À propos des associations

Dans un ancien billet consacré aux associations à Plozévet, nous avions fait état des deux grands courants de pensée sociologiques entendant expliquer le foisonnement contemporain des associations.  Le premier, utilitariste, considère que  l’on s’associe pour répondre à un besoin. La déstructuration de l’État providence et le désengagement de ce dernier seraient donc les moteurs du mouvement associatif : on répondrait à une carence. Le second, communautaire, rejette cette démarche individualiste et rationnelle. Selon lui, l’association reposerait sur d’autres fondements humains. Seraient en jeux, l’esprit de solidarité et de gratuité (le bénévolat), la recherche de l’intersubjectivité. Et, ce ne serait pas par carence de l’État qu’on s’associerait, mais, au contraire, par aspiration à agir en dehors de lui et des cadres institutionnels établis. Un livre de l’an passé, Politique de l’association (Éditions du Seuil, 2010, 368 p.), de Jean-Louis Laville, sociologue, professeur du Conservatoire national des arts et métiers et chercheur au Lise (CNRS-Cnam), développe ce dernier point de vue.

La revue en ligne Sociologies ouvre le débat avec cet auteur. Avec les contributions de Jean-Louis Laville, Daniel CefaïMatthieu de Nanteuil.

Mise en ligne :

Nous conseillons vivement les lecteurs de Plozarch à consulter ces articles.

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts