Encore “l’affaire Morin”. Des rumeurs persistantes…

Lors de la conférence d’André Burguière le 1er octobre,  à propos d’Edgar Morin à Plozévet, une personne a rapporté le propos qu’aurait tenu  le directeur du Musée National des Arts et Traditions Populaires, sans préciser s’il s’agissait de Georges-Henri Rivière ou de Jean Cuisenier, vraisemblance ce dernier (qui n’était pas en poste au moment des enquêtes), puisque il semblerait que ces dires furent prononcés au milieu des années soixante-dix. Ce personnage aurait dit que “Les Plozévétiens avaient très mal accueillis Edgar Morin, et qu’ils en avaient un peu marre d’être interrogés” (Écouter sur ce billet : “Pourquoi Edgar Morin a-t-il appelé Plozévet Plodémet ? Variations sur l’Aubrac…). 

Des propos démentis par les faits

Cette double assertion est totalement démentie par la réalité de l’accueil des Plozévetiens qui ont connu Edgar Morin. Lors de son séjour dans la commune, aucune marque d’hostilité à son encontre n’a pu être décelée. Par ailleurs, les Plozévétiens qui ont assisté à la projection des émissions de télévision relatives aux enquêtes lors des journées du patrimoine savent très bien que les critiques que certains ont porté à son livre concernent tout autre chose, comme l’a rappelé Frédérique Martin dans sa conférence. Il nous a bien montré que, si certains lui en ont voulu, ce n’est pas parce qu’ils “en avaient un peu marre d’être interrogés”. Et l’on peut se reporter à nos billets sur “l’affaire Morin” pour en retrouver la genèse. De son côté, lors de sa conférence, André Burguière nous a rappelé qu’il avait rencontré pas mal de Plozévétiens qui n’avaient jamais eu de contact avec les enquêteurs. Ce que, d’ailleurs,  des Plozévétiennes, alors lycéennes à Quimper, ont évoqué dans la discussion : elles étaient restées totalement étrangères aux enquêtes, tandis qu’un autre habitant, alors au collège de Plozévet, se remémorait, sans aucune animosité, qu’il avait été mesuré par les anthropologues.

En plus, affirmer que les Plozévétiens en avaient assez d’être interrogés par Edgar Morin et son équipe, c’est très mal connaître le contenu de son enquête. En effet, à part les syndicalistes agricoles et les personnalités de la commune (maire, directeur du collège, curé), la majorité des personnes avec lesquelles l’équipe d’Edgar Morin s’était entretenue, n’avait jamais eu de contact avec les enquêteurs, exceptés ceux qui avaient subi les enquêtes médicales et d’anthropologie biologique, et qui en gardaient, parfois, un souvenir amusé. En effet, il faut rappeler que les “populations cibles” de son enquête étaient largement étrangères à celles qui avaient été approchées par les autres travaux. Edgar Morin est le seul à s’être intéressé spécifiquement aux jeunes et aux femmes. Il s’était aussi appliqué à explorer la vie du bourg, en interrogeant les commerçants, des syndicalistes ouvriers, des responsables d’association, des populations largement négligées comme telles par des enquêtes essentiellement tournées vers le monde rural. Et, en ce qui concerne celui-ci, Edgar Morin avait disséminé ses jeunes enquêteurs dans des villages ayant peu attiré l’attention des chercheurs, si on excepte Lézavrec, assez connu par ceux-ci en raison de l’aide que leur apportaient au moins deux de ses habitantes, et de la présence de “Tante Thérèse”, la repasseuse de coiffe chez qui ils se retrouvaient pour regarder la télévision.

De mon côté, mes souvenirs ne corroborent absolument pas cette idée de lassitude. Le  village, auquel Edgar Morin m’avait affecté, n’avait guère été au centre des préoccupations des autres chercheurs. Je n’ai donc jamais eu à subir une rebuffade qui aurait été liée à une fatigue de ses habitants. Sans doute, certains pouvaient ne pas très bien comprendre ce que je venais faire dans ce village un peu reculé. D’autres étaient susceptibles de me prendre pour un jeune en vacances, d’autant plus que je fréquentais plus particulièrement la bande adolescente, dont un jeune parisien en vacances dans la maison familiale et une jeune fille en instance d’entrer en faculté. Mais au bout d’une quinzaine de jours, commençant à faire partie du paysage villageois, je pouvais lier conversation de façon impromptue, tandis que les entretiens “officiels”, car enregistrés, étaient acceptés de bonne grâce. Mes contacts quotidiens avec les habitants étaient donc des plus cordiaux. Ils furent même très amicaux avec les membres de la famille chez qui j’avais élu pension, au point que, depuis, les liens avec eux sont toujours très marqués par l’attachement et l’affection.

On est donc loin de l’idée de saturation des Plozévétiens, l’anecdote suivante suffisant à démentir leur supposé ras-le-bol. Alors que je venais saluer une personne le jour de mon départ, celle-ci me dit avec un air de reproche : “Mais, vous ne m’avez pas interrogé !”.  Il est vrai que j’avais jugé inutile de procéder à un entretien en bonne et due forme, estimant que les discussions quasi quotidiennes avec elle avaient été suffisantes… De son côté, André Burguière nous a rappelé que cette prétendue saturation était une construction des chercheurs eux-mêmes, une réaction liée à l’angoisse d’être sur “terrain” que beaucoup vivaient pour la première fois. Sans doute doit-on aussi rattacher ce sentiment à une certaine difficulté à “faire parler le terrain” par de jeunes chercheurs, rares étant ceux qui avaient reçu une formation à cette pratique.

Des rumeurs sur les enquêtes toujours en circulation

Or, plus de quarante ans plus tard,  circulent toujours ce qu’on est bien obligé d’appeler des rumeurs. Car, il s’agit bien de “on-dits”, ceux dont on fait état ici étant parmi ceux qui s’étaient propagés (sévissent-ils toujours ?) préférentiellement dans le milieu des chercheurs. Il en est d’autres qui se sont diffusés plus facilement à Plozévet, dont celui toujours très actif selon selon lequel Edgar Morin était le responsable de l’ensemble des études et même le réalisateur des films. Et, par contrecoup, cette idée peut être retrouvée dans le milieu universitaire. Ce que nous avons eu la surprise de constater assez récemment, une personne de l’Université de Bretagne occidentale estimant que le témoignage d’un Plozévétien était plus fiable que celui d’un membre de Plozarch !

S’il est assez aisé de détecter les bruits toujours en vogue (encore que !), par contre, en l’absence d’enquête réalisée sur eux à l’époque, il est impossible de faire état de l’ensemble de ce qui s’est dit à propos de ces enquêtes, si on excepte les propos documentés tenus contre Edgar Morin. Aujourd’hui, divers bruissements peuvent encore frissonner à Plozévet. Une liste assez difficile à établir tant certains ouï-dire manquent de consistance tout en étant très généraux, du fait qu’Edgar Morin n’ait rien compris à Plozévet, jusqu’à celui que son livre est plein d’erreurs, en passant par la mise en cause de la réputation de Plozévet ou de certains Plozévétiens. Quoi qu’il en soit, parmi ceux qui se sont propagés dans le milieu des chercheurs et dans celui de Plozévet certains, sans doute les plus nombreux, relèvent du mécanisme très général des rumeurs.

D’abord en ce qui concerne le procès de propagation. Les deux exemples mentionnés ici en sont très symptomatiques. Dans les deux cas, il est fait référence au témoignage direct de personnes dignes de foi. L’une parce qu’elle dirige un établissement muséal et universitaire, donc un personnage d’autorité, par conséquent jugé très compétent. L’autre parce qu’elle est originaire du lieu, donc un personnage de proximité, par conséquent considéré comme très au courant…

Or, toute rumeur repose essentiellement sur une chaîne de témoignages directs qui, pour diverses raisons, sont tenus pour véridiques et que l’on ne remet pas en question. Cette constatation est aussi vieille que la rumorologie, les travaux de Louis Villiam Stern, qui la fondent en 1902[1], ayant ouvert cette première perspective. À cheval entre les études judiciaires et la psychologie sociale, la critique du témoignage sera longtemps une des voies privilégiées de l’étude des rumeurs, avec leurs déformations, leurs condensations, leurs amplifications et de leur solidification.

Dans l’étude menée par Edgar Morin et son équipe sur “la rumeur d’Orléans[2], l’importance cruciale du témoignage  a été mise en évidence : on est d’autant plus enclin à croire en un « on-dit » et à le diffuser que celui-ci nous est rapporté par un proche, par quelqu’un dont on ne peut pas mettre en doute la parole sans briser une relation de confiance, de proximité, de sympathie, de connivence idéologique, ou d’autorité. Comme si le récit direct par une « personne digne de foi », ou même son reportage indirect, pouvaient suffire à authentifier son contenu. Sa véracité ainsi certifiée, nul besoin d’enquête personnelle, de mise à l’épreuve du témoignage pour établir une preuve. Une démarche qui n’a pas été jugée nécessaire par le directeur du Musée des ATP, pourtant un chercheur, ni par l’universitaire de l’UBO !

On le voit l’aveuglement devant les bruits n’est pas réservé aux seules personnes simplettes. Ainsi, lors de mon étude sur la rumeur du sida d’Isabelle Adjani[3], j’ai eu la surprise de constater que des collègues sociologues, connaissant pourtant nos travaux antérieurs, continuaient à penser que l’actrice était atteinte, malgré son démenti. Chacun tenait l’information d’une source sûre et vérifiée, soit d’un parent journaliste ou médecin, soit d’un ami bien placé dans le show-business. Ainsi, une proximité affective et l’autorité professionnelle, se renforçant l’une l’autre, accréditaient une certitude. On voit ce processus à l’oeuvre à Plozévet : le directeur de Musée National des Arts et Traditions Populaires rapportant des propos qu’il avait entendus sans en vérifier la teneur et la véracité ; l’universitaire de l’Université de Bretagne occidentale qui prend pour argent comptant les dires d’un Plozévétien, eux-mêmes de type rumorologique.

Cette psychosociologie de la confiance, loin d’être réservée aux rumeurs, est l’une des formes banales du lien social[4]. Et, si nul échange, langagier ou autre, ne peut exister sans un minimum de foi en l’autre, dans le cas de la rumeur, plus la relation est forte, plus le crédit qu’on porte à l’autre est puissant. Comme, plus elle est déséquilibrée par l’ascendance (ou par une compétence reconnue) d’un des partenaires, plus le second sera enclin à le croire[5]. Jusqu’à la difficulté, voire jusqu’à l’impossibilité, de mettre en doute ses dires sans remettre en cause la qualité de la relation elle-même. Sans doute, les rumeurs provoquent rarement de tels déchirements, leurs propos n’impliquant pas ceux qui les colportent. Mais, dans certains cas, elles peuvent compromettre définitivement les rapports entre eux et ceux qui en sont les victimes, malgré démentis et autres réhabilitations. Ainsi, une commerçante mancelle victime, avant Orléans, d’une rumeur semblable a dû quitter Le Mans. De même, le couple Leroy-Mayeur, accusé à tort d’avoir assassiné une jeune adolescente à Bruay-en-Artois, et sur lequel avaient couru des ragots infamants, s’est expatrié. Ceux sur qui ont circulé des bruits sont parfois contraints à changer de ville, parfois de nom ou de métier, afin de retrouver la quiétude de l’anonymat, et la confiance de nouvelles relations. Et l’on voit qu’à Plozévet, certains soupçonnent encore Edgar Morin…

