Archives par mot-clé : Alexandre Albenque

La révolution domestique

Dans son livre  La métamorphose de Plozévet, Commune en France le sociologue Edgar Morin décrivait l’apparition progressive dans les foyers plozévétiens du confort et de la modernité. « Le foyer c’était l’ancien penty la pièce unique avec l’âtre, la table, les bancs, le vaisselier, l’armoire, le lit, quelques images pieuses ; la première séparation entre le coucher et le séjour avait été généralement achevée en 1950, mais non la seconde entre cuisine et salle à manger. Sans aspirer encore à transformer le foyer en salle de séjour, la femme paysanne aspire à y séjourner et y introduit progressivement la révolution domestique. Surchargée de tâches d’exploitation, elle cherche d’abord l’allégement des corvées ménagères. Elle supprime le feu de la cheminée pour la cuisinière, puis la gazinière ; elle bouche la cheminée, supprimant l’ancienne polarisation sur l’âtre. Elle demande la machine à laver, qui supprime le lavoir, et précède de loin le Frigidaire dans la hiérarchie des nouveaux besoins. De l’utilité, elle passe à la commodité, qui déclenche la marche vers l’équipement électro-ménager. »

Reconstitution d’un intérieur traditionnel breton (en haut à gauche gravure sur bois, en haut à droite vaisselier et armoire, en bas à gauche horloge et vaisselier, en bas à droite lit clos) chez la famille Douirin, responsable du  Musée du petit meuble breton, à Plozévet. 

Ce phénomène de transformation de l’ancien en moderne est largement étudié par l’équipe d’enquêteur d’Edgar Morin, et c’est ce dernier qui soulignera le rôle majeur de la femme dans cette révolution domestique, la femme comme « agent secret de la modernité« . « La personnalité de la femme rurale est en mutation. La femme du bourg, exerçant ou non un métier, était déjà une ménagère. Depuis 1950, elle est l’animatrice de la révolution domestique, non pas contrariée, mais épaulée par le mari. (…) Les besoins s’enchaînent les uns aux autres et conduisent au pavillon moderne« .

De nombreuses archives témoignent de l’intérêt des chercheurs pour ce champs d’étude qu’est la modernisation de l’habitat. En introduction de chaque compte-rendu d’entretien avec un habitant est souvent décrit la maison ou la pièce dans laquelle le chercheur est reçu. On y note la présence d’éléments traditionnels (meubles bretons, configuration des pièces) ou d’éléments plus modernes (chauffage, l’eau courante, cuisine en formica). Les descriptions sont parfois accompagnées de petits croquis, que l’on retrouve également dans certains journaux d’enquête.

Intérieur de tradition

Entretien d’un habitant de Kermenguy mené par l’équipe Morin.

Il a 80 ans et possède 1 hectare de ferme, La maison est à l’écart du village, un petit mur l’entoure. Comme barrière, un simple tronc d’un petit arbre. Il est écrit :  « Entrez (dit en français). Il est dans la cuisine, pièce sombre éclairée par une étroite fenêtre qui de ce temps ne donne qu’une lumière pâle et filtrée. Il est près de l’âtre, il casse du bois. Il va faire sa popotte. La pièce est petite, cloison en bois recouverte d’un papier peint bleu , à fleurs, délavé et jauni par le temps. Le lit est recouvert de papier journal. Le long du mur, deux armoires bretonnes cloutées, toujours le même motif religieux, vaisselier entre les deux armoires.« 

Croquis d’un intérieur extrait d’un journal d’enquêteur de l’équipe Morin.

On y lit la description suivante :  » La cuisine salle à manger est grande, assez peu meublée. La cheminée est transformée en placard. La grande horloge bretonne est posée de biais dans l’angle du mur. La cuisine occupe un coin de la pièce, un meuble bas le coin opposé. La cuisine est très réduite, une cuisinière à charbon, un évier, un petit placard. la table est large, parallèle aux fenêtres, assortie de 6 chaises neuves en bois clair. Sur la table de la cheminée, sur l’horloge, sur le meuble, des pots de fleurs, des potiches, des bibelots égayent cette grande pièce. Tout est bien rangé. Une seule photo, celle de l’aîné des filles en communiante. »

Dans le chapitre de son livre consacré à la bourgeoisie naissante, Edgar Morin s’interroge sur le processus d’urbanisation et d’embourgeoisement récent de la commune. Il note que des les années 1950-1955 ce mouvement s’amplifie notamment par le biais de l’émigration « qui fournit au bourg ses agents économiques les plus actifs« , à l’exemple des commerçants qui pour la majeure partie viennent de l’extérieur. Alors que trouve t’on dans cet habitat breton qui se modernise et qui tend à s’urbaniser, à s’embourgeoiser ?

Intérieur de transition

Croquis extrait d’un journal d’enquête d’un chercheur de l’équipe Morin, qui y reconnaît un intérieur « de  transition ».

Il mentionne les éléments de type « anciens » : la lit sert encore, la table est en face de la fenêtre, il y a l’ensemble armoire, horloge, vaisselier, ainsi que les éléments de type « moderne » : ciment à terre, cheminée recouverte, chaises. Il décrit sommairement les éléments de décoration : sur le porte assiettes une série de 6 photos de mariés, au dessus du lit un gravure représentant le sacré coeur.

Dans son ouvrage de synthèse  Bretons de Plozévet, l’historien André Burguière analyse cette  révolution technique, reprenant l’enquête statistique réalisée par un autre chercheur, Alexandre Albenque, sur les techniques ménagères et agricoles. « Il est temps de regarder autour de nous, d’interroger les objets eux-mêmes, de démêler le chaos dans un équipement où le tout récent souvent coexiste sans transition avec le plus archaïque, les lignes de force de cette modernisation.  » Il analysera les différences d’équipements techniques entre les familles d’agriculteurs et les autres familles, les survivances dans la structure et l’aménagement de la maison, les premières intrusions modernes et le rôle primordial de l’électricité.

Extraits des questionnaires d’enquête d’Alexandre Albenque, archives déposées au CRBC, Brest.

Planche de croquis extraite de Bretons de Plozévet d’André Burguière.

De l’objet mécanique à l’objet l’électrique.

Intérieur moderne

Crédits photographiques : En haut de page, affiche publicitaire pour les cuisines en Formica est extraite du site Internethttp://decodemontreal.com/2010/09/its-formica-time/, consulté le 22 novembre 2011. En bas de page, affiche publicitaire extraite du site Internethttp://retrorigolo.blogspot.com/2010_08_01_archive.html consulté le 22 novembre 2011.