Archives par mot-clé : Estran

Les couleurs, ça se récolte !

Après l’année Darwin, l’année de la biodiversité. L’atelier scientifique qui s’est mis en place en septembre 2009 (dans un cadre optionnel au collège Henri Le Moal pour un groupe d’ élèves de 3ème),  poursuit ses intentions d’accéder à la science de façon moins passive. Cette année, il va prendre le chemin des manifestations prévues à Plozévet dans le cadre des Rencontres CNRS-Jeunes « Sciences & Citoyens  » de Plozévet, qui se dérouleront en mai 2011 autour du thème «  la mer et ses ressources ».

Comment ça fonctionne  ?

Un groupe : Ils sont onze à avoir manifesté un large intérêt pour la réalisation d’un travail sur la photo et la vidéo  et  choisissent ainsi d’orienter l’atelier dans une expression  de « jeunes reporters ».

Un thème :  »  Les couleurs de l’estran.  Les visibles et invisibles  couleurs et ressources du vivant. »

Une démarche : Rencontrer des scientifiques lors de sorties pour trouver les réponses  à la  » coloration » du vivant et ainsi confronter les observations de terrain et les données scientifiques.   Recontrer les  habitants dans une approche plus locale sous forme d’enquête sur leur relation à l’estran.

Des objectifs : Il s’agit de saisir l’importance de la biodiversité et des ressources marines.

– Une production : Une formation à la vidéo permettra de réaliser un court film. Ils  n’attendront pas le mois de mai pour présenter le produit final, mais ils alimenteront  régulièrement le blog sur une page du projet Plozarch leur permettant d’avoir un retour et  des échanges sur les travaux menés.

L’observation au microscope menée par Simone Grass est filmée par Maxime et Lenny.

Différentes pistes sont déjà envisagées, commençons par un premier épisode :


Les invisibles couleurs du vivant…

« Cap vers la nature« 

A la découverte du plancton.

Le 16 novembre à Beg Meil. Accueil « Cap vers la nature »


Les couleurs ça se récolte ! Avant même de récolter l’invisible sur le rivage,  les couleurs de l’eau de mer  laissent entrevoir à la lumière basse mais généreuse de  quelques rayons de soleil matinaux  , des reflets verts-bleutés qui perdent leur intensité dans d’autres zones. Est-ce la présence du plancton ? Ou de petits  fragments d’algues en suspension dans l’eau ? De toute évidence , la composition de la laisse de mer végétale fait apparaître  les trois grands groupes de couleurs algales : les vertes , les brunes et les rouges.

Simone Grass présente la méthode de récolte du plancton

(vidéo en .mov, 8,7 Mo) par Maélann et Maëlys.


Récolte du plancton

(vidéo en .mov, 7,4 Mo)

La récolte du plancton sur la cale à Beig Meil. Par Maélann et Maëlys

La récolte du plancton à la cale.

Pour récolter le plancton, il faut se munir d’un filet-épuisette dont le tissu possède un maillage extrêmement fin, au bout duquel une petite bouteille récolte l’eau de mer contenant particules organiques et plancton.

Une récolte en trois mouvements:

  • On tapote la petite bouteille sur la surface de l’eau pour chasser l’oxygène.
  • Puis on plonge l’épuisette dans l’eau en effectuant des huit pendant 20secondes.
  • Enfin, on le sort de l’eau et on le retape sur la surface de l’eau pour faire tomber le plancton en dépôt au fond de la bouteille.
  • On transvase le contenu de la bouteille dans un bocal.
  • L’observation du plancton se fait sous microscope.

Quelles couleurs allons-nous observer ?

Retour au laboratoire

Préparation des lames microscopiques

Préparer l’observation au microscope

(Vidéo en .mov, 3Mo)

Les pigments, leurs couleurs, leurs rôles

Observation des pigments

(vidéo en .mov, 5,7Mo)

Observation des pigments

(Vidéo en .wmv, 13 Mo)


L’observation du plancton au laboratoire. Par Marie-Océane et Julie

Manipulation et observation.

Le plancton a deux origines : le zooplancton est composé d’ animaux petits ou microscopiques, mais aussi d’animaux gélatineux plus gros contenant beaucoup d’eau comme les méduses.  Le phytoplancton d’autre part est constitué d’algues microscopiques unicellulaires :  une seule cellule dans laquelle sont réunies toutes les fonctions : respiration,  photosynthèse, assimilation et  reproduction.

