L’été plozévétien – épisode 00 « Souvenirs d’un enquêteur »

Nous ouvrons une page à épisodes. Son thème : l’été plozévétien, une façon de suivre les activités qui se déroulent à Plozévet durant les vacances, avec, en toile de fond, l’idée de les comparer avec ce qui se passait dans les années soixante.

APPEL À CONTRIBUTIONS : racontez vos vacances à Plozévet  dans les années soixante et aujourd’hui.

Mon été à Plozévet en 1965, par Bernard Paillard

Été 1965, les enquêteurs étaient presque tous partis, exceptés les étudiants recrutés par Edgar Morin. Dispersés dans différents villages de la commune pour mener enquête sur la vie paysanne, ils avaient en outre pour tâche de suivre la saison estivale à Plozévet. Cette observation portait notamment sur  les transformations apportées par les vacances. Qui vient en vacances à Plozévet (Plozévétiens ayant quittés la commune, touristes de passage, vacanciers louant chez l’habitant, habitant à l’hôtel) ? Quelles sont les habitudes estivantes des Plozévtiens ? Que font-ils durant les vacances ? Qui va à la plage ? Qui part en vacances hors de Plozévet ? Qui part en voyage ? Ceux dont la vie de travail continue ou se trouve accrue (agriculteurs, commerçants) ont-ils quelques loisirs ? Quelle est la vie des plages (Le Gored et autres) ? Y a-t-il des festivités ? Comment se passent les bals ? Sont-ils fréquentés par les touristes ? Quels sont les loisirs des jeunes (sports, plage, vie noctambule – boîte) ? Quels sont les rapports entre les Plozévétiens et les estivants ? Comme se passent la fin des vacances et la rentrée scolaire ?

L’enquête ne fut pas systématique, tant s’en faut, les jeunes enquêteurs étant beaucoup plus centrés sur le monde rural, excepté pour l’une qui s’intéressa plus particulièrement aux loisirs des jeunes.  Donc, en ce qui me concerne, je n’ai pu suivre que de très loin ce qui se passait au bourg comme sur la côte ou dans les autres villages de la commune.

C’est un été de terrien que j’ai vécu, partagé entre le recueil de témoignages sur les questions agricoles et la fréquentation des adolescents (une dizaine entre 10 et 17 ans) du village où je résidais. Ceux-ci, sans moyens de transport, en restaient prisonniers. Jamais ils ne descendaient au bourg ni n’allaient à la plage ou à la mer. Et, lorsqu’ils n’aidaient pas aux travaux des champs, ils s’ennuyaient pas mal. Ils se retrouvaient en haut du village à papoter des heures durant, se regroupant selon leurs âges sur cette place qui, à l’époque, n’était plus animée par les joueurs de galoche. Aucun des plus âgés ne fréquentait le club des jeunes, qui s’était créé au printemps, et qui cherchait à organiser quelques loisirs. Coupés des autres jeunes de la commune, on ne les voyait pas aux bals, dont ceux des mariages, qui, quelques samedis soir, se tenaient dans les grandes salles de l’Hôtel des Voyageurs ou des Bruyères. Parfois, certains, plutôt certaines étaient invité(e)s à venir regarder la télévision le soir par le seul foyer possédant un poste. Dire qu’il s’agissait d’une attraction serait exagéré ; une curiosité sans doute. En tout cas, cela passait une soirée… J’y suis allé une ou deux fois regarder La piste aux étoiles de Gilles Margaritis, une émission particulièrement prisée par mes hôtes.

La vie des adultes, elle, était rythmée par les travaux des champs, avec le moment capital qu’était la moisson. C’était la préoccupation principale, et la météo soulevait l’inquiétude : quel temps allait-il faire le jour de la fauche des blés et la mise en gerbe, et celui du battage. On craignait la pluie… Les terres n’étant pas encore remembrées, pas question de faire appel à la moissonneuse-batteuse. Dans le village où j’étais, la majorité des cultivateurs utilisait la faucheuse à barre de coupe tirée par un cheval, que, d’ailleurs, tous ne possédaient pas. L’entraide ou l’appel à un petit entrepreneur étaient donc nécessaires, surtout pour le battage : dans ce village, seuls deux agriculteurs disposaient d’une batteuse entraînée par la prise de force d’un tracteur. Un dimanche, participant à une journée de battage on m’avait mis à contribution pour monter le pailler. Une tâche dont je ne m’étais pas trop mal sorti, car je n’étais pas innocent dans le maniement de la fourche. Le travail s’étant terminé assez tôt dans l’après-midi, avec les adolescents du village, qui ce jour avaient la permission de sortir, vers 16 heures nous avions filé à la fête foraine d’Audierne. Nous y avions gagné une bouteille d’un mauvais mousseux de foire, un Saint Yves si mes souvenirs sont exacts, que nous avions dégusté quelques jours plus tard à l’abri des regards adultes. Cette escapade fut la seule sortie de ces jeunes (je ne sais plus si certains avaient assisté à la projection du film L’Équipée sauvage, que nous avions organisée dans la petite salle de cinéma de l’Hôtel des Voyageurs).

De mon côté, j’étais moins enfermé. Je pouvais profiter des voitures de deux de mes collègues pour m’échapper quelque peu. Je me souviens d’avoir été jusqu’à la Pointe du Raz. À cette occasion j’avais découvert celle du Van, sa chapelle de Saint They et son petit port du Vorlen. Des lieux beaucoup moins fréquentés qu’aujourd’hui et où nous avions la liberté de nous promener à notre guise. Nous avions aussi été au cinéma, une fois à Audierne, une autre fois à Quimper. Et deux ou trois fois à la plage du Gored. Le premier dimanche de septembre, j’avais été au pardon de Penhors sous un ciel assez menaçant, mais sans aucune goutte de pluie. Ne m’avait-on pas assuré qu’il ne pleuvait jamais au pardon de Penhors ! Pour le reste, je descendais tous les jours au bourg où je prenais mes repas à l’Hôtel des Voyageurs. Ainsi, j’ai pu côtoyer quelques touristes en transit vers la Pointe du Raz. Et nous avions devisé sur les attraits du pays. La rentrée scolaire sonna la fin de la période estivale. La place fut désertée de ses jeunes. De nouvelles tâches s’emparaient du milieu agricole, ramassage des pommes de terre, petits pois et autres carottes.

Bernard Paillard


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts