Archives par mot-clé : CNRS

Les enquêtes de Plozévet sur les ondes : le point sur l’affaire Morin # 3

Pour en revenir à Plozévet, si l’un des reproches de certains des habitants est à mettre directement en liaison avec ce qu’ils ont considéré comme de l’indiscrétion, la vigueur de l’accusation interroge cependant. Et, certains griefs restent assez obscurs pour une personne extérieure à Plozévet. Ainsi, la simple photo d’un homme en train de trinquer et titrée « gwin ru » (c’est-à-dire vin rouge) suscita la colère. Alors qu’Edgar Morin entendait illustrer la convivialité des buvettes, on vit dans l’image la dénonciation d’un alcoolisme dont tous les Plozévétiens seraient affublés. De même, la réprobation de son soutien aux jeunes voulant créer une maison des jeunes reste assez incompréhensible. Rappelons, en effet, que l’année 1965 vit se multiplier cette revendication au point que cette année marque un pic dans la demande de création de Maison de jeunes et de la culture (MJC), et son extension au milieu rural. Ne faut-il pas voir dans le rejet de cet appui d’Edgar Morin le refus qu’une personne étrangère à la commune puisse intervenir dans la vie communale ? Pourtant, cette tentative d’intervention sociologique morinienne était bien timide comparée à celle qu’avait préconisée  Georges Lapassade lors de son court séjour à Plozévet.

De l’intervention sociologique

Georges Lapassade avait importé des États-Unis une conception de l’action research, qu’il avait adaptée à sa manière, en développant  ce qu’il a appelé l’analyse institutionnelle. Or, dans ces années soixante, l’idée de recherche-action ou d’intervention sociologique était aussi étrangère à l’enquête canonique en sociologie que la recherche participative telle que l’avait initiée l’École de Chicago. Importée des États-Unis par des psychosociologues cliniciens, la méthode mise au point par Kurt Lewin était en voie d’adaptation au contexte français. Une recherche-action cependant liée à la demande explicite d’un groupe en quête de changements, et auquel on appliquait les méthodes de la dynamique de groupe. Ce qui, en aucun cas, n’était adapté à Plozévet, la commune constituant une population beaucoup plus importante qu’un simple groupe, et qui n’avait jamais fait de demande d’intervention. Et, ce n’était nullement dans les intentions originelles d’Edgar Morin.

C’est à la suite de l’intervention de Georges Lapassade qu’il intégra quelques-unes de ces idées à sa méthode, les cantonnant dans un interventionnisme assez peu opérationnel : il s’agissait essentiellement de faire en sorte que les groupes se révèlent à eux-mêmes, et de favoriser tout dialogue et échange de connaissances. Ainsi, Edgar Morin organisa une rencontre entre les syndicalistes paysans et un spécialiste de l’agriculture. Mais, lors du passage de Lapassade (celui-ci, lui ayant proposé d’expérimenter sa méthode d’analyse institutionnelle, a tenté de monter une enquête parallèle ; un épisode que je raconte dans ma contribution à En France rurale, les enquêtes interdisciplinaires depuis les années 1960) un acte irréparable, aux yeux de certains Plozévétiens et assumé par la suite par Morin, avait été commis : la création d’un comité de jeunes. Le soutien, qu’il lui accorda par la suite, fut à l’origine d’un discrédit qui pesa sur lui pendant de nombreuses années, et qui est toujours perceptible chez certains. Le fait d’avoir assisté ces jeunes dans leur désir de créer un foyer pour eux seuls, à l’abri du regard des adultes et ouvert à tous indépendamment de leur origine sociale et de leur appartenance religieuse ou politique, fut ressenti, par certains, comme une intolérable immixtion dans les affaires de la commune. Un reproche venant essentiellement du milieu des enseignants. Pour eux, Edgar Morin encourageait les jeunes à échapper à la tutelle des parents, à s’adonner aux loisirs pervertis de la jeunesse « yéyé », voire au flirt ou à l’alcool.

