3) Une ethnographie de sauvegarde ?

     Ces films, dans la lignée des “Arts et traditions populaires”, sont assez attachés aux aspects traditionnels de la société plozévétienne. S’ils coexistaient avec ceux de la modernisation en cours, ils étaient pourtant en voie de disparition rapide, voire totalement éteints.

Une ethnographie de sauvegarde ?

    Cet intérêt pour le passé ne peut surprendre, car les ethnologues, au-delà de l’étude des cultures, entendent garder les traces de ce qui disparaît sous l’évolution des sociétés. D’où leur application à conserver des objets, à recueillir la culture orale, contes, mythes, chants, à photographier personnes, habitations, lieux, paysages, à filmer gestes et rites. Une préoccupation de sauvegarde du patrimoine culturel qui, en France, avait d’abord animé les folkloristes, puis, à partir de sa création en 1937, les chercheurs du Musée des Arts et Traditions Populaires1.

    Robert Gessain, médecin et anthropologue physique est aussi un ethnologue formé à l’école française. Aussi, la ciné-ethnographie plozévétienne est-elle conforme, pour l’essentiel, aux conceptions de l’ethnographie telle qu’elle était enseignée en France depuis Marcel Mauss, et qui s’est développée au Musée de l’Homme autour de Marcel Griaule.

    Si l’on se réfère au cours de Marcel Mauss sur la méthodologie de l’enquête, on remarque que bien des thèmes retenus par Robert et Monique Gessain y sont fidèles. L’insistance sur certains traits témoigne d’une orientation très descriptive comme le souhaitait Marcel Griaule1, avec une attention particulière pour certains gestes techniques, jusque, par exemple, aux confections de vannerie.

    Ces films, décriés par certains Plozévétiens à l’époque, car donnant d’eux une image archaïsante, sont aujourd’hui très appréciés. Témoignages vivants d’une culture et d’une société, ils sont revendiqués comme partie intégrante du patrimoine de la commune.


1 Les enquêtes de Plozévet, initiative du Centre de recherches anthropologiques (voué à l’anthropologie physique), n’avaient pas vocation à promouvoir des études sur la culture traditionnelle. Un seul chercheur, Donatien Laurent, un des rares bretonnants (ils furent quatre), fut chargé d’une étude sur la société traditionnelle et ses cycles de vie. Intermédiaire entre les chercheurs et la population bretonnante, il était aussi chargé de trouver les personnes acceptant d’être filmées dans leurs activités traditionnelles. Par ailleurs, il procédait au collectage de chants en breton, travail que nous ne retrouvons pas dans les productions cinématographiques.


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes