4) Un avatar tardif de la Fondation d’Alexis Carrel ?

Robert Gessain, médecin et anthropologue physique appartenant à l’École d’anthropologie de Paris, au temps de la Fondation il avait entrepris des travaux en vue d’analyser « l’influence du milieu sur le développement et la qualité biologique de l’individu ». Ses recherches portaient sur « l’étude physique et psychique de la population, son alimentation, le rythme du travail, l’organisation de la vie, les occupations, les loisirs, la natalité et la mortalité, l’hygiène infantile, l’émigration et l’immigration, les différentes classes sociales ». Conscient de la difficulté de mener de telles recherches dans le milieu urbain, il avait décidé de les commencer par l’étude de « groupes homogènes de population qui ont conservé un mode de vie quelque peu ancestral ». Si des contacts furent pris dans le Finistère, le Morbihan, la Sologne, l’enquête prototype fut entreprise dans la petite commune d’Apignac dans le département de la Loire. Aux divers relevés démographiques (naissance, mariage, veuvage, enfants, généalogie d’une famille, pyramide des âges), la part active du travail consista « à interroger les habitants et à, accueillir d’eux le plus grand nombre de renseignements possibles permettant de reconstituer toutes leurs façons de vivre ». Un long travail qui avait apporté des précisions sur le niveau intellectuel des habitants, leur économie, leur alimentation, leur hygiène, leur santé et maladies, l’influence du climat sur leur mode de vie, etc. Conçue comme une enquête pilote, elle n’eut pourtant pas de suites, la dissolution de la Fondation en 1944 mettant fin à toute idée de prolongement.

À son origine et dans ses intentions initiales, le projet d’action concertée sur Plozévet tente-t-il d’accomplir ce qui avait été conçu une vingtaine d’années avant par Robert Gessain ? À se référer à ce qu’il écrit dans sa préface au livre d’André Burguière, « À l’origine, je souhaitais au fond qu’on étudiât à Plozévet les problèmes humains, c’est-à-dire l’ensemble de ce qu’Alexis Carrel comprenait en ces termes »1, il est plausible de le supposer. Si ce projet ne fut pas présenté de la sorte, l’idée de favoriser le rapprochement entre les sciences bio-anthropologiques et les sciences sociales, la volonté de focaliser les enquêtes sur l’étude transversale d’une population restreinte était très proches de ce qui avait été imaginé pour Apignac.


1 Robert Gessain, in André Burguière, Bretons de Plozévet, Flammarion, 1975.


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes