Les enquêtes de Plozévet sur les ondes : le point sur “l’affaire Morin” # 2

Réactions à Plozévet, réactions aussi à Paris. Si les chercheurs réceptionnèrent plutôt favorablement l’article sur la jeunesse plozévétienne paru dans La revue française de sociologie (aujourd’hui, certains le considèrent comme un des premiers articles fondateurs de la sociologie de la jeunesse en France, spécialisation disciplinaire qui était embryonnaire à l’époque), les Parisiens furent alertés à l’automne 1967 par la parution dans Le Nouvel Observateur de “bonne feuilles” du prochain livre d’Edgar Morin, semant ainsi l’inquiétude tant à la DGRST que chez  certains chercheurs plozévétiens. Pourquoi ?

Du côté de la DGRST

Au CADES (Comité d’analyses démographiques, économiques et sociales de la DGRST pilotant l’action concertée de Plozévet), le trouble puis l’irritation succédèrent assez rapidement au premier étonnement. En effet, la publication de ce livre contrevenait aux règles établies quelques années plus tôt par le CADES, et plus généralement par la DGRST.

Selon cette dernière, «les études ou travaux prévus dans la convention ne pourront faire l’objet d’aucune communication, publication ou brevet sous quelque forme que ce soit sans l’accord préalable du Premier ministre». Ce qui rendaient quasiment impossible toute relation publique, même si un article précisait «qu’à titre exceptionnel les communications et publications, faites à titre gratuit, de caractère scientifique, à l’exclusion des brevets, sont autorisées. Toutefois le Premier Ministre sera informé préalablemen1.

En conséquence, les rapports remis au CADES étaient examinés et soumis à approbation avant d’être publiés pour un usage essentiellement académique. Or, ayant eu à examiner deux rapports posant problèmes, dans sa séance du 19 juin 1964 le CADES décida de renforcer la surveillance : les différentes équipes furent invitées à s’abstenir de diffuser leurs écrits jusqu’à la publication de la synthèse d’André Burguière2. Dès lors, on peut comprendre la réaction du CADES à la publication d’un livre n’ayant fait l’objet d’aucune permission, pas même d’une lecture préalable. En plus, ce livre avait été édité dans une collection “grand public”, ce qui le rendait très facilement accessible aux Plozévétiens.

Mais, l’emportement initial se décupla lorsque certains membres du Comité eurent connaissance des réactions de certains de ceux-ci. Nous n’avons malheureusement pas trouvé trace dans les archives consultées, dont celles de la Mairie de Plozévet, de correspondances entre Paris et Plozévet ayant pour sujet le livre d’Edgar Morin. Cependant, il est plus que vraisemblable qu’il y eut interférence entre les autorités plozévétiennes et les membres du CADES les plus impliqués dans les enquêtes. En effet, selon l’un des arguments invoqués par ceux-ci, la parution de ce livre, jetant le discrédit sur l’ensemble de l’entreprise plozévétienne, mettait en péril d’autres recherches toujours en cours, notamment celle du Dr Jean Sutter sur la luxation congénitale de la hanche, et plus généralement la crédibilité des chercheurs. On alla même jusqu’à craindre que leur retour en pays bigouden devenait impossible. Un bruit qui, m’ayant été rapporté à plusieurs reprises, m’a détourné de Plozévet jusqu’au milieu des années quatre-vingt-dix, bien que, lors d’un séjour avec André Burguière en 1974, aucune marque d’hostilité ne fut perceptible. À Paris, on était donc au courant de l’émoi plozévétien, le surévaluant sans doute, et ne tenant pas compte des Plozévétiens favorables à Edgar Morin.

Dès lors, celui-ci fut accusé de détourner à son profit le travail des autres chercheurs. Ce qui à Plozévet prit la forme de la dénonciation d’un “mercenaire “ayant écrit un livre pour se faire beaucoup d’argent, comme l’affirma l’un des protagonistes de l’émission Plozévet contre Plodémet. Ce qui selon Edgar Morin3, prit, à Paris, la tournure d’une rumeur quelque peu antisémite chez des personnes ayant préféré continuer leurs activités de recherche au sein de la Fondation d’Alexis Carrel durant la guerre, plutôt que de rentrer, comme lui, dans la Résistance. S’il est difficile de corroborer le fait, nous l’avons cependant trouvé évoqué dans le mémoire d’une étudiante, un témoignage dont elle ne donne pas la source, mais qui est autre que celui d’Edgar Morin.

Du côté des chercheurs

La publication sans préavis du livre d’Edgar Morin permet de comprendre l’exaspération de certains chercheurs, notamment les historiens de l’enquête qui, respectant la règle de non publication, se sentir doublés par un Edgar Morin s’aventurant dans leur domaine. Tout semble se cristalliser autour d’un article de 1970 de Robert Mandrou, responsable avec Ernest Labrousse des enquêtes historiques, proposé à la Revue historique4. Si celui-ci s’intitule «À propos d’un microcosme breton en mutation : Problèmes de méthodes pluridisciplinaires», il est essentiellement consacré à la critique de Commune en France5. L’article commençait par dénoncer l’écriture et la construction d’un livre qui dérogeait aux principes académiques6. Il était aussi question de la méthode employée, dont les audaces, laissées à l’appréciation des sociologues, semblaient enfreindre les règles «des historiens attachés à rendre compte d’un domaine déterminé et étroitement délimités». Edgar Morin, historisant son étude sans leurs garanties méthodologiques, c’est-à-dire sans retour sur les sources archvistiques, non seulement commettait des erreurs factuelles, mais avançait des interprétations démenties par les faits établis par les recherches historiques. Cette critique explicitait donc le double reproche qui courait dans le microcosme des chercheurs plozévétiens : celui d’avoir utilisé les données des historiens («plagiat»), tout en les interprétant à sa façon («tissu d’erreurs»).

L’écrit se concluait par l’appel à un retour sur la façon dont l’enquête plurisdisciplinaire avait été conduite et sur la nécessité d’une confrontation entre chercheurs. Une mise en débat en vue d’explorer les condition de l’interdisciplinarité. Un point sur lequel avait, lui aussi, insisté Edgar Morin dans sa contre-offensive de l’automne 1968.  Mais une discussion qui n’a jamais vu le jour. Comme d’ailleurs l’explication entre Edgar Morin et Robert Mandrou qui, un temps, fut envisagée, et qui devait prendre la forme d’un article de chaque auteur dans le mensuel Politique aujourd’hui. Depuis, l’histoire intime de ces enquêtes reste à faire7.

Incompréhensions, malentendus, absence de communication

Comment comprendre cette affaire ? Edgar Morin y fut confronté à trois types d’acteurs : les enquêtés, les commanditaires des enquêtes, les autres enquêteurs. On pourrait en ajouter un quatrième, les médias, une catégorie non univoque, puisque la majorité des recensions du livre était favorable. Mais, du côté des enquêtés, c’est bien l’article du Nouveau Candide qui fut l’élément déclencheur, celui du Télégramme de Brest, puis l’émission télévisuelle renforçant l’impression négative initiale. De même, les membres du CADES furent alertés par la presse.

Cependant, la vigueur de l’emportement interroge. Côté Plozévet, elle témoigne d’une blessure, fortement ressentie par certains, une blessure liée à un malentendu : à Plozévet, Edgar Morin n’avait jamais formulé son intention d’écrire un livre, que d’ailleurs au moment de son séjour il n’envisageait pas. Aussi, d’aucuns, s’étant laissé aller aux confidences, se sentirent piégés : la frontière de ce qu’ils considéraient comme leur intimité individuelle et collective avait été franchie. Or, à l’époque, le problème des limites du dévoilement de la réalité étudiée n’était pas évoqué par les chercheurs. Comme d’ailleurs, celle des conséquences d’écrits au plus près des réalités et des personnes étudiées.

Ainsi, procédure illusoire d’anonymisation, le changement des patronymes et des toponymes avait soulevé d’abord la curiosité, puis des désapprobations. Les gens cherchant à se reconnaître8 et à identifier les autres, le tableau d’une petite comédie humaine plozévétienne s’était dessiné et dévoilé aux yeux de tous. Aussi, le parti-pris de rester fidèle à la singularité des faits et des hommes produisit l’effet inverse que celui escompté. Il induisit une lecture où l’accessoire, le secondaire, le contingent devenaient centraux. D’où l’impression et la dénonciation de ce «Clochemerle plozévétien», un mauvais roman jugé plein de «cancans».

Les échos de ce «landerneau» bigouden arrivant à Paris eurent pour effet de renforcer les accusations parisiennes. Là encore, tout part d’un malentendu : ce n’est pas par indiscipline qu’Edgar Morin avait enfreint la clause de non-publication. C’est au contraire pour satisfaire un desideratum de la DGRST : il s’était engagé à écrire ce livre sur la foi de ce que lui avait rapporté André Burguière, le CADES voyant, désormais, d’un très bon oeil toute publication permettant de justifier l’utilisation des crédits. Ce que Jean Stoetzel, membre du CADES et supérieur hiérarchique d’Edgar Morin, ne lui avait pas démenti, lorsque celui-ci l’avait informé de son intention de publier9. On comprend dès lors l’embarras du premier qui, selon son dire, s’était «fait tancé par l’administration de la DGRST, pour des raisons qui me restent un peu obscures autant que les conditions dans lesquelles ce livre a été publié».

Cette surprise de Jean Stoetzel est révélatrice de la façon dont circulait l’information entre les responsables administro-scientifiques et, surtout, entre eux et les chercheurs. Cette mésaventure témoigne aussi d’un manque de planification de l’enquête interdisciplinaire. Comme le rappelle André Burguière, les membres du CADES «ont eu tendance à se considérer surtout en charge des intérêts de leur propre discipline, voire de leur laboratoire. Les relations verticales entre les chercheurs sur le terrain et le baron de leur discipline siégeant au CADES, (…) prirent le pas sur les relations horizontales au sein du CADES comme sur le terrain, pour la circulation de l’information et des directives»10. Aujourd’hui encore, on est en droit de s’interroger sur la cohérence de la successivité des différentes études, notamment en ce qui concerne le choix de certains thèmes ou l’envoi assez tardif des historiens.

Un tel contexte permet de mieux comprendre le différend entre Edgar Morin et l’équipe des historiens. L’absence de communication organisée et systématique entre les différentes équipes et disciplines, conjuguée avec une organisation verticale du monde académique et un certain corporatisme disciplinaire ont surdéterminé une réaction d’humeur à la publication d’un livre jugée irrégulière, car ne respectant pas la règle de non-diffusion à laquelle le groupe des historiens se conformait.

Cependant, il convient d’ajouter une dimension subjective : l’antipathie qu’avait pu susciter Edgar Morin chez certains chercheurs. Comme le rappelle l’une des historiennes : «À première vue, c’est par sa manière d’être sur le terrain qu’Edgar Morin provoquait en nous un quasi-sentiment d’antipathie». Et de le décrire, «avec ses belles lunettes noires et un appareil de photo sur le ventre11», tel un touriste parisien, mieux, comme faisant «l’effet d’un chasseur en Afrique»12. Une tel aspect psychologique pourrait surprendre. Ce serait oublier que, comme tout groupe humain, le milieu académique connaît les aléas des relations interpersonnelles, tel trait de personnalité pouvant provoquer des allergies chez certains, tandis qu’il peut en séduire d’autres. Ainsi, faisant partie de l’équipe d’Edgar Morin, le provincial que j’étais ne trouvais aucune parisianité dans son comportement, même si certains aspects avaient pu me surprendre, plutôt en bien d’ailleurs13.

Suite au prochain billet.


1 «Cahier des clauses générales établi le 22 octobre 1962 pour les conventions passées au titre du fonds de développement de la recherche scientifique et technique», Premier Ministre, Délégation à la recherche scientifique et technique, Fonds de développement, doc n° 312/110662.

2 Pour plus d’informations, voir le site  : http://plozcorpus.tge-adonis.fr

3 Edgar Morin, entretien réalisé par Bernard Valade « Un homme de revue », Hermes n° 60, Edgar Morin aux risques d’une pensée libre, CNRS Éditions, 2011, p. 171.

4 Robert Mandrou «À propos d’un microcosme breton en mutation : Problèmes de méthodes pluridisciplinaires», projet d’article pour la Revue historique, 1970. Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441.

5 Cet écrit faisait suite à un séminaire tenu quelques mois après l’achèvement des travaux et le dépôt des rapports des deux équipes d’historiens ayant travaillé à Plozévet. Au préalable, Robert Mandrou avait demandé à ceux-ci de dresser la liste des erreurs historiques factuelles contenues dans le livre et d’en faire la critique thématique.

6 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441.

7 Nous avons esquissé un tel retour, d’abord en 2002, lors de Rencontres CNRS «Sciences et Citoyens» organisées par la délégation régionale Bretagne – Pays de la Loire du CNRS, puis lors d’un colloque tenu les 16 et 17 mai 2008 à Brest et à Plozévet. Voir : Paillard B,, Simon J.F., Le Gall, L. En France rurale. Les enquêtes interdisciplinaires depuis les années 1960, PUR – CRBC, 2010, 395. Mais, bien des points restent obscurs. Raison pour laquelle nous nous sommes lancés dans un programme de redécouverte des archives appelé Plozcorpus.

8 Parfois, à tort.

9 Lettre d’Edgar Morin à Jean Stoetzel du 14 décembre 1966. Arch. IMEC, Fonds Edgar Morin, dossier «Affaire Plozévet».

10 Burguière A., «Plozévet, une mystique de l’interdisciplinarité ?», Pour une histoire de la recherche collective en sciences sociales, Cahiers du Centre de recherches historiques. N° 26, oct. 2005, pp. 231-263.

11 Je n’ai aucun souvenir de son appareil photo, et il n’y a aucune trace de clichés dans les archives de l’enquête. Peut-être a-t-on confondu appareil photo et magnétophone, car pour Edgar Morin, préconisant l’usage de l’entretien enregistré, le port de cet appareil distinguait immédiatement le chercheur, comme il le note dans son livre.

12 Mathieu N., «Retour sur l’enquête historique», in, En France rurale. Les enquêtes interdisciplinaires depuis les années 1960, op. cit., p.107-108.

13 Paillard B., «Plozévet, du hasard à l’attachement», Ibidem,  p.127-143.

Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Les enquêtes de Plozévet sur les ondes. Le point sur “l’affaire Morin”Tous droits réservés.

Bernard Paillard

A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts