Les enquêtes de Plozévet

Pourquoi Plozévet ?

Les enquêtes de Plozévet sont directement redevables de la nouvelle politique d’orientation et de financement de la recherche en France mise en place, en 1961, sous l’égide de la Délégation à la recherche scientifique et technique (DGRST). Cependant, un tel choix demeure encore aujourd’hui assez étonnant. En quoi cette petite commune convenait-elle pour une enquête de grande envergure qui se voulait pilote ? Quels motifs présidaient à son élection comme lieu d’expérimentation de nouvelles méthodes en SHS, comme endroit où leurs différentes disciplines se confronteraient et coopéreraient ? Quels résultats attendait-on de cette démarche pluridisciplinaire pour en faire un prototype pour d’autres recherches à venir ?

BigoudenLe livre d’Edgar Morin, Commune en France, la métamorphose de Plodémet[1],traduit en Angleterre, aux États-Unis, au Japon, est devenu l’un des classiques de la littérature sociologique, toujours étudié en facultés. Bien que l’ouvrage ne soit que la face émergée d’une recherche beaucoup plus vaste. Sans doute n’a-t-il pas connu la popularité du Cheval d’orgueil de Pierre-Jakez Helias[2], qui, originaire de la commune voisine et dont le père était plozévétien, retrouve et retrace ses souvenirs ethnologiques d’une enfance passée entre Pouldreuzic et Plozévet. Mais, ses nombreux lecteurs de tout continent auront pu noter qu’Edgar Morin y avait mené enquête, ainsi qu’une ribambelle d’autres chercheurs qui, selon Pierre-Jakez Hélias, n’avaient rien compris à cette société bigoudène, riche de ses racines et de ses traditions, mais en pleines transformations. Le lettré local contestait une approche superficielle et extérieure d’une réalité qui, selon lui, n’aurait pu être appréhendée que par des chercheurs ayant des liens intimes avec les « observés », et, au minimum, parlant leur langue, le breton.

Cette polémique est toujours d’actualité, lorsqu’on remémore localement l’histoire de ces travaux : chaque fois, certains dénoncent les méfaits de cette enquête « parisienne » de type « colonial ». Et de rappeler les réactions de rejet de certains Plozévétiens à la lecture du livre d’Edgar Morin ou à la projection des films de Monique et Robert Gessain. Ce dernier ayant été la cheville ouvrière de l’ensemble, bien que, désormais, il soit pratiquement oublié par la majorité des Plozévétiens. Pour le meilleur ou pour le pire, Edgar Morin est devenu, pour beaucoup, l’inspirateur et le réalisateur d’une enquête ayant pourtant vu défiler, selon André Burguière[3], près d’une centaine de chercheurs de toute discipline en sciences humaines et sociales, et qui donna lieu à la publication d’une quarantaine de rapports, la publication de cinq livres[4] et celle de nombreux articles.

C’est dire l’importance de l’amnésie dont souffrent les enquêtes de Plozévet, cette grande Action concertée sous l’égide de la DGRST. Une histoire qui reste à faire. Mais qui rencontre bien de difficultés, beaucoup de ses protagonistes étant décédés. Donc, il conviendrait de se référer aux archives. Or, celles-ci, malheureusement, sont très dispersées, et pour la plupart non inventoriées. Raison de ce site conçu pour promouvoir l’écriture collective de l’histoire des enquêtes de Plozévet . Donc, ne pas hésiter à faire des commentaires, des critiques ou d’ajouter des compléments ; ce site est fait pour cela.


[1] Edgar Morin, Commune en France, la métamorphose de Plodémet, Fayard, 1967.[2] Pierre-Jakez Hélias, Le Cheval d’orgueil, mémoire d’un Breton au Pays Bigouden, Terre Humaine/Plon, 1975, Presses Pockett, 1982.

[3] André Burguière, chargé de faire la synthèse des études a publié Bretons de Plozévet, Flammarion, 1975. Ce livre n’ayant jamais été réédité, contrairement à celui d’Edgar Morin, André Burguière n’est associé à Plozévet que par ceux qui ont suivi un peu cette histoire. Il en est pourtant un des meilleurs connaisseurs.

[4] Edgar Morin, Commune en France, la métamorphose de Plozévet, op. cit. ; André Burguière, Bretons de Plozévet, Flammarion, op. cit. ; Nicole Mathieu, Les transformations économiques et sociales de Plozévet 1820-1920, AUDIR, Hachette, Paris, 1973 (épuisé) ; Christian Pelras, Goulien, une commune bretonne du Cap Sizun, Presses universitaires de Rennes, 2000 ; Edgar Morin, Journal de Plozévet, Bretagne 1965 (préparé et commenté par Bernard Paillard), Éditions de l’Aube, 2001

Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes