3) Les différentes enquêtes

 Les premières conventions sont signées dès 1961, au bénéfice de Robert Gessain, Jean Fourastier, Alain Girard et Louis Chevalier. Une psycho-ethnologue, Solange Petit, est envoyée en estafette à Plozévet pour faire une première approche, une monographie sur Pors Poulhan et les pêcheurs, et préparer l’arrivée des chercheurs suivants en assurant leur logistique. Puis, l’équipe du Centre de recherche anthropologique, Jacques Gomilla, G. Goux, Marie-Thérèse de Lestrange, Lucienne Pée-Laborde commence ses études d’anthropologie physique, tandis que le couple Jean-Claude et Michèle Kourganoff mène une vaste enquête de psychologie sociale dont il est chargé par Alain Girard. De son côté, Alexandre Albenque fait un état des techniques, tant domestiques que de travail, et de leurs évolutions.

 En 1962, trois nouvelles conventions sont signées avec Claude Lévi-Strauss qui envoie Michel Izard étudier la parenté à Plozévet, avec Georges Friedmann qui confie à Jacques Maho l’étude de la diffusion de l’information et de la formation des leaders d’opinion, enfin avec Maurice Le Lannou, géographe spécialiste de la Bretagne, qui, avec son équipe lyonnaise, entreprend une étude de géographie tant physique qu’économique et humaine.

L’année suivante, c’est au tour des historiens d’intervenir, Ernest Labrousse chargeant Nicole Mathieu d’une recherche sur l’économie de Plozévet depuis la Révolution française, et Robert Mandrou supervisant  les travaux de Françoise Prigent sur la culture commerciale, ceux de Colette Capitan sur la vie politique, ceux de J. M Caillé sur la délinquance et la criminalité, ceux de Marie-Claude Gasnault-Bels sur la vie religieuse. De son côté, François Bourlière, gérontologue, mène des enquêtes sur les causes du vieillissement chez les Plozévétiens. 1963 voit l’établissement de trois nouveaux contrats, dont celui d’Ernest Labrousse qui est prolongé d’un an. Viviane Isambert-Jamati, sociologue de l’éducation, dirige l’étude de Noëlle Tricot sur l’enseignement à Plozévet,  André Leroi-Gourhan ceux de Donatien Laurent sur la culture traditionnelle.

    De son côté, Georges Friedmann intéresse, quelques sémiologues de son tout nouveau centre, le Centre d’études des communications de masse, avant d’envoyer, en 1965, Edgar Morin pour une étude sur la modernisation vue sous ses aspects psycho-affectifs. Ce qui sera l’objet de la dernière convention.

Durant tout ce temps, Christian Pelras mène son travail “d’ethnologie globale” à Goulien, tandis qu’à partir de 1965 André Burguière est chargé de faire la synthèse de cet ensemble.


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes