L’été Plozévétien – épisode 02 « Les Arts à la Pointe »

Les Arts à la Pointe

La saga Plozévétienne se poursuit avec de nouveaux témoignages, de nouveaux  souvenirs et nous tenions à vous en faire partager un.

De [Partage] justement il est question pour cette 10ème édition des Arts à la Pointe. Manifestation culturelle estivale dédiée à la découverte de l’art contemporain et du patrimoine, Arts à la Pointe nous interroge cette année sur cette notion de [Partage], à travers un circuit présentant 11 artistes dans 10 lieux patrimoniaux de la pointe du sud Finistère. Du 12 juillet au 15 août, ils exposeront leurs oeuvres : sculpture, peinture, vidéo, photographie, installation…

Pour la seconde année, Plozévet, la bigoudène, participe à cette manifestation capiste. Un artiste a investi les bâtiments de la ferme de Kerfily qui, on le sait, sont promis à un devenir culturel. Nous en reparlerons. Pour l’heure, allons à l’école de Pors Poulhan qui, bien que capiste, a scolarisé des petits Plozévétiens et découvrons les premières impressions d’une visiteuse face à l’installation de Bénédicte Rousset, plasticienne -designer.

Les bancs, témoins de « l’être ensemble »

Mon travail se situe entre le design de mobilier et le domaine de l’art contemporain.J’explore les différentes manières d’être ensemble dans l’espace public et privé autour d’un mobilier de rassemblement et de partage : le banc.

A partir d’une collecte d’expériences et de souvenirs de bancs, il s’agit de concevoir différentes propositions de mobilier. Ces projets de bancs sont des retranscriptions de ces témoignages, des propositions de mobilier influant sur nos comportements, postures et habitudes. Il s’agit ainsi de questionner les différentes incidences du banc dans les rapports humain.

Bénédicte Rousset in Dossier de Presse «Arts à la Pointe 2010»


Le Banc

Ce 14 juillet 2010 voit passer des trombes d’eau poussées par un vent assez violent.

Comme chaque année les Arts à la pointe proposent à différents artistes d’interpréter le même thème.

L’an dernier ce thème était celui des frontières il me semble.

Dans la chapelle de la Trinité qui dans mes souvenirs d’enfance restait la chapelle du Pardon, celui où l’on offrait du beurre, le jour où mon père récoltait les premières pommes de terre nouvelles, étaient exposés des parallélépipèdes rectangles peints en gris ou en noir. Leur agencement m’évoquait une ville d’Europe de l’Est en perpétuelle reconstruction depuis la seconde guerre mondiale. La chapelle était vide de son mobilier et déserte.

Cette année ce ne sont plus les chapelles qui sont les lieux d’exposition. Le thème proposé est le partage.

Ma première visite me conduit vers les Halles d’Audierne. En entrant dans la salle je découvre ce que je prends pour un amoncellement de viscères et j’ai envie de tourner les talons.

Mais non finalement j’entre dans cette salle froide peinte en blanc tout à fait adaptée pour traiter le thème du corps humain et de la génétique. En sortant, je me dis qu’un jour, certains auront peut être la tentation de sélectionner les êtres humains comme du bétail de concours agricole. C’est ce que suggère cette mise en scène apparemment.

Allez pour me changer les idées cap sur Pors Poulhan, sa petite école et son banc. Le banc où l’on attend le moment opportun pour sortir en bateau, où l’on s’abrite du vent, où l’on attend le retour des bateaux avec leur pêche de poissons et de crabes, où l’on attend l’ouverture du café.

Le banc où l’on s’échange les nouvelles, où on apprécie les pêches maigres ou miraculeuses, chacun a ses repères qu’il ne révélerait pour rien au monde. Le banc des commérages et des ragots où se font et se détruisent les réputations, où l’on se distrait en se moquant de son voisin . Le banc où l’on s’ennuie aussi  tout simplement, jour après jour.

Alors , comment se dessinent les bancs en 2010 ? Certains sont colorés et se relient les uns aux autres comme dans un jeu d’enfant, parfaits pour une école maternelle, ou bien en ardoise austère et solide, ou encore plus étonnant avec une assise reprenant le mouvement des vagues.

Quelle belle créativité pour un objet aussi simple qu’un banc ! une vieille planche et trois pierres suffisent diront certains.

Quand je suis sortie de la petite école de Pors Poulhan le soleil était revenu.

Hélène L. Juillet 2010


Une réflexion sur « L’été Plozévétien – épisode 02 « Les Arts à la Pointe » »

  1. Merci à Nolwen pour son accueil et les précieux commentaires sur l’installation de Bénédicte Rousset.

Les commentaires sont fermés.