle la “crise multidimensionnelle” à laquelle étaient confrontés ces “damnés de la terre”, avec disparition de la petite paysannerie, intégration dans “une grande chaîne quantitative-qualitative” homogénéisatrice ; mais aussi avec ses luttes syndicales et ses nouvelles formes de regroupements comme les CUMA et GAEC. Tout point peu abordé par les autres études, ce que d’ailleurs Robert Gessain lui avait auparavant signifié sur un point, en le félicitant d’avoir été le seul à parler du bourg (voir le chapitre “Une bourgeoisie naissante”, où il est question des commerces, des ouvriers, et du développement d’une mentalité en rupture avec la condition paysanne). En résumé, si La métamorphose de Plodémet avait pu bénéficier des travaux antérieurs, ce qui semblait assez logique pour une opération interdisciplinaire, l’ouvrage était bien le résultat d’une enquête originale.

Cette note était accompagné d’une lettre d’André Burguière. Celui-ci, prenant la défense d’Edgar Morin, infirmait l’idée selon laquelle ce livre avait empêché l’édition du sien, son retard devant être imputé à autre chose, dont le fait que plusieurs rapports tardaient à lui être transmis. De son côté, Raymond Aron, dans un courrier envoyé à Claude Gruson, lui signifiait : «Je suis personnellement d’avis de considérer la cause comme tranchée et, si mes collègues en tombent d’accord, de faire savoir à l’ensemble du comité que M. Edgar Morin n’a nullement manqué aux règles de l’honnêteté scientifique».

Edgar Morin, dans les années soixante

Dès la rentrée de septembre 1968, Edgar Morin, reprenant l’offensive, alertait un certain nombre de ses collègues sociologues. Surtout, il demandait une commission d’enquête dans le double but de faire la lumière sur ses éventuelles fautes et d’examiner les contributions des autres équipes, sous l’angle de leur financement et de leurs résultats. Une façon de prouver qu’il avait accompli un travail considérable avec peu de moyens, au regard d’autres recherches ayant produit moins d’écrits, tout en bénéficiant de crédits plus considérables. L’affaire administrative en resta là : ni commission d’enquête, ni blâme…

Une procédure disciplinaire stricto sensus était-elle en cours à l’époque [1]? Si nous n’avons pas trouvé trace d’une telle notification officielle dans les archives du CNRS, ni dans celle d’Edgar Morin d’ailleurs, par contre, il est certain que son livre avait soulevé beaucoup d’émois, puis une série de réactions en chaîne, plusieurs éléments se succédant, se chevauchant, se renforçant, cela à Plozévet, à la DGRST, et dans le milieu des chercheurs.

L’affaire «Plozévet» ou les affaires «Morin»…

Du côté de Plozévet

Premier acte : à l’automne 1966, la Revue française de sociologie publiait un article d’Edgar Morin, «Adolescents en transition. Classe adolescente et classes sociales, aspirations au divertissement et aspiration à la vie bourgeoise dans une commune du  Sud-Finistèr[2]. Il y décrivait les teenagers plozévétiens aspirant à l’autonomie et cherchant à se dégager de la tutelle parentale, plus largement adulte. On les voyait attirés par les modes de la ville, travaillés par la culture «jeune» que symbolisait le «yéyé». Un hebdomadaire, Le Nouveau Candide, demanda alors à Edgar Morin l’autorisation de publier quelques extraits. Ce qu’il fit, après avoir obtenu l’accord de la direction de la Revue française de sociologie, dirigée alors par Jean Stoetzel. L’article parut sous le titre «Les Yéyés du Finistère», agrémenté de quelques photos n’ayant rien à voir avec Plozévet, et de sous-titres assez tapageurs de la rédaction. En retour, l’auteur reçut deux lettres, l’une d’un Plozévétien très outré, correspondant local du journal régional Le Télégramme de Brest, l’autre d’un étudiant en journalisme, et militant de la cause culturelle bretonne. Le premier écrivit : «Comment avez-vous pu écrire de telles ordures sur la jeunesse de chez nous ?». L’autre estimait qu’il s’agissait «d’une analyse de la société bretonne totalement fausse»[3]. Un double réquisitoire qui récusait l’influence du «yéyé» sur les jeunes Plozévétiens, le premier célébrant «la jeunesse studieuse de Plozévet», le second se promettant d’aller à la recherche «d’un ou deux yéyés du Finistère, si j’en trouve». Ainsi s’installa un premier contentieux entre un groupe de Plozévétiens et Edgar Morin.

Deuxième acte : à l’automne de 1967, le livre paraissait. Le correspondant du Télégramme de Brest écrivit de nouveau à Edgar Morin pour dénoncer «un bouquin dans le genre de Clochemerle». À nouveau, il était question de l’insulte à la jeunesse plozévétienne. Si Edgar Morin reçut d’autres courriers plus flatteurs, dont l’un l’ayant trouvé «très indulgent pour mes compatriotes», la polémique prit un tour publique avec la parution d’un long article dans Télégramme de Brest et titré «Trahison, le sociologue démasqué».

Troisième acte : le 9 mars 1968, la télévision régionale diffusait une émission Plozévet contre Plodémet, dans le but «de voir comment réagissaient les Plozévétiens à propos de l’étude qui leur était consacrée». Dans les studios rennais, Morin était invité à débattre avec Pierre-Jakez Hélias, débat  introduit par le maire de Plozévet et entrecoupé de témoignages de Plozévétiens, des propos enregistrés antérieurement à Plozévet. Là-bas, avaient été invités à prendre la parole «ceux qui avaient des critiques à formuler», selon le souvenir d’un Plozévétien, qui ajoute que, dès le début, le décor était dressé, avec une table où se tenaient neuf personnes, toutes très remontées. Le réquisitoire portait sur : la présence d’erreurs, l’image dévalorisante portée sur Plozévet, l’aspect cancanier du livre, le travestissement des patronymes, l’image péjorative de la jeunesse et l’implication de Morin dans le club de jeunes. Des critiques parachevées par Pierre-Jakez Hélias qui, reprochant à Edgar Morin d’avoir ignoré le breton, lui déniait le fait d’avoir pu pénétrer l’âme des Plozévétiens.

Quatrième acte : l’émission faisant référence, l’idée que tous les Plozévétiens étaient hostiles à Edgar Morin se répandit en dehors du cercle local. Malgré de solides soutiens locaux, telle cette habitante qui, s’empressant de rassurer l’auteur, lui précisa que «certains Plozévétiens se sont ridiculisés à l’émission du 9 mars».

Suite au prochain billet


[1] À l’époque, les agents du CNRS, contractuels de l’État, pouvaient être l’objet de sanctions disciplinaires pour faute professionnelle selon 5 niveaux, allant de l’avertissement au congédiement sans préavis ni indemnité, le blâme étant de niveau 2. Dans tous les cas, la procédure devait être notifiée à l’intéressé qui disposait du droit de connaître ce qu’on lui reprochait, et de faire appel à un défenseur. La sanction était prononcée par le directeur général de l’organisme, après avis d’une commission paritaire.

[2] Morin E., “Adolescents en transition. Classe adolescente et classes sociales, aspirations au divertissement et aspiration à la vie bourgeoise dans une commune du  Sud-Finistère”, Revue française de sociologie, Année 1966, Volume 7, Numéro 4, pp. 435-455.

[3] Edgar Morin ayant envoyé aux auteurs des lettres l’article de la Revue française de sociologie d’où Le Nouveau Candide avait sélectionné quelques extraits, le militant culturel écrivit une seconde lettre à Edgar Morin. Dans celle-ci, revenant sur ses premières impressions, il lui signifiait que cet article donnait une vision plus juste des jeunes Plozévétiens. Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC). Fonds Edgar Morin, “L’affaire Plozévet”. Pas de cote.

[4] «Cahier des clauses générales établi le 22 octobre 1962 pour les conventions passées au titre du fonds de développement de la recherche scientifique et technique», Premier Ministre, Délégation à la recherche scientifique et technique, Fonds de développement, doc n° 312/110662.

[5] Pour plus d’informations, voir le site  : http://plozcorpus.tge-adonis.fr

Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Les enquêtes de Plozévet sur les ondes. Le point sur “l’affaire Morin”Tous droits réservés.

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts