Plozcorpus, dépôt d’un projet à l’Agence nationale de la recherche/3

Dessins « ANR » de Francis Haraux, La rédaction de projet (1)

 Site « Sauvons la recherche » : http://www.sauvonslarecherche.fr/IMG/jpg/ANRc.jpg

Lorsqu’au printemps 2010, Stéphane Pouyllau nous avait incités à déposer un projet blanc, la raison en était l’absence d’appel à projets « corpus » ; contrairement à ce que l’Agence nationale de la recherche avait inauguré en 2006. Cette année-là, Plozcorpus aurait été tout à fait éligible, puisque « la description analytique d’inventaires archivistiques, leur accès à distance, leur analyse assistée », comme « l’archivage de données électroniques dématérialisées » étaient recevables ; donc la constitution de bibliothèques numériques. Mais, dès l’année suivante, ce n’était plus le cas, le financement ne pouvant plus permettre « la simple constitution de fonds documentaires ou d’édition numérique ». Tout projet « corpus » devait être justifié par une recherche d’ampleur. Une philosophie qui est toujours celle d’aujourd’hui.
Mais, malheureusement, en 2006, il n’était pas question de Plozcorpus, l’idée de reprendre les archives des enquêtes ne faisant suite qu’au colloque de 2008. Et, lorsqu’il s’est agi de trouver les financements pour lancer ce projet, je n’ai même pas été voir du côté de l’ANR, misant plus sur la MSHB, d’un côté, et surtout sur le TGE-Adonis, de l’autre. Et, concernant celui-ci, pour une raison simple : chercheur au CNRS, j’avais plus facilement accès à l’information concernant le TGE. Ainsi, avais-je appris qu’un appel à projets, portant sur les « outils innovants de traitement et de diffusion en SHS et sur des projets pilotes de numérisation », avait eu lieu en 2007/2008. S’il était trop tard pour y concourir, on pouvait imaginer se porter candidat par la suite. Ce qui fut fait au printemps 2009.

Où l’on se perd dans les instances « Corpus »

Cependant, loin de Paris, j’avais du mal à me retrouver dans une situation assez embrouillée. En effet, trois instances semblaient s’occuper des « corpus », l’ANR, le TGE-Adonis et un autre organisme que le Ministère venait d’instituer à la fin de l’année 2008 : la « TGIR-Corpus », à savoir la « très grande infrastructure de recherche-corpus ». Pour un Béotien peu versé dans les arcanes des ministères et des organismes de recherches et d’enseignement supérieur, c’était assez incompréhensible. Et, ce n’est pas la feuille de route du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche qui permettait de distinguer  la fonction spécifique d’un « très grand équipement de recherche – corpus » de celle d’une « très grande infrastructure de recherche – corpus ». En 2008, il m’était totalement impossible de comprendre à quelle politique correspondait ces dénominations ; à part leur côté assez superlatif, une autre déclinaison des labélisations en « Ex ». Une situation encore plus complexe, si on entendait l’appréhender en détail.

Une stratification d’instances liée à leur histoire

En effet, la mise en place des différentes infrastructures, qui s’occupent de la pérennisation des données numériques en SHS, semblait être le résultat d’initiatives le plus souvent séparées de l’Université et du CNRS. Ainsi, du côté de l’Enseignement supérieur s’était créé, en 1999, le Centre informatique national de l’enseignement supérieur (CINES). Cet établissement public national à caractère administratif avait pour mission d’assurer, pour le compte des établissements publics d’enseignement supérieur, un service informatique, dont l’exploitation des bases de données d’information et de documentation. Depuis fin 2009, les plates-formes du CINES peuvent accueillir des données dont il garantit la pérennisation. Or, de son côté, le CNRS avait mis en place un service analogue, en relation avec le Centre de calcul de l’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules (CC-IN2P3) et le TGE-Adonis. Ainsi, depuis début 2010 les chercheurs en SHS avaient la possibilité de faire de l’archivage à long terme selon le modèle international de l’Open Archival Information System (OAIS).

Du côté des «CRN»

Mais, antérieurement à ces décisions nationales, à partir de 2005 certains laboratoires, voulant traiter leurs propres données numérisées (textes, images, sons, vidéos, fichiers 3D, etc.), avaient développé leur propre service informatique. Il s’agissait donc de sortes d’excroissance de laboratoires spécialisés, de telle façon que s’étaient définis plusieurs « Centres de ressources numériques » (CRN) travaillant chacun dans son domaine, par exemple en linguistique orale, en linguistique historique de la langue française, en histoire des sciences et des techniques, en histoire des textes, en ethnomusicologie, en géographie, etc. Une sédimentation née de l’histoire et non d’un plan préalable. Ce qui posait un problème, s’il s’agissait de mettre ces compétences au service de l’ensemble de la communauté scientifique en SHS, certains besoins n’étant pas couverts. Dès sa création en 2007, le TGE-Adonis reçut la mission de rationaliser cet ensemble, en permettant la création d’une infrastructure d’accès unifié aux données numérisées en SHS. Cette structuration allait se déployer en plusieurs phases, la première (2007-2008) ayant été essentiellement consacrée à la mise au point d’outils techniques. Le projet Plozcorpus, lui, a fait partie de la seconde phase du TGE(1). En effet, celle-ci, s’ouvrant à des corpus posant certains problèmes techniques, permettait à des équipes de conduire à terme leur projet numérique avec l’aide technique d’un CNR, raison pour laquelle le TGE demanda au CN2SV de collaborer avec nous. En effet, Plozcorpus posait un défi technique : comment mettre en place un système permettant de rendre interopérables des données pluridisciplinaires (textes, sons, photos, films), appartenant à plusieurs institutions, dispersées dans plusieurs lieux, et numérisées sous différents formats. Dans ce cadre, le TGE-Adonis nous donnait la possibilité de réaliser, à titre expérimental, un premier corpus, celui de l’enquête de l’équipe d’Edgar Morin. À nous de trouver les financements nécessaires pour poursuivre(2).

Où l’on reparle de l’ANR Corpus

À l’automne 2010, alors que Plozcorpus était dans l’impasse, une rumeur parisienne parvint jusqu’à Rennes : il semblerait que l’ANR allait mettre à son programme 2011 un appel «corpus ». Dès lors, deux questions préalables se posèrent à nous. Quelle place donner à l’aspect recherche ? À quel CNR déléguer la partie technique ? Ce dernier point était rédhibitoire. Car, sans un appui technique, inutile de déposer un projet. Or, à cette date, nous étions face à une nouvelle impasse : l’avenir du CN2SV semblait incertain, notamment parce que deux de ses membres l’avaient quitté pour rejoindre l’équipe du TGE. Il convenait donc de renforcer l’équipe de recherche et de s’assurer la collaboration d’un CNR. Devant l’avenir incertain du CN2SV, contact fut pris avec un autre CNR, « Telemeta« , CNR spécialisé dans le traitement sonore, mais essentiellement de type ethnomusicologique, puisque Telemeta était adossé au « Centre de recherche en ethnomusicologie« . Finalement, l’avenir du CN2SV étant (provisoirement ?) assuré, nous avons décidé de poursuivre la collaboration. Côté recherche, après avoir pris contact avec les différentes institutions détentrices d’une partie des archives des enquêtes de Plozévet pour s’assurer de leur collaboration, il convenait toujours de recruter une équipe de chercheurs statutaires suffisamment étoffée. Bertrand Müller, qui depuis peu était chargé par la direction de l’Institut national des sciences humaines et sociales d’animer un réseau autour des archives des sciences sociales (programme ARCHISHS), nous conseilla alors de prendre contact avec des chercheurs qui, de leur côté, travaillaient sur une autre enquête emblématique, la RCP dite du « Chatillonnais« .

Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Plozcorpus, dépôt d’un projet à l’Agence national de la recherche/3. Tous droits réservés.

La suite au prochain billet


(1) Dans une première phase (2007/2008), le TGE s’était consacré à développer l’aspect technique de cette infrastructure. Son soutien à 24 projets permettant d’avancer dans la création et l’utilisation d’outils innovants de traitement et de diffusion des documents numériques, selon quatre axes : accès, conservation, publication, usages ;  parallèlement à la structuration des différents opérateurs travaillant en relation avec le TGE. Donc, une phase essentiellement dédiée à la mise en place d’outils techniques. Si la seconde phase (2009/2010) reprenait ce volet technique et fonctionnel, elle ouvrait aussi un autre aspect. En effet, elle  entendait soutenir des « projet numériques ayant un caractère générique important », dont ceux portant sur le traitement et l’accès à des données culturelles, patrimoniales et sociales, tels que bases de données, corpus et collections multimédias, traitement linguistiques et textuels, géo-référencement, etc. En quelque sorte, à l’aspect purement technique et fonctionnel était joint un côté « contenu ».(retour au texte)

(2) Dans le billet précédent, nous avons vu que les changements intervenus ne nous ont pas permis d’ouvrir la seconde phase du corpus Morin.(retour au texte)


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts