1) Pourquoi à Plozévet ?

Un “terrain” hexagonal

Quel intérêt la DGRST pouvait-elle trouver dans une étude d’isolat/commune ? En quoi cette recherche croisait-elle sa mission fondamentale ? Comment pouvait-elle s’articuler avec les préoccupations socio-écomiques du temps ? En fait, comme le rappelle Alain Chatriot1, deux intentions ont motivé les recherches sur Plozévet ; l’une relative à la multidisciplinarité (recherche pure), l’autre directement liée à des considérations économiques (recherche appliquée).

Cependant, on est en droit de se demander par quel artifice on est arrivé à articuler ces deux dimensions sous une même dénomination, l’enquête pilote de Plozévet ayant été définie comme “l’étude du monde agricole et rural français dans son adaptation aux conditions de la vie moderne”. Et il était question de la France rurale en général, pas d’une spécificité bretonne. Il n’y avait donc aucune intention de la privilégier, comme de fonder une ethnologie de ce domaine. Ce qui explique que certains champs aient été oubliés, la langue par exemple.

    Le choix de la Bretagne tient-il au fait qu’elle connaissait une grave crise agricole ? Pas vraiment, les critères relatifs à la consanguinité étaient déterminants. Cependant, la préférence aurait pu se porter ailleurs, car, si la péninsule comportait de fortes zones de consanguinité, il en existait d’autres en France, notamment dans certaines vallées de montagne. Or, après examen de plusieurs régions, le Finistère fut retenu. Pourquoi ?

Les raisons du lieu

C’était un département que connaissait bien le docteur Jean Sutter. Consacrant ses travaux aux conséquences médicales de l’endogamie, après l’étude d’une petite anomalie des incisives latérales, il lui avait été demandé d’utiliser la même méthode pour analyser une pathologie beaucoup plus handicapante. Son choix s’étant porté sur la luxation congénitale de la hanche, ses premiers sondages l’avaient conduit en Finistère Sud. Plus exactement en Pays bigouden, qui semblait être à l’épicentre de ce phénomène2. Mais, comme le montreront ses travaux, Plozévet, n’était pas le foyer central. Dès lors, la commune n’était pas la mieux placée.

    Pourtant, elle fut retenue par le docteur Robert Gessain, pour motifs très utilitaires. Les archives y étant bien tenues, on pouvait engager des études longitudinales sur plusieurs générations, l’utilisation des registres d’état civil permettant d’analyser la parenté et bien d’autres aspects, en constituant de solides échantillons sur lesquels appliquer des modèles statistiques. D’autre part, les chercheurs pouvaient compter sur la coopération d’un maire, ancien directeur d’école, qui regardait de façon assez favorable le monde de la recherche. Cependant, afin de contrôler la « singularité », mais aussi la diversité de Plozévet, commune de 4 800 habitants à l’époque, marquée par son dualisme fondamental “rouge/blanc”, on demanda à un jeune ethnologue, Christian Pelras, de mener à Goulien, commune voisine plus petite et moins marquée, une “étude d’ethnologie globale”. 


“Les manifestations d’insatisfaction du monde agricole et rural ont, à de nombreuses reprises, alerté l’opinion aussi bien que les pouvoirs publics. La division de la population selon l’habitat – rural ou urbain – ou selon l’activité – agricole ou non agricole – repose sur de nombreux critères. Le Comité a estimé qu’une des conséquences de recherche appliquée des plus évidentes de l’enquête sur le monde agricole et rural devait être la détermination scientifique de ces causes d’inadaptation et d’insatisfaction” ( DGRST, Fonds de développement, 1961, p. 100), cité par Alain Chatriot et Vincent Duclert, « Fonder une politique de recherche : les débuts de la DGRST », in L’État à l’épreuve des sciences sociales, La fonction recherche dans les administrations sous la Ve République, sous la direction de Bezes P., Chauvière M., Chevalier J., de Montricher N., Ocqueteau F., La Découverte, 2005, p. 32.

2 Sutter J., avec la collaboration de Goux J-M., et de Desse G., Giot P-R., Reynès F., La luxation congénitale de la hanche, Paris, Presses universitaires de France, 1972.


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes