Archives par mot-clé : Commerces

Chez Josette à Pouldu

En haut à gauche, l’actuelle épicerie avec l’ancien comptoir, en haut à droite vue sur la cour du bistrot avec le hangar, en bas à gauche le paysage, en bas à droite l’ancien bar et l’actuelle salle de jeux.

Avec le groupe d’étudiantes du Master développement de projets en tourisme culturel, nous partons à la découverte de l’histoire du hameau de Pouldu, dernière étape de leur circuit de découverte consacré aux relations littorales et rurales de la commune de Plozévet. Pouldu, ou plus précisément son bistrot, tenu par Josette, apparaît dans leur circuit sous son aspect littoral. Les étudiantes y évoquent les activités liées aux algues. Nous cherchons à en savoir plus sur l’histoire de son commerce et de ce lieu.

Mathilde, Julie et Marion en entretien avec Josette dans le bistrot.

Voici une transcription, presque, intégrale de notre entrevue.

Une histoire littorale ? Pas si sur que ça !

« Dans le temps, on était plutôt tourné vers l’agriculture. Jean Mazo, mon grand père (né en 1882) a débuté en 1910. Il cherchait un endroit où s’établir, hésitant entre le bourg et ici. Il a commencé à Pouldu après un apprentissage chez le forgeron. Avec ma grand-mère Catherine, il a créé la forge (TI GOAL), le bar, l’épicerie, la quincaillerie, les machines agricoles. En 1943, ma mère, leur fille Marguerite (GAÏTE) et mon père Joseph LE GOFF (qui était mécanicien dans la Marine nationale) ont pris la succession et ont agrandi la maison (celle où nous nous trouvons) tout en hauteur, car à l’époque personne ne voulait vendre de terrains. Ils ont développé le commerce, vendu de nouvelles machines. En 1954, il s’associe à un ami agriculteur pour acheter une moissonneuse batteuse. Ils ont eu quelques difficultés à faire comprendre aux agriculteurs les avantages de ce nouvel outil de travail. Elle ne passerait pas dans les petites entrées des champs, le gaspillage… Si mon père n’était pas du métier, il les épaulait volontier dans leurs achats. Ma mère a marqué ce lieu également en s’occupant plutôt du magasin : quincaillerie agricole, ménage, vaisselle, mercerie, sabot, épicerie, le bar.

Côté mer, parmi nos clients évidement certains étaient marins. Ils venaient au garage réparer le moteur, forger certaines pièces ou ferrer la quille du bateau. C’était essentiellement ceux de de Pors Canté. Par politesse, comme disait ma mère, nous leur achetions du poisson.

On a gardé la quincaillerie jusqu’aux années 1980, évolué en fonction des ventes et arrêté petit à petit. De toute manière, les grossistes disparaissaient, les fermes aussi. Les grandes surfaces nous faisaient une concurrence irrésistible. »

Photo d’archive, vue de l’épicerie dans les années 80.

Josette Pouldu !

« Moi, je suis restée ici tout le temps, ça m’a suffit sans doute. J’ai fait une formation comptable et j’ai travaillé chez un conseiller fiscal à Plouhinec. Quand mon père est tombé malade en 1969, j’ai voulu rester aider ma mère, jusqu’en 2001. Elle avait alors 89 ans. A cette date, j’ai repris le commerce à mon nom ; seulement le bar et un peu d’épicerie, même si d’année en année le chiffre d’affaires baisse. Les gens consomment chez eux ou entre copains. Pourtant c’est un endroit qui aide à se faire connaître, à connaître les autres et la vie locale. Un endroit où tout le monde peut raconter son histoire, ses histoires, ses bobos et ses bonheurs, où ont été trouvées tellement d’idées, de solutions, où les rencontres les plus inattendues se font. Un lieu de rendez-vous, d’échanges, de convivialité, un Q.G comme ils disent. Chacun est un vrai patrimoine vivant que j’aime à écouter. Ils m’en ont appris sûrement plus qu’à l’école ! »

Nous, on était pas trop pêcheurs, le monde de la côte était plus tourné vers Pors Poulhan. Par contre il y avait beaucoup de marins de commerce. Les enfants des petits agriculteurs sont partis dans la Marine nationale ou marchande, ou à Paris. L’été, beaucoup revenaient en famille, un mois, tous les ans. Souvent, on les aidait, on faisait de la vente de bouteille de gaz, on les amenait à leur domicile. C’était quand même beaucoup d’entraide. Parfois, il nous amenait des légumes ou un poisson. Tout ça, ça les a marqué ! »

Photographie de ses grands-parents paternels de Josette, dans les années 1930, à une foire exposition.

Et les algues dans tout ça ?

« Le hangar, finalement il est là depuis les années 60. Quand mon frère est rentré de son service militaire, il n’y avait qu’un petit local. Mon père et lui se sont installés en 1962 pour réparer les engins agricoles et ont donc construit le hangar. Moi je m’en sers pour le bein-youd, car quand il est ramassé et séché, il faut le mettre à l’abri. J’ai commencé en 1991. J’ai remplacé Me Colin de Pors Poulhan, avant c’était elle qui pesait le bein-youd. Puis, la société SANOFI-BIO-INDUSTRIE est venue me demander de la remplacer. En 1997, c’est devenu SKW, société allemande et depuis 2006, ce sont des américains qui ont acheté, Cargill. Je suis la seule agent à le faire en Finistère sud et ils viennent chercher la marchandise en camion. Ici, on a une très bonne qualité d’algue ! Ils ont augmenté les prix l’année dernière, et c’est tant mieux pour Joël {un plozévétien qui ramasse de manière professionnelle le bein-youd et le livre donc à Pouldu}. »

On s’interroge aussi sur l’usage du goémon en tant qu’engrais à Plozévet : « Il y encore de petits cultivateurs, qui font leur jardin pour eux, qui font du bio, qui l’utilisent. C’est bon pour nous, pour la terre, pour les légumes.  Mais les bons souvenirs, c’est pour les fours à goémon. Après l’été, tout le monde allait, un peu comme au Pardon de Penhors, au brûlage du goémon. Il y avait toutes les générations qui faisaient la fête ensemble. Des anciens montraient aux jeunes. Des oignons, des pommes, des berniques cuits sur le goémon. On en parle encore, les odeurs, le goût, la fumée, que du bonheur ! »

 

Scène de brûlage du goémon, extraite du film « Les pêcheurs », de Robert et Monique gessain, conservé à la Cinémathèque de Bretagne à Brest et au Musée de Bretagne à rennes.

Pendant notre conversation, le bistrot se remplit peu à peu et à chaque fois que nous levons le nez de nos notes, une tête nouvelle apparaît autour du comptoir. Ça parle en breton, ça rigole. Ici, on discute de tout, nous dit Josette, d’agriculture, de politique, de pêche et même de cuisine.

Et ça va continuer ?

« Je sais pas, tant que la santé voudra de nous et tant qu’on aura des clients. Il y en a de moins en moins, beaucoup d’anciens disparaissent mais je suis à la retraite alors je limite mes produits à ma clientèle. Les gens savent très bien ce qu’ils vont trouver, moi je veux de la simplicité et puis cool… On gagne pas grand chose mais on aurait du mal à s’en passer, surtout l’hiver sans le contact des gens. »