Archives par mot-clé : ANR

Dépôt d’un projet à l’ANR-Corpus/5 : projet « Mondes ruraux »

Le projet, déposé à l’ANR-Corpus sous l’acronyme « Mondes ruraux », se propose de conserver et de mutualiser les données d’enquêtes collectives interdisciplinaires, passées et présentes, relatives au monde rural. Sous la responsabilité de Gilles Laferté et coordonné par la MSH de Dijon, il entend mettre au point un dispositif technique et institutionnel permettant de pérenniser, de documenter et de partager des données numériques recueillies sous différents formats (textes, films, photographies, enregistrements sonores, cartes, etc.), et qui sont dispersées en plusieurs lieux de dépôt et détenues par des institutions différentes 1. Défi tant technique qu’institutionnel, son objectif est :

  • De créer, à partir des fonds Plozévet et Châtillonnais, la première étape d’un outil pérenne de corpus de données scientifiques sur les mondes ruraux, dont la pierre angulaire sera d’abord les grandes enquêtes des années 1960 aux années 1980. Un tel corpus a vocation a être mis à la disposition de toute la communauté scientifique.

 

  • De montrer, au-delà des usages patrimoniaux et de l’histoire des sciences sociales, que ces archives constituent surtout des corpus de données essentielles pour conduire aujourd’hui des recherches cumulatives et collectives en sciences sociales, pour conduire ce que nous nommons des « revisites ».

 

En ce sens, seront archivées les données de terrains recueillies au cours d’enquêtes de « revisite », afin de faciliter une « ethnographie collective », et de mettre à disposition de la communauté scientifique ces données directes, collectées hier et aujourd’hui. Une façon de répondre à la critique souvent formulée à propos des enquêtes collectives interdisciplinaires passées, certaines n’ayant pas brillé par la mise en commun et par la coopération interdisciplinaire ; ce qu’on a remarqué notamment dans le cas de l’action concertée de Plozévet…


Le projet rassemble cinq partenaires, la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon (MSH de Dijon), le Centre d’Économie et de Sociologie Appliquées à l’Agriculture et aux Espaces ruraux (CESAER, UMR INA – AgroSup, Dijon), le Laboratoire d’Études Rurales (LER, Université Lumière Lyon 2) le Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO, Université de Rennes 2, UMR CNRS 6258), le Centre de recherche Bretonne et Celtique (CRBC, Université de Bretagne Occidentale).

L’institution coordinatrice du projet est donc la MSH Dijon. En effet, cette Unité Mixte de Service offre l’infrastructure technique adéquate (plateforme numérisation, Centre de Ressources Numériques, personnels qualifiés). Sous la responsabilité de G. Laferté, responsable du pôle archives de la MSH Dijon, la MSH coordonnera l’avancée des travaux archivistiques et informatiques. En ce qui concerne Plozcorpus, qui nous intéresse directement, notre collaboration avec le CN2SV sera poursuivie, Delphine Usal, technicienne CNRS  au Centre Alexandre Koyré, gérera la base de données de Plozcorpus et assurera la gestion web du site http://plozcorpus.tge-adonis.fr. D’ores et déjà, elle a procédé à sa migration sur Drupal 7, CMS qui s’avère plus adapté à la gestion d’un protocole OAI-PMH que WordPress sous lequel Plozcorpus était antérieurement (rappelons que  c’est sous WordPress, plus adapté aux blogs, que sont les carnets d‘hypotheses.org, donc le nôtre).

Quatre grands objectifs

1) Rassembler des corpus dispersés sur les mondes ruraux

Pour Plozévet comme pour le Châtillonnais, nous avons constaté que les archives de ces enquêtes étaient très dispersées, par conséquent très difficiles d’accès, certaines, d’ailleurs, n’étant pas inventoriées, encore moins déposée, notamment celles qui sont toujours chez les chercheurs. Raison pour laquelle nous avons jugé nécessaire de mettre au point un portail donnant accès aux divers documents après numérisation, tout du moins à leur notice descriptive. Ce portail, s’expérimentant avec les deux enquêtes sus-nommées, se donne pour ambition de devenir LE portail de référence pour les enquêtes collectives interdisciplinaires, passées et présentes, sur les mondes ruraux, corpus qui intéressera autant les historiens des sciences sociales, les historiens des mondes ruraux et plus généralement de la France, que les sociologues, les anthropologues et les politistes. Une mise à disposition qui ne négligera pas toute personne concernée par ces enquêtes, en premier lieu les « observés » d’autrefois. Une telle mission exige la mise au point d’outils fiables et une architecture technique et institutionnelle garante de la pérennisation. C’est la première pierre de cet édifice que nous entendons fonder.

2) Mettre les archives au coeur de la scientificité des sciences sociales

Si les archives sont partie intégrante de la méthodologie des historiens, elles ne sont guère au coeur de la démarche des sociologues ou des ethnologues. Or, depuis que ce sont développées ces disciplines, de nombreuses enquêtes ont accumulé un stock conséquent de données, malheureusement rarement disponibles. C’est la constatation qu’ont faite les chercheurs qui sont retournés dans la région du Châtillonnais, au début, ils n’avaient pas accès aux sources des travaux y ayant eu lieu antérieurement. Pourtant, celles-ci constituaient une base comparative indispensable pour qui voulait étudier les évolutions de ces sociétés châtillonnaises. Ceci les a engagés à retrouver les archives de ces enquêtes. En ce qui concerne Plozévet, la démarche initiale de retour sur les archives était motivée par la prise en considération de leur valeur patrimoniale et par la nécessité de contrer leur dispersion, voire  leur disparition. Et, il nous semblait que cette collecte était nécessaire pour permettre aux historiens des sciences sociales et humaines de disposer de données de première main (carnets d’enquête, enregistrements sonores, photographies, films, etc.) susceptibles d’éclairer la façon dont s’était mise en place cette recherche, dont elle avait mobilisé les diverses disciplines, dont s’était vécu l’interdisciplinarité, dont elle avait instruit des champs du savoir, dont s’étaient mises au point les méthodes d’enquête, dont s’était posé la question des rapports entre chercheurs et entre chercheurs et populations étudiées ; bref  la façon dont cette recherche pluridisciplinaire avait marqué l’histoire des SHS dans son intervention dans la société et le développement de ses registres de scientificité.

3) Des matériaux pour l’histoire des SHS

En effet, l’histoire des sciences humaines et sociales, comme toute recherche historique, a besoin de sources archivistiques. Car, si elle veut comprendre la science « en train de se faire », si elle entend pénétrer au coeur des processus de légitimations des recherches, elle ne peut se satisfaire des seuls résultats publiés. Ceux-ci ne sont que face émergée de l’iceberg scientifique. Ils ne permettent pas de comprendre comment se sont développés des courants scientifiques, comment se sont instaurés des objets de recherche, ni de mettre à jour les enjeux tant institutionnels que financiers, si ce n’est politiques, qui les soustendent. Ces aspects sont pourtant décisifs, si l’on veut établir les raisons qui ont poussé de grands organismes de recherches à mettre en place des enquêtes collectives interdisciplinaires sur le monde rural au cours des décennies 1960-1980. Et, comment, à partir de ces études, se sont développés de nouveaux thèmes de recherche, se sont constituées des équipes, voire des centres de recherche, à une période de développement des SHS et de recrutement de chercheurs statutaires (il en est autrement aujourd’hui…). Seules les archives, qu’elles soient celles des administrations et organismes de recherche, celles des centres de recherche et celles des chercheurs, sont susceptibles de livrer ces intimités. Notre projet « ANR-Corpus » entend donc mettre à jour des matériaux que nous interrogerons dans le cadre de notre programme (voir plus loin), et que nous mettrons à disposition des historiens patentés des SHS.

4) Avancer dans la réalité de l’enquête collective

Les enquêtes dont nous partons avaient toutes pour originalité de se vouloir collectives et interdisciplinaires. Notre projet entend interroger ce régime de l’interdisciplinarité et de l’enquête collective. Dans son aspect historique, en questionnant ce que furent les enquêtes antérieures en ces domaines. Dans son aspect contemporain, en expérimentant en direct ce que peut être une enquête collective aujourd’hui. Une réalité grandement facilitée par le développement du numérique, des moyens de communication et de réalisation multimédia. Encore faut-il mettre au point les méthodes et protocoles adéquats…

Un programme sur trois ans

1) Créer et diffuser les corpus des enquêtes 

En ce concerne les archives des enquêtes passées, nous ne prendrons en compte au cours de ce projet que les archives des enquêtes de Plozévet et du Châtillonnais. À cela des raisons simples : ce sont celles dont disposent les institutions partenaires qui, d’ailleurs, ont déjà engagé la numérisation, si ce n’est commencé la documentation. Du côté Plozévet, nous continuerons à décrire les données numériques en Dublin Core, et elles seront diffusées selon le protocole OAI – PMH. Celles du Châtillonnais opteront pour l’XML-EAD. La diffusion des corpus se fera donc sous deux applications distinctes. Mais une mise en commun des métadonnées sera effectuée par la MSH Dijon : celle-ci offrira un moteur de recherche capable de moissonner les deux corpus, et une interface de consultation des résultats communs à l’ensemble des corpus du programme. Par ailleurs, ces corpus, suivant les recommandations du TGE-Adonis, seront « moissonnables » par le moteur mis au point pour celui-ci, à savoir ISIDORE (rappelons que notre blog est déjà moissonné par ce moteur). Enfin, l’ensemble des corpus sera décrit en se basant sur le vocabulaire contrôlé RAMEAU. C’est d’ailleurs une des conclusions à laquelle nous étions arrivés dans le cadre de Plozcorpus, un index spécifique, sans doute plus précis et adapté au cas Plozévet, ayant le redoutable inconvénient de s’y enfermer.

En ce qui concerne les données recueillies lors de nouvelles enquêtes, nous effectuerons un test de faisabilité afin d’étudier la pertinence de l’utilisation de la TEI pour ce type de corpus en voie de constitution. Cela nécessitera de former quatre personnes référentes chargées d’établir une architecture TEI, et le recrutement d’un retranscripteur afin d’aider les chercheurs à documenter ainsi leurs données textuelles. Si ce test est concluant et pas trop couteux en temps, nous tenterons de généraliser cette méthode facilitant grandement l’archivage en aval.

2) Capitaliser les expériences d’enquêtes collectives

Cet objectif sera réalisé lors de trois journées d’étude et de la réunion d’un colloque international prévu au printemps 2004. Cette contribution à l’histoire des enquêtes collectives interdisciplinaires en SHS se déroulera en trois phases avant le colloque final :

  • Une première journée dédiée à l’histoire des grandes enquêtes des années 1960 – 1980, qui, ainsi, prolongera le colloque tenu en mai 2008 à Brest et à Plozévet.

  • Une seconde journée sur les enquêtes collectives contemporaines.

  • Une troisième journée, « Mutualisation et transmission des données », fera le bilan provisoire du projet et préparera le colloque final.

3) Des enquêtes de « revisite »

Ces retours sur le terrain auront des ampleurs et des objectifs différentes.

  • En ce qui concerne le Châtillonnais, le chantier est déjà bien engagé depuis plusieurs années et différents chercheurs y ont développé des recherches spécifiques. Aussi, l’objectif principal sera de poursuivre et de boucler ces diverses recherches.

  • Pour ce qui est de Plozévet nous n’avons pas tenu à engager un programme lourd. Celui-ci se déroulera sous la forme de courts stages d’étudiants en ethnologie. Mais l’essentiel sera la possibilité offerte de prolonger le programme et l’esprit du projet Plozarch. De cette façon, nous entendons réaliser plusieurs films, en écho à ceux des années 1960, mais selon la méthodologie participative de Plozarch, tandis que nous étudierons la possibilité de diffuser, sous la forme d’un dossier multimédia en ligne, l’ensemble des données que nous avons recueillies avec Plozarch.

  • Enfin, un travail de reviste sera engagé sur le terrain de l’Aubrac.

Un coût assez conséquent

On le voit, il s’agit d’un programme important, son coût est à la hauteur de son ambition. Celui-ci est d’autant plus élevé que sa réalisation exigera l’embauche d’un personnel technique compétent, puisque les institutions de recherche n’engagent pas de personnel statutaire en nombre suffisant. Or de tels projets requièrent des personnes aux compétences métier précises et éprouvées, en archivistique, en informatique, en documentation multimédia, en valorisation, etc. Pour ce qui concerne le seul projet relatif à Plozévet, nous avons calculé qu’il nous faut un minimum de 6 mois pour terminer la documentation des archives sonores de l’enquête Morin, que la documentation de l’ensemble des archives textuelles et autres en demandera encore plus. Et, si l’on veut réaliser plusieurs films et préparer un dossier multimédia, il nous faudra une personne à plein temps sur deux ans. Quant à la MSH de Dijon, elle a besoin d’étoffer son personnel technique pour faire face à la demande en numérisation, en informatique et en documentation. Aussi, Plozcorpus, comme l’ensemble de ce projet à l’ANRS-Corpus est suspendu à l’obtention de crédits suffisants.

Espérons, c’est tout ce qu’on peut dire…

 Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Dépôt d’un projet à l’ANR-Corpus5 : projet « Mondes ruraux ». Tous droits réservés.


(1)

Texte rédigé à partir du projet « Monde ruraux » dont le rédacteur principal est Gilles Laferté, responsable de l’ensemble du projet, Bernard Paillard étant responsable de la partie Plozévet, avec Aurélie Hess-Miglioretti, ingénieure d’étude au CERHIO pour ses aspects techniques.(retour au texte)

 

 

Si vous souhaitez relire l’ensemble de ce feuilleton, retour à son premier billet.