De la difficulté de contrer ces rumeurs 

Pourtant, depuis près de deux ans Plozarch s’efforce de faire partager l’histoire des enquêtes de Plozévet, et l’on s’est assez étendu sur les tenants et aboutissants de cette “affaire Morin”. Dès lors, on pourrait s’étonner que ces éclaircissements tardent à porter ses fruits. Sans doute, ceux qui sont le plus enclins à croire à ces bruits ne sont pas des lecteurs fidèles de ce carnet d’enquête. Mais, de toute façon, toute rumeur, ne relevant pas du rationnel, est difficile à éradiquer, l’expérience de ceux qui en sont victimes le confirme. D’ailleurs, on sait que le démenti, qu’on pourrait assimiler à un contre-témoignage, le plus souvent ne vaut pas preuve. On a même pu constater que, quelquefois, il nourrit la rumeur elle-même, la relance sur de nouveaux thèmes. Ainsi, à Orléans on a dénoncé la collusion entre les commerçants juifs et la police qui infirmait les disparitions, comme celle entre eux et la presse qui accusait l’ignoble rumeur. De même, le démenti public d’Isabelle Adjani à TF1 a suscité des réactions de méfiance, voire de déni[6].

L’adhérence en une croyance et la foi en des informations circulant sous le manteau, malgré les démentis[7], relèvent, vraisemblablement, d’une psychosociologie de la méfiance et de la défiance. Si celle de la confiance repose sur la proximité et l’autorité consentie, celle sur la suspicion marque la distance, en général institutionnelle ou idéologique. Ainsi, des instances comme la police, les pouvoirs politiques, les « médias »[8], les élites, jusqu’aux scientifiques peuvent susciter l’incrédulité. Le soupçon porté sur leurs dires semble comme préformé par des adages largement partagés comme : « On nous cache tout ». Ce qui peut aller jusqu’à la théorie du complot qui vise à expliquer de façon simple et définitive ce qui échappe à l’entendement immédiat.

L’air du soupçon

Sans doute, ce qui a circulé à propos d’Edgar Morin à Plozévet ne relève pas de telles outrances. Cependant, on a pu noter que la méfiance à son propos, qu’avait provoqué la publication de son livre, a stimulé les mécanismes du soupçon de choses cachées. Ne l’a-t-on pas accusé d’être un mercenaire venu à Plozévet avec l’intention de se faire de l’argent ? N’a-t-on pas dit de lui qu’il avait perverti la jeunesse plozévétienne, ayant comme but de la monter contre les adultes ? N’a-t-on pas affirmé qu’il était le chef occulte du foyer des jeunes ?

Ainsi on a prêté à Edgar Morin des objectifs inavouables et cachés, une façon d’expliquer un comportement qui avait pu indisposer certains, dont sa familiarité avec les jeunes de “Jeunesse et loisirs de Plozévet”, les virées qu’il faisait avec eux dans les boites de la côte, et l’aide, pourtant bien timide, qu’il apportait à leur action. Ce qui, pour Edgar Morin relevait d’une attitude décontractée des rapports humains très éloignée de celle empruntée des chercheurs officiels, devenait, aux yeux de certains Plozévétiens, calcul et manipulation. Une présomption s’établissant à partir de faits avérés, mais interprétés en fonction d’une logique du soupçon. Un malentendu qui a nourri des bruits cherchant à rendre intelligible ce qui semblait incompréhensible aux yeux de certains adultes pour qui les rapports avec les jeunes impliquaient d’eux respect et sujétion. Des bruits qui, se développant sur des supputations, entendaient donner sens, trouver une logique à ce qui échappait. Ces bruits mobilisaient donc les ressources de la raison, mais une raison qui tournait sur elle-même car rationalisatrice, c’est-à-dire cherchant, à tout prix, à faire entrer des faits dans un schéma explicatif pré-construit d’un Morin trop familier avec les jeunes.

Nous retrouvons là un des mécanisme des rumeurs, le récit rumorologique surinterprétant le réel. En se closant sur lui-même, il ne tire sa force de conviction que de lui-même, aucune place n’étant laissée au doute. Car la rumeur est  un système d’idées qui force le réel. C’est une possession du réel par les idées, ce qu’on appelle la rationalisation, avec son “pouvoir véritablement magique et véritablement mythique de l’idée” tel que l’avait noté Marcel Mauss[10]. Contrairement au raisonnement rationnel qui exige un processus de vérification des faits, la rumeur fait fi de l’épreuve du réel. Elle se contente de la confiance en des témoins ou, simplement, en ses simples « intimes convictions ». Elle chemine donc avec la croyance pour compagne, cet acte auquel aucun humain ne peut échapper puisqu’à lui seul, aucun esprit ne peut tout vérifier. Ce qui nous renvoie à la sociologie de la croyance[9], comme à celle de la connaissance. Alors, devrions-nous intégrer la rumeur dans la connaissance ordinaire, thème cher à l’ethnométhodologie et développée depuis[10] ? Cet examen échappe aux propos de ce billet.

 Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Encore “l’affaire Morin”. Des rumeurs persistantes. Tous droits réservés.


[1] Voir : Pascal Froissard, « L’invention du plus vieux média du monde », in Média 1900 – 2000, (sous la direction de Bernard Darras et Marie Thonon), L’Harmattan, 2000, pp. 183-194.

[2] Edgar Morin, Bernard Paillard, Évelyne Burguière, Suzanne de Lusignan, Claude Capulier, Julia Verone, La rumeur d’Orléans, Seuil, 1969. Au printemps 1969, une rumeur de traite des Blanches s’empara de la ville d’Orléans : des jeunes filles  étaient enlevées et séquestrées dans des magasins de confection tenus par des Juifs, pour être expédiées comme prostituées au Moyen-Orient.

[3] Bernard Paillard, « La rumeur et le métier », in L’Épidémie, Carnets d’un sociologue, Stock, 1994, pp. 19-32.

[4] Louis Quéré et Albert Ogien (dir.), Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements, Paris, Economica, Coll. « Études sociologiques », 2006, 232p.

[5] A contrario, la méfiance, l’hostilité envers une personne possédant de l’ascendant auront tendance à décrédibiliser ses paroles comme ses actions.

[6] On a dit que, sur le point de défaillir, la star avait précipité son départ, une voiture du SAMU l’attendant prête à intervenir. Certains l’avaient trouvée particulièrement fardée, comme si elle cachait des boutons, signes de maladie. Que d’aucuns ont vu, malgré la main qu’elle portait continuellement à sa joue pour les soustraire à la vue des téléspectateurs. Personnellement, j’ai rencontré deux personnes, dont un collègue sociologue, qui avaient formellement remarqué la présence de ces boutons. J’ai eu du mal à leur faire admettre qu’ils avaient peut-être été victimes d’une sorte d’hallucination collective. Ce qui, toutefois, reste, en lui-même, un phénomène très fascinant. Comme si une conviction pouvait préformer une vision,  comme, d’ailleurs, des reconstructions a posteriori. Car l’histoire de la main sur la joue cachant les boutons a engendré d’autres spéculations. D’aucuns ont stipulé que, depuis un certain temps, Isabelle Adjani cachait son visage, notamment dans des photos de mode, où elle le dissimulait sous un col-roulé particulièrement débordant.

[7] D’autant plus que les démentis n’occupent jamais une grande surface médiatique.

[8] Mot générique, de plus en plus employé, amalgamant toutes les sources d’information.

[9] Edgar Morin, La méthode, T. 4, Les idées, leur habitat, leur vie, leurs moeurs, leur organisation.  Paris, Seuil, 1991, p. 136.

[10] Voir, entre autres : Raymond Boudon, L’Idéologie, ou l’origine des idées reçues. Paris, Fayard, 1986 (en poche : Seuil/Points, 1992), L’Art de se persuader, des idées douteuses, fragiles ou fausses, Paris, Fayard, 1990 (en poche : Seuil/Points), Le Juste et le Vrai : études sur l’objectivité des valeurs et de la connaissance, Paris, Fayard, 1995. Gérald Bronner, Vie et mort des croyances collectives, Hermann (Coll. Société et pensées), 2006.

[11]  Voir, entre autres : Louis Quéré et Bruno Karsenti (dir.), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Ed. de l’EHESS (Coll. « Raisons pratiques », 15), 2005. Michel Maffesoli, La connaissance ordinaire : précis de sociologie compréhensive, Éditions Klincksieck, 2007.



Citer ce billet
Bernard Paillard (2011, 18 octobre). Encore “l’affaire Morin”. Des rumeurs persistantes… Plozarch. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/swak

Bernard Paillard

A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts