L’atelier d’écriture # C’était la dernière séance…

Suite aux trois séances consacrées à la révolution domestique, voici le travail de nos élèves, dernier temps d’écriture fictionnelle puisque nous les retrouverons à la rentrée 2012 autour d’un projet d’enquête de terrain, à l’année prochaine donc !

Dans nos familles d’agriculteurs, la modernité semble arriver en force, sans embûche ni résistance, chez les commerçants, ce sont les boutiques qui se transforment tandis que chez nos pêcheurs l’ambiance est électrique !

C’est aujourd’hui qu’arrive le frigidaire à la maison et tout le monde en est très fier. Le frigidaire se trouve dans la cuisine, à la place du lit clos qui a été mis au grenier. Le mari agriculteur en est très satisfait, car ses légumes vont enfin pouvoir être conservés plus longtemps. La cuisine a été rénovée. La couleur marron des vieux meubles a disparu, maintenant elle est bleue. Il y a plein de nouveaux meubles comme la table et…  

Arthur 


De la gazinière à charbon à la gazinière électrique. Aujourd’hui Marie-Jambu a décidé de faire une surprise à la famille, elle achète une gazinière électrique. Elle l’a achetée au bourg pour pouvoir cuire les aliments sans allumer un feu. Toute la famille a déplacé le vaisselier pour mettre la nouvelle gazinière. Ils donnèrent ensuite l’ancienne gazinière à charbon à leur voisin en échange d’une horloge traditionnelle car Marie-Jambu voulait plus de confort mais aussi garder des meubles anciens pour ne pas changer de trop sa maison. Ils placèrent l’horloge tout de suite à l’emplacement de la gazinière à charbon. Cynthia 

Il y avait de cela quelques jours, toute la famille était allée au magasin d’électro-ménager afin d’acheter un lave linge. Le père n’était pas vraiment d’accord, car il voulait un lit pour leur nouvelle chambre, mais comme la mère souffrait du dos, il avait laissé sa femme décider. 

Aouregann 


 En 1966, le mardi 12 avril, fut un grand jour. Notre famille rénova totalement sa cuisine. Uniquement du formica ! Avant, c’était difficile de s’occuper des enfants. Le samedi et le dimanche,  tout le monde (sauf le bébé) devait participer aux tâches ménagères : aller chercher de l’eau dans le puit, aller au lavoir… La mère était excédée par tout ce travail. En plus, les enfants, les plus grands, s’occupaient déjà des champs avec le père. Grâce aux nouveautés : gazinière, radio, lave-linge, cuisine en formica… la vie était plus simple.

Arnaud


Une livraison arrive… Nicolette et Lucette ont commandé de nouveaux meubles, pour se rendre la tâche plus facile. Les manoeuvres devenaient pénibles. Le travail sera plus simple à présent. Les meubles commandés remplaçeront le vaisselier et l’armoire devenus trop imposants. La couleur de ces nouveaux meubles, c’est bois naturel, une couleur qui ressemble beaucoup aux anciens, seulement en plus clair, la mode de ce mois ci… 

Lucie et Nicolas


 Aujourd’hui nous essayons le nouvel appareil que nous venons d’acheter. Ce sont des néons, de couleur rouge. Nous espérons avoir plus de clients qu’avant. Les femmes surtout, seront attirées  par la lumiere qui met en valeur les produits. En effet, une de mes clientes favorites me dit : 

-“Ces néons sont très jolis ! Ça me donne envie d’en acheter pour ma maison”. 

Yvan et Maëlle


À cette époque, il fallait de la modernité, des objets pratiques. On devait changer la forme et la couleur, comme passer du bois au formica, il fallait avoir l’eau courante, l’électricité et le chauffage. Donc la modernité arrive dans toutes les pièces des maisons. La famille Borges est allée acheter des objets de tout genre, à leur prix, bien sûr, mais d’une modernité inégalable, pratiques et modernes. Après leurs achats d’électro-ménager, ils remplacent les anciens meubles bretons par le design des années 60. Ils achètent une nouvelle cuisine, complète, spatieuse,  bien plus vaste que l’autre.  

Carlos 


 Aujourd’hui Mamie-Jeanne reçoit la visite de son petit-fils qui était parti avec sa femme en voyage de noce. En entrant, il lui dit: « Bonjour Mamie! Tu as toujours ton lit clos? J’en aurais besoin pour bricoler un peu dessus, et en plus tu devrais en prendre un autre…  

– Ne t’inquiète pas pour ça. Autrement ça va avec ta petite femme? répondit Mamie-Jeanne, qui visiblement n’était pas pressée de changer de mobilier!  

 Hugo Calvez


Ellipse d’un mois.

Cela faisait un mois que Jeanne, François et Loreleen étaient en deuil. Malgré tout, ils faisaient de leur mieux, se plongeant dans une routine indescriptible. Loreleen continuait ses études, passait tout son temps libre à broder et vendre. Jeanne, tenait l’échoppe avec Valérie. François, lui, aidait sa sœur à vendre, et passait son temps libre en mer, pour « rendre hommage à son père » comme il disait. Certes, ils devaient faire très attention et ne pouvaient se permettre aucun écart, mais ils se débrouillaient. Un soir, alors que Jeanne allait au lavoir et commençait à laver son linge, on la héla :

« Hé, Jeanne ! 

  • – Oui, c’est toi Valérie ?
  • – Oui, dis moi, pourquoi n’achèterais tu pas une machine à laver ? Tu as l’eau courante et l’électricité non ?
  • – Je les ai, mais je n’ai pas les moyens, depuis la mort de Castiel, je trime, Loreleen et François aussi. Je ne peux pas me permettre de .. 
  • -Tatata, la coupa Valérie, comme j’en vends à l’échoppe, je te fais une grosse réduction.
  • -Je vais d’abord en parler aux enfants, à plus tard. »

Jeanne avait fini de laver son linge, elle rentra.  L’hiver arrivait, on le sentait. Il faisait froid, pour un mois d’octobre. Jeanne ne le remarqua même pas, trop occupée par l’offre de son amie Valérie, comment allait elle en parler à ses enfants ? Que diraient-ils ? Comment allait-elle payer une machine à laver ? Tant de questions … 

Elle était arrivée – sans s’en rendre compte –  chez elle. Elle devait en parler, et vite. Elle entra, posa le linge fraichement lavé en vue de l’étendre et commença :

  • « Les enfants, venez là, je dois vous parler.
  • – Qu’y a t-il maman ? Demanda Loreleen,  ça s’est mal passé au lavoir ? 
  • – Non, répondit Jeanne, au contraire, mais Valérie m’a fait une offre, elle souhaite me faire une réduction conséquente sur une machine à laver. Comme nous avons l’eau courante, ça sera plus facile … 
  • – Non ! On galère assez comme ça au niveau de l’argent, pas de dépenses inutiles, la coupa François. 
  • – Je perdrais moins de temps comme ça, et puis, je pourrais aider Loreleen à la confection ! 
  • – D’accord, fais-le, mais si nous n’arrivons plus à nous nourrir convenablement, ce ne sera pas de ma faute, céda alors François. »

Ils mangèrent, en silence. Puis allèrent dormir. 

Hypollène


Un mois après la mort de Pépé Jean… La mort de Pépé Jean, nous a tous vraiment abattus. Aujourd’hui je croyais que j’irais faire une petite promenade au bourg de Plozévet. Alors je suis allé boire un coup, au bar de Nicolette et Lucette en emmenant le chien. Quand que je passais devant le magasin d’appareils électriques, je vis une superbe télévision, alors je courus chez moi pour prévenir ma femme Valérie. 

«Valérie Valérie!

– Oui répondit-elle, qu’y a-t-il encore? Tu as perdu le chien?

– Non non, la rassura-t-il, j’ai trouvé une superbe télévision dans le nouveau magasin du bourg.

– D’accord chéri, je vais aller te l’acheter tout de suite.

– Merci ma petite chérie.»

Pendant ce temps là, Valérie, trouva une superbe machine à laver. Alors au lieu d’acheter la télévision, elle fit l’acquisition de la machine à laver. Elle demanda au gentil vendeur de la mettre dans le coffre de la voiture de son mari.

«- Chéri chéri… j’ai acheté quelque chose pour nous.

– Allez, vite, amène la télévision par ici pour que je puisse l’installer.

– Oups, fit-elle… j’ai acheté une machine à laver. Tu n’es pas trop déçu ?  

Iecha et Elodie


Au bout de quelques mois les premières modernisations arrivent enfin à Plozevet. Les premiers à prendre goût à cette nouvelle modernisation sont Jeanne et son mari Jacki Fernant.  Jacki eu l’idée en premier, il évoqua les meubles en formica. Il dit à sa femme de changer cette cuisine qui n’était pas assez moderne. Sa femme, sans aucun négociation acquiesça: “Tant que c’est facile à laver et qu’il y a moins d’entretien, c’est bon pour moi!”  Une semaine apres Jaqui ramena le cuisine neuve il avait payé cette cuisine quatre mille francs à l’époque. 

Rodolphe 


Peu de temps après Colline finit par remarquer que ses voisines commençaient à avoir des objets de plus en plus modernes. Elle demanda alors à son mari de lui offrir une machine à laver. Elle n’avait pas l’eau courante, mais ça l’aiderait à devenir plus moderne! 

– ” Il nous faut une machine à laver pour nous moderniser. 

– Grand dieu non! Ça marchait très bien à l’ancienne. Le lavoir, c’est très pratique refusa premièrement son mari.”

Mais elle insista tellement qu’il finit par céder. Colline ne savait pas se servir d’une machine à laver, mais elle la mit tout de même à côté du vaisselier. 

Boris


Trois mois après le baptême, la famille Gouarch se rendit compte qu’il fallait plus de place dans leur maison, car ils étaient six dont trois jeunes enfants. Le père décida de transformer le grenier en chambre pour les enfants. La mère trouvait qu’elle avait beaucoup trop de travail à la maison avec les trois enfants, son mari était en mer toute la journée. Un jour en allant à Quimper trouver des lits pour les enfants, ils virent un magasin où on vendait des appareils électroménagers. La mère y commanda, malgré les protestations de son mari, une machine à laver et un frigidaire. Donc la famille Gouarch rentra à Plozévet avec deux lits et l’impatience de recevoir leur appareils. 

Maël 



Citer ce billet
laurewelschen (2011, 21 décembre). L’atelier d’écriture # C’était la dernière séance… Plozarch. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/swb9