Cette critique explicite du « yéyé » est significative. Je ne sais pas si l’épisode de « la folle nuit de la Nation » (dans l’analyse qu’Edgar Morin en avait faite pour le journal Le Monde, l’auteur avait créé le mot « yéyé ») avait alerté les enseignants plozévétiens, mais l’étude de Jacques Maho sur la réception de la culture de masse à Plozévet a révélé leur assez grande réticence face à une culture jugée abêtissante, face à une télévision leur retirant le prestige du savoir. En 1965, on percevait donc les prémices d’un malaise grandissant du corps enseignant face à une adolescence en voie d’affirmation, et moins encadrée par des parents plus laxistes envers des valeurs qui prévalaient chez les enseignants. Dès lors, le comité de jeunes, cette association « Jeunesse et loisirs de Plozévet » – le mot loisirs signifie bien l’intention de ces jeunes – s’opposait aux valeurs d’une société adulte pour qui le travail était central. Ce que traduit bien une lettre envoyé à Edgar Morin lui reprochant, entre autres, de ne pas avoir célébrer “la jeunesse studieuse de Plozévet”, celle qui suivait la voie des grands ancêtres, comme l’académicien Henri Normant, l’universitaire Pierre Trépos, le recteur d’académie Henri Le Moal, sans compter les “17 agrégés (nous n’avons jamais pu comptabiliser ces 17) dont s’enorgueillissait la commune.

Et, l’affaire du comité des jeunes, rapidement close par minage interne, devait rebondir un peu plus d’un an après le départ d’Edgar Morin, en Mai 68. Plozévet y connu sa barricade, quelques malheureuses planches mises en autodafé au bas du bourg par une poignée de jeunes en mal de retour de bal. Ce qui valut l’intervention de la gendarmerie et l’embarquement de ceux qui ne coururent pas assez vite, puis leur rétention à la brigade de Pont-Croix. Un monôme adolescent mis par certains sur le compte de l’influence néfaste de certains chercheurs ayant fait souffler à Plozévet le vent mauvais de la ville. Un événement qui défraya beaucoup plus la chronique médiatique et locale que cet autre pourtant autant, sinon plus, significatif, la tenue d’une assemblée de jeunes à l’initiative d’anciens membres du comité des jeunes. Plus d’une centaine de jeunes y ont débattu de politique et des événements du pays. Est-ce là un effet rebond de ce qui s’était passé en soixante-cinq ? Peut-être, si l’on s’en tient à ce que dit l’un des protagonistes de cette aventure à Ariel Nathan dans son film  Retour à Plozévet[1]: « Il nous a appris la démocratie ». Un jeune qui, une trentaine d’années plus tard, devenait premier adjoint dans une équipe municipale renouvelant la politique locale, en destituant le pouvoir du maire sortant, ancien directeur de l’école, comme le voulait la tradition depuis la Libération. Une nouvelle équipe mélangeant sans problème des conseillers d’origine « blanche » et « rouge », à l’instar de ce que revendiquait le comité des jeunes, tout en restant marquée à gauche. Mais bon, il serait bien  prétentieux d’attribuer à l’action morinienne cette évolution, tant elle est classique en Bretagne[2].

De l’écriture

Autre reproche : l’écriture du livre. Si le trait d’écriture, la formule élégante, voire le mot d’esprit peuvent séduire certains, cette écriture, peu conforme aux normes universitaires, a aussi le don d’irriter bon nombre. D’ailleurs, les libertés langagières, dont Edgar Morin était coutumier avant Plozévet, l’avaient discrédité aux yeux de confrères pour qui ce genre essayiste ne pouvait prétendre faire science. Ainsi Robert Mandrou, dès la première note de son article « À propos d’un microcosme breton : Problèmes de méthodes pluridisciplinaires »[3], dénonce ces « jeux de mots où l’auteur s’amuse », des « formules grinçantes », et un abus des ismes. En bref, un « langage où la création de vocable est la règle à chaque page (…) ; le ton d’un livre qui se veut ethnologique au sens le plus fort du terme, traduisant parfois, par d’infinies nuances qui étonnent chez un sociologue de la praxis, un certain mépris »[6]. Une citation que ne nieraient pas les plus farouches opposants plozévétiens à Morin, qui ont ressenti certains passages comme insultants. Des traits d’esprit incompris, mais qui ont blessé. Des néologismes obscurs, tel « sub-tropézo-germano-pratin », ou « femmes pavésiennes » qui ont laissé entendre que le livre était réservé à une élite férue de parisianité. De formule en formule, l’irritation a déclenché chez eux une allergie totale et définitive.

Du changement des noms

Enfin, procédure illusoire d’anonymisation, le changement des patronymes et des toponymes a d’abord soulevé la curiosité, les gens cherchant à se reconnaître et à identifier les autres. Des livres ont été épluchés, soulignés, avec une prédilection pour les anecdotes, pour les transcriptions de propos prêtés à tel ou tel. Ce jeu, parfois amusant, quelquefois malsain, a fini par dresser le tableau d’une petite comédie humaine plozévétienne, avec ses personnages en vue bien vite reconnus, et ces autres, anonymes, devenus, malgré eux, les héros de cette pièce sociologique. Aussi, le parti-pris scripturaire de rester fidèle à la singularité des faits et des hommes a induit une lecture où l’accessoire, le secondaire, le contingent sont devenus centraux. D’où, chez certains, l’impression et la dénonciation de ce « Clochemerle plozévétien », un mauvais roman jugé plein de rumeurs et de cancans. Une minorité, s’étant reconnue parfois à tort, s’est indignée d’être jetée en pâture aux regards des voisins, et à ceux d’inconnus venant de l’extérieur. Une frange de la population qui a donné le ton. Si avec le temps elle ira s’estompant, la mémoire collective gardera pourtant le souvenir de ces blessures.       

Autre effet assez inattendu de ce travestissement : le sentiment d’une atteinte à l’identité individuelle et collective, certains sobriquets jugés caricaturaux, par exemple le recteur Jain devenant l’abbé Abel. Ces clins d’oeil, s’il ont pu amuser, loin de plaire à tous, ont été ressenti comme une coquetterie d’autant plus parisienne que, par ailleurs, l’auteur écorchait le breton dans ses bricolages patronymiques et toponymiques pseudo bretonnants. Un dommage à la langue, un affront à l’identité collective.

Aussi, en se soumettant à l’obligation explicite de la profession d’anonymiser (comme pour les films, Plozévet devenant Saint Démet), Edgar Morin a involontairement froissé l’identité plozévétienne de certains, plus largement bigoudène, voire bretonne. Aussi, il n’est guère étonnant si c’est parmi le monde des lettrés bretons que l’on trouve ses plus farouches détracteurs, enseignants plozévétiens, Pierre-Jakez Hélias, plus tard Jean Rohou[4] et d’autres intellectuels anonymes que j’ai rencontrés. Et aussi chez des militants de la cause bretonne, culturelle ou politique, à une période de renouveau du régionalisme breton[5].

Le relais de l’écriture de presse

Volontairement accentué, ce tableau illustre une parole prise par une minorité socialement assez bien caractérisée, et que lui ont donné des organes de presse et de télévision. Comme l’a souligné Françoise Zonabend lors du colloque tenu à Plozévet en 2008 , les médias jouent un rôle considérable dans la construction d’une critique des écrits ethnographiques par les enquêtés. Et un titre peut disqualifier une étude. Les Indiens de Bourgogne lors de la RCP du Châtillonnais, La sorcière du CNRS, caractérisant Jeanne Favret-Saada venant enquêter sur la sorcellerie en Mayenne, Un américain chez les sauvages, caractérisant Laurence Wylie, Les Yéyés du Finistère, Plozévet contre Plodémet ont causé des torts difficiles ou longs à redresser par la suite. Récemment encore Pascal Dibie, « l’ethnologue de sa tribu »[6], a fait les frais de cette écriture de presse. Cette façon de caractériser le chercheur de terrain accentue l’inévitable différence entre celui-ci et ceux de celui-là, la transformant en irréductible opposition, faisant de l’un une sorte de prédateur venant voler la parole de l’autre. Ce qu’exprime à sa façon un interviewé de Plozévet contre Plodémet : « il est venu ici comme un véritable mercenaire », imaginant que son seul intérêt était de faire beaucoup d’argent avec son livre. Le sociologue démasqué, comme titrait Le Télégramme de Brest, avait donc des intentions secrètes malsaines. Comme s’il constituait en lui-même une menace pour le groupe étudié. Prédateur, manipulateur (Edgar Morin, chef occulte du comité des jeunes), voire violeur de la conscience des jeunes (lettre d’un Plozévétien à Edgar Morin), l’auteur de Commune en France, comme tout chercheur de terrain, endosse la figure ambivalente de l’étranger telle que l’a analysée Georg Simmel[7]. Distant et proche en même temps, le chercheur de terrain n’échappera jamais à l’ambivalence de cette posture.

