Archives par mot-clé : Costume

1/ Le parcours d’un collectionneur de coiffes, rencontre avec Michel Bolzer

Janvier 2011. L’équipe de Plozarch décide de s’intéresser de plus près au costume breton et plus particulièrement bigouden. Certaines des archives de l’enquête pluridisciplinaire des années 60 témoignent de l’intérêt des chercheurs pour la coiffe bigoudène encore portée par les vielles femmes de la commune. Dans les transcriptions des entretiens menés par l’équipe d’Edgar Morin, il est spécifié quand une femme la porte. L’équipe du Centre de recherche anthropologique immortalise les dernières femmes coiffées de la commune dans les films Les gens de Saint Demet et consacre une longue séquence à la pose de ce que André Burguière, chargé de la rédaction de la synthèse de l’enquête qualifiera “d’énorme cylindre de dentelle“. La coiffe devient ainsi la point de départ de notre petite enquête sur le costume et nous partons à la rencontre de Michel Bolzer, collectionneur et repasseur de coiffes installé à Plomelin.

Michel Bolzer, à côté d’une partie de sa collection de coiffes et avec la photographie du rassemblement des bigoudènes en 1993 à Pont l-L’Abbé.  janvier 2011

Alors, comment devient-on collectionneur de coiffes ?

Pour Michel Bolzer, c’est une passion inexplicable née un beau jour. Pourtant, né en 1943, vivant à Landudec où sa mère tient un commerce, il n’a cessé de côtoyer des coiffes pendant son enfance. Tout le monde en portait autour de lui. Mais c’est dans les années 1960, alors que la maison familiale est en plein travaux et que les armoires sont vidées, que Michel découvre la coiffe de mariée de sa mère et décide de s’y intéresser de plus près. Intrigué, il commence, à Landudec, une collecte de témoignages auprès d’une ancienne repasseuse. A cette époque, cinq femmes exercent encore ce métier dans la commune. Puis, il se lance rapidement dans la collecte de coiffes auprès de ses voisines. Dans sa famille, toutes ses tantes ont abandonné la coiffe et se sont mises «à la mode de la ville». Il demande à droite à gauche, passant parfois pour un original, il récupère également des costumes bretons. La collection s’agrandit et dépasse les frontières de la Bretagne, il démarche  parfois auprès des clients du restaurant ouvrier que tient sa mère. Dans les années 1970, il flâne en brocantes pour dénicher quelques pièces. Phénomène encore plus récent, certaines personnes le sollicitent pour lui déposer des pièces. Conscient de la fragilité de sa collection, il se renseigne sur les conditions de conservation et d’exposition et apprend le métier de repasseur de coiffes. Aujourd’hui, sa collection compte environ 200 pièces provenant de différentes régions françaises. La Bretagne compterait environ 360 types de coiffes différentes ; Michel Bolzer estime en avoir réunit 70 à 80.

Ecoutez l’entretien de Michel Bolzer

 



Crédit photographique : collection de coiffes de Michel Bolzer par l’équipe Plozarch