1) Le temps des « actions concertées »

En 1960, avec la création de la Délégation à la recherche scientifique et technique (DGRST), l’État se dote d’un organisme de définition et de coordination de la politique de recherche française1. Bénéficiant de crédits pour impulser des recherches innovantes, la DGRST met au point un nouveau dispositif de mobilisation de la recherche, les “actions concertées”, dans le but de favoriser la coopération interdisciplinaire et inter-institutionnelle.

En ce qui concerne les Sciences humaines et sociales (SHS), deux comités sont chargés de les mobiliser, d’un côté, le Comité socio-économique du développement, de l’autre, le Comité d’analyse démographique, économique et sociale (CADES). Celui-ci, présidé par Jean Stoetzel1 jusqu’en 1964, regroupe des scientifiques venant d’horizons disciplinaires différents et ayant des responsabilités importantes dans les institutions de recherche. Certaines de ces personnalités sont liées par un passé universitaire commun, par exemple leur passage par l’École normale supérieure de la rue d’Ulm2. D’autres se sont connus alors qu’ils travaillaient à la Fondation française pour l’étude des problèmes humains, fondée en 1941 sous le régime de Vichy, et dirigée par Alexis Carrel, prix Nobel de médecine en 19123.

Dans le cadre du CADES, en 1961 le docteur Gessain4 est chargé d’établir un rapport sur les besoins des sciences sociales. Constatant que leurs chercheurs sont trop habitués à travailler de façon isolée et artisanale, il prêche pour l’organisation de rapprochements interdisciplinaires. En cela, il reste fidèle à l’un des projets d’Alexis Carrel :  fonder une science de l’homme capable d’embrasser la multiplicité des problèmes auxquels il est confronté. En donnant à la médecine et aux sciences bioanthropologiques un rôle primordial5.

    Ce plaidoyer de Robert Gessain en faveur de l’interdisciplinarité et du rapprochement entre les sciences biologiques et les sciences sociales explique le choix fait par le CADES : concentrer ses crédits sur une seule grande étude. Un financement qui se répartiraessentiellemententre les différents centres dirigés par les membres du CADES. Ce qui leur permet de consolider leur équipe par recrutement de jeunes chercheurs. (retour)

 

1 Alain Chatriot, Vincent Duclert, Le gouvernement de la recherche. Histoire d’un engagement politique, de Pierre Mendès-France à Charles de Gaulle, Éditions de la découverte, coll. Recherches, 2006, 432 p.

2 Jean Stoetzel (1910-1987), sociologue, fondateur de l’IFOP en 1938, s’est appliqué à défendre les recherches empiriques dans la sociologie française, important notamment les méthodes américaines et la psychologie sociale. À partir de son élection à la Sornonne en 1955, il est devenu un des hommes les plus important de cette discipline.

3 Raymond Aron, Georges Friedmann, Jean Stoetzel se sont côtoyés au « Centre de documentation sociale de l’École normale supérieure », fondé en 1927 par  Célestin. Bouglé.

4 Dont : Jean Stoetzel, Robert Gessain, Alain Girard, Jean Bourgeois-Pichat, et le docteur Jean Sutter, qui, bien que n’étant pas membre du CADES, a joué un rôle considérable dans le choix de la commune de Plozévet.

5 Robert Gessain(1907-1986) est à la fois médecin, anthropologue et psychanalyste. Sa spécialisation dans le monde arctique fait suite à une première expérience : la traversée de l’Islandsis du Groenland qu’il entreprend avec Paul-Émile Victor et deux autres compagnons (1935). Robert Gessain devient spécialiste des Eskimos d’Ammassalik, objet de sa thèse. Lors de son passage à la Fondation d’Alexis Carrel, il dirige l’équipe « Population »,  et y développe des études démographiques. Ce qui lui permet d’intégrer l’Institut national d’études démographique (INED) dès sa création. En 1958, il devient sous-directeur du Musée de l’Homme et, en 1966, directeur de son Centre de recherches anthropologiques. Initiateur de l’enquête de Plozévet, il en est le coordinateur. 

6 Pour plus d’informations, voir : Alain Drouard, Une inconnue des sciences. La fondation Alexis Carrel, 1941-1945, Éditions de la MSH, 1995. L’auteur précise qu’au-delà de son aspect collaborationniste et de l’eugénisme dont Alexis Carrel était l’un des théoriciens les plus reconnus (ce qui lui vaut toujours sa mauvaise réputation), la fondation d’Alexis Carrel a joué un rôle important dans l’institutionnalisation des sciences sociales d’après-guerre (notamment la création de l’Institut national d’études démographiques – INED). Certains de ses chercheurs les plus en vue, comme François Perroux, Jean Bourgeois-Pichat, Jean Stoetzel, Robert Gessain, se sont retrouvés, par la suite, à des postes de responsabilité dans les organismes de recherche.



Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes