Archives par mot-clé : Agro-alimentaire

« Mieux connaître l’agriculture biologique »

Le syndicat des eaux du Goyen et la Communauté de communes du Pays Bigouden Sud ont proposé, jeudi dernier, une journée de formation « Mieux connaître l’agriculture biologique pour mieux l’envisager sur mon exploitation » qui s’inscrit dans le cadre du programme de reconquête de la qualité de l’eau sur le bassin versant du Goyen ; réflexion qui s’adresse autant aux agriculteurs qu’aux services techniques des collectivités territoriales et aux particuliers. Katel Gueguen, du Groupement d’agriculteurs biologiques du Finistère et Thomas Picheral, animateur au syndicat des eaux, proposent d’apporter aux agriculteurs dits conventionnels quelques éclairages sur l’agriculture biologique. Quel est le cahier des charges à respecter ? Comment faire évoluer les systèmes d’exploitation ? Quels sont les débouchés, les aides sur l’installation et la conversion ? Car, comme le souligne Thomas Picheral sur ce dernier point, il s’agit bien d’une « révolution » en terme de pratique qu’il est important de pouvoir accompagner. En début de matinée, deux exploitants, l’un de Poullan-sur-Mer, l’autre de Confort-Meilars, et une conseillère en agronomie à la Chambre d’Agriculture assistaient à cette formation qui devait se poursuivre l’après-midi par la visite d’une exploitation laitière de Mahalon en fin de conversion biologique.

La tenue de cette formation et les débats actuels qui y sont liés nous amène à citer un passage du livre d’Edgar Morin, Commune en France, la métamorphose de Plodémet, Fayard, 1967. L’auteur s’interrogeait alors sur le devenir des petites exploitations du territoire plozévétien. « La mort de la micro-exploitation semble fatale à tous. Toutefois, il n’est pas interdit d’envisager une future renaissance de la micro-exploitation, à la faveur d’un retour, déjà ébauché dans les grandes villes, aux produits « naturels » ou de « terroir ». Ce courant vers « l’authenticité » deviendra un courant, certes mineur, mais nécessaire et complémentaire au sein de l’alimentation industrialisée de masse, et favorisera un nouvel artisanat rural, qui bénéficiera de cours supérieurs. » Idée contre laquelle Jean-Louis Peninou, collaborateur de Morin dans le cadre de cette recherche, s’oppose  : « Il est difficile d’envisager la renaissance de la petite exploitation, grâce à une hypothétique agriculture de luxe néo-artisanale. Celle-ci suppose généralement la proximité des centres, la grande qualité des terres, les méthodes ultra-modernes. »