Distance et proximité : l’étranger-chercheur[8]

Georg Simmel (Wikipedia Commons)

Comme l’étranger de Simmel, il reçoit des confidences, on lui livre des secrets que l’on cache à ses intimes. Comme lui, il se situe à la frontière du dedans et du dehors. Comme lui, il n’est pas prisonnier du poids intégrateur du groupe, une liberté de mouvements physiques et intellectuels qui lui permet de penser autrement que le groupe et qui lui laisse la guise de partir et de revenir. Réfléchissant sur les digressions sur l’étranger de Simmel, Alavaro Pires a créé le conception d’étranger-chercheur[9]. Se calquant sur le texte de Simmel il définit son rôle spécifique : « Il est plus libre pratiquement et théoriquement, il examine les relations avec moins de préjugés, il les soumet à des modèles plus généraux, plus objectifs, il ne s’attache pas par ses actes à respecter la tradition, la piété ou ses prédécesseurs ». Pour Simmel, la figure de l’étranger est celle qui  exprime le mieux la relation de connaissance « qui comporte une dimension de distance et une dimension de proximité, et surtout une combinaison particulière de ces dimensions et une tension mutuelle »[10].

Mais, comme l’étranger de Simmel, le chercheur court les risques que lui donne sa liberté d’esprit. N’étant pas prisonnier des comportements et des façons de penser de la société qu’il étudie, il apparaît aussi comme une force susceptible de la mettre en péril. Une position qui « l’expose à l’accusation de faire le jeu des ennemis extérieurs, d’être un facteur de troubles »[11]. Surtout s’il sort de sa position pour s’immiscer dans les affaires du pays, comme un Edgar Morin perçu comme partisan de jeunes dans leur conflit avec les autorités et le monde des adultes. L’exigence d’une telle position de retrait condamnerait-elle toute intervention aussi minime soit-elle ?

De l’implication des enquêtés

Peu conscient à l’époque des problèmes que poserait son idée d’intervention sociologique, Edgar Morin l’avait cependant fondé sur un principe de dialogue et d’apport mutuel de connaissance. D’où ce voeu de constituer des groupes d’habitants devant réfléchir sur leurs problèmes et ceux de la commune, afin de confronter leurs analyses avec celles des chercheurs, dans une sorte d’États généraux de Plozévet.

Idée sans doute généreuse, mais qui n’a connu aucunes prémices de réalisation. Sans doute pour de raisons contingentes, dont la modicité des crédits alloués à l’enquête. Mais, plus vraisemblablement, parce qu’un tel projet ne s’improvise pas. De la constitution des groupes à la présentation du résultat de leurs travaux, en passant par leur formation à la recherche, tout exige méthode, persévérance et implication de ces enquêtés-enquêteurs. Ce qui était impossible dans le cadre de l’enquête morinienne, limitée dans le temps et, surtout, avec une équipe n’ayant aucune expérience en ce domaine. Il y avait quelque candeur à croire qu’un seul souhait pouvait suffire à susciter des vocations de chercheurs locaux, là  où une action spécifique et de longue durée eût été nécessaire ; et encore…

Une lente sortie de la polémique

1) Du côté de la télévision. Les émissions qui succèdent à Plozévet contre Plodémet, tout en gardant en arrière-fond la polémique avec Morin, s’en dégagent progressivement et, surtout, font émerger de nouveaux personnages. Ainsi, huit ans après, en octobre 1976, un 13 minutes de FR3, Vivre à Plozévet retourne interroger des Plozévétiens et, pour la première fois donne la parole à des « pro-Morin », tout en diversifiant considérablement l’origine des interviewés. À côté des nécessaires enseignants, on trouve des marins-pêcheurs, un syndicaliste paysan, un patron de petite entreprise, le secrétaire de mairie. Sur les dix personnes présentes, seules deux restent farouchement opposées à Morin ou à l’enquête en général, l’un, d’ailleurs, rappelant les propos qu’il avait tenus dans Plozévet contre Plodémet. Les paroles des autres sont plus nuancées, voire très favorables, même si des erreurs factuelles sont notées ou si la plus favorable à Morin déplore l’hostilité à son égard de beaucoup de Plozévétiens. Lui déconseillant même de revenir, nous sommes loin du village apaisé noté par Jacques Maho[12]. Dans cette émission apparaît une personne qui, par la suite, sera régulièrement interrogée. Jeune enseignant fraîchement arrivé à Plozévet au moment des enquêtes, il avait été parmi les enquêteurs d’Edgar Morin. Il lui reviendra désormais le rôle de faire l’intermédiaire entre le monde des Plozévétiens et celui des chercheurs, cadrant les études, rappelant que l’enquête d’Edgar Morin n’en était qu’une partie. Cette même année, un 52 minutes d’Antenne 2, Les Bretons de Plozévet, donne la parole à André Burguière à l’occasion de la sortie de son livre Breton de Plozévet (1975). Il n’y est fait aucune mention de l’affaire Morin, mais d’un retour sur l’histoire de Plozévet et sur les conclusions des enquêtes (problèmes de l’agriculture, division politique entre les rouges et les blancs, la perte progressive du breton). Une langue qui sera pourtant celle qu’utilisera, en 1991, FR3 Bretagne dans un 25 minutes, Chadenn ar vro. Premier documentaire à faire usage des images tournées par Monique et Robert Gessain, le réalisateur demande de les commenter à Donatien Laurent, devenu directeur du Centre d’étude bretonne et celtique et à une Plozévétienne, institutrice à la retraite, Marie-Jeanne Mao, interrogée plus tard par Ariel Nathan. Un récit fait en breton où il est question des évolutions depuis une trentaine d’années (l’agriculture, l’école, la religion, la vie politique). Aucune évocation de l’affaire Morin dont, par contre, il est très rapidement question dans une émission sur le Pays bigouden qui, pour l’occasion, extrait de Plozévet contre Plodémet les critiques de Pierre Jakez Hélias (la question du breton).

Frédérique Martin, qui a fait son mémoire de maîtrise sur  « Les archives audiovisuelles de l’enquête pluridisciplinaire de Plozévet : Analyse du patrimoine de la télévision régionale bretonne » vous en dira plus lors de son intervention  samedi prochain. Voir le programme des Journées du patrimoine à Plozévet.

2) Un tournant : Retour à Plozévet, film d’Ariel Nathan (1999)[13]Diffusé en 1999, le documentaire d’Ariel Nathan, Retour à Plozévet, marque un tournant dans cette filmographie critique des enquêtes de Plozévet. Le réalisateur, retrouvant les archives filmiques qui servent de fil conducteur, interroge le rapport enquêteur/enquêté. Venu lui-même enquêter à Plozévet, il questionne des témoins des années soixante, alors filmés ou pas. Avec eux il évoque les scènes controversées, l’histoire du comité des jeunes, les références à l’alcool, etc. Et bien sûr, l’affaire Morin, qu’il introduite par des extraits de Plozévet contre Plodémet. Resituant cette affaire dans un tableau général des enquêtes, le film d’Ariel Nathan apparaît comme la première véritable introduction à l’histoire de cette aventure, une revue qui lui donne une audience nationale en même temps qu’elle ravive la mémoire des Plozévétiens.

3) Les Rencontres régionales CNRS « Sciences et Citoyens » de septembre 2002[14]

La conférence d’André Burguière. Premier à intervenir lors de ces Rencontres, André Burguière retraçant l’histoire des enquêtes, donne une part très secondaire à « l’affaire Morin ». En fait, il note que la mauvaise réception de ce livre est sans doute à mettre sur le compte d’une irritation plus générale mettant en cause d’autres recherches dont certaines jugées assez invasives, voire traumatisantes, comme les études médicales ou celle sur l’alimentation. Edgar Morin, premier à publier dans une édition grand public, aurait fait les frais de la fatigue de certains Plozévétiens à être observés.

Le 1er octobre, lors de sa venue à Plozévet, André Burguière nous en dira plus.

L’émission d’Emmanuel Laurentin. Venu à Plozévet spécialement pour ces Rencontres CNRS en vue d’y réaliser, sur le vif, un documentaire radio, Emmanuel Laurentin, poroducteur à France Culture de La fabrique de l’histoire, retrace l’histoire des enquêtes, les replace dans le contexte scientifique de l’époque, et développe ses différents aspects. Et si son émission, Paris – Plozévet – Paris – et retour,  évoque « l’affaire Morin », c’est parce qu’elle symbolise un malentendu plus large entre les chercheurs et la population. Ici encore, « l’affaire Morin » n’est pas prise pour elle-même, mais plutôt comme symptôme d’un malaise plus général entre « observateurs » et « observés », entre chercheurs et enquêtés. Un malentendu à replacer dans le contexte des méthode empiriques de l’époque, mais dont il faut savoir tirer les leçons. D’ailleurs, son émission se termine sur l’évocation d’une éventuelle nouvelle recherche à mener à Plozévet, dans une posture beaucoup moins surplombante et avec la complicité d’une population s’impliquant dans la recherche elle-même. Ce à quoi, d’ailleurs, nous nous efforçons dans le cadre du projet Plozarch.

Dans sa conférence illustrée de samedi prochain, Emmanuel Laurentin nous en dira plus. Voir le programme des Journées du patrimoine à Plozévet.

La suite au prochain billet.


[1] Retour à Plozévet, 52 minutes ; couleurs, réalisation Ariel Nathan, production “Vivement lundi”, 1999.

[2] En Bretagne, nombre d’électeurs se détournant de la Démocratie chrétienne au profit du Parti socialiste, s’est ancrée à gauche.

[3] Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441.

[4] Rohou J., Fils de ploucs, Éditions Ouest-France, 2005.

[5] À ce propos, Edgar Morin expliquera que c’est après son enquête et son livre qu’il a pris conscience d’une dimension et d’une spécificité bretonnes, lors d’un débat organisé par l’Union démocratique bretonne. Un mouvement qui fut partagé quant à l’appréciation par ses militants de l’ouvrage. Si dans Le Peuple breton, son journal, la recension se félicitait du diagnostic porté sur les problèmes soulevés à Plozévet, par la modernisation, elle critiquait l’absence d’explication convaincante des malaises justiciable, selon elle, de la perte d’identité bretonne.

[6] Dibie P., Le village retrouvé, Essai d’ethnologie de l’intérieur, Éditions de l’Aube, 2005.

[7] Simmel G., “”Exkurs über den Fremden”, Soziologie, Leipzig, Duncker Und Humblot, 1908. Traduction de cet article dans Y Graftmeyer, I. Joseph, ‘L’école de Chicago – Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, 1979.

[8] Expression empruntée à Alavaro Pires.

[9] Pires A., “De quelques enjeux méthodologiques d’une méthodologie générale pour les sciences sociales” (1997), un document en version numérique, http://dx.doi.org/dol:10.1522/030022874

[10] Ibidem.

[11] Raphaël F., “L’étranger et le paria dans l’oeuvre de Max Weber et de Georg Simmel, Archives des sciences sociales des religions, Année 1986, Volume 61, N° 61-1, pp. 63-81.

[12] Maho J., 1985. Vivre dans la Creuse, Paris, CNRS., p. 31.

[13] Retour à Plozévet, op cit.

[14] Créées en 1990 et imaginée par Edgar Morin à la demande de François Kopurlisky , diecteur général du CNRS, pour le cinquantenaire du CNRS, ces Rencontres permettent à des jeunes et des chercheurs de débattre de questions relatives aux sciences dans leurs rapports avec la société. En 2002, les délégations régionales du CNRS eurent la possibilité de les adapter à leur contexte régional. La délégation régionale CNRS Bretagne – Pats de la Loire fut la seconde à se placer sur les rangs. Depuis, ces rencontres se succèdent régulièrement.

Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Les enquêtes de Plozévet sur les ondes. Le point sur “l’affaire Morin”Tous droits réservés.