Le brun des diatomées ...microalgues ! des longues ou des rondes. Rhizosolénia est une diatomée, de forme très étirée. Elle ne grandit pas, elle se divise en 2 et reforme autour d’elle sa coque en silice.  Elle possède  des pigments de carotène et de chlorophylle. Coscinodiscus est une diatomée ronde. Elle aussi possède de la carotène et de la chlorophylle pigmentaires. Elle semble un peu plus riche en couleur verte.

Diatomées

Observation des diatomées

(Vidéo en .mov, 7,8Mo)

Observation d’un copépode

(Vidéo en .mov, 1,6Mo)

Le vert des algues chlorophyliennes…s’observe dans « l’estomac » du zooplancton. C’est le cas du copépode quand il consomme des algues vertes. L’Artémia par exemple est un petit crustacé qui change de couleur en fonction de ce qu’il mange. Simone Grass évoque la particularité de ce curieux crustacé : « L’ Artémia des marais salants peut vivre dans des conditions extrêmes en prenant soin de perpétuer l’espèce après avoir pondu des oeufs, dans le sédiment, capables de résister à la sécheresse. L’attente peut durer 5/10 ans avant la providentielle  immersion qui provoquera l’ éclosion . Il se nourrit de phytoplancton . S’il est gourmand de Diatomée , il devient brun, s’il est gourmand d’algues bleues , il est bleuté . C’est la nourriture qui fait varier la pigmentation de l’artémia.

Bref, Le phytoplancton est une source indispensable de nourriture, à la base de la chaîne alimentaire .

Bouillon de plancton

Mais, quel est le rôle du pigment ? Deux exemples sont abordés par Simone Grass

Chez les copépodes, les pigments rouges-orangés facilitent le développement de certains organes. Comment ?  Les copépodes consommateurs de phytoplancton riche en pigment ‘carotène’ assimilent  la vitamine A nécessaire à la production de leur propre pigment stimulant alors le développement de leur organes.

Copépodes

En observant le copépode au microscope, les pigments ne sont pas répartis de façon homogène mais semblent se concentrer dans certains organes tels que dans les organes reproducteurs visibles lors de la chevauchée nuptiale !

Chez le ver  appelé Convoluta, l’adulte est dépourvu de tube digestif fonctionnel et son corps présente la particularité d’ être complètement recouvert d’une coloration verte. Sans sa couleur verte pas de nourriture ! Comment expliquer qu’une couleur  verte puisse être  la condition indispensable à sa nutrition ? Il vit en symbiose avec une algue microscopique chlorophyllienne , c’est à la naissance qu’il avale quantité d’ algues vertes.  Ces petits occupants verts, en captant l’énergie solaire, travaillent  pour le ver … ce qui explique son attirance pour les zones  très lumineuses.

Convoluta

(Vidéo en .mov, 2,5Mo)

Des variations de couleurs pour les mêmes espèces. Par Blandine et Mina

Visite de l’écloserie

La diversité des couleurs chez les oursins :

– Il existe toutes sortes d’oursins, on les nomme souvent par leur couleur (oursins noirs, violets) ou bien par le lieu où on les trouve (oursins des sables).

– La couleur des oursins varie à l’infini : du noir au blanc, en passant par le vert, le jaune, le rouge, l’orangé et le pourpre. Les plus petits n’ont que 12 mm de diamètre, tandis que les plus gros peuvent, avec leurs piquants, atteindre 45 cm de diamètre.

– MAIS, les oursins que nous avons observés dans l’écloserie sont nés en même temps , ont les mêmes parents, la même nourriture et le même lieu de vie , et pourtant ces oursins n’ont ni la même taille ni la même couleur .

– Ce sont donc  des variations individuelles, chaque individu possède des caractères physiques  uniques, c’est ça la diversité génétique , à chacun sa couleur !

La diversité des couleurs chez les homards :

D’une taille commune variant de 24 à 70 cm (exceptionnellement), il dépasse rarement 30 cm. On le reconnaît à sa robe noire tachetée de jaune. Celui que nous avons observé dans l’écloserie était encore tout petit, et bleu roi ( lié à la présence de carotène et d’une protéine, le bleu des profondeurs ! ).

Le petit homard bleu observé à l’écloserie.

Les homards changent  de couleur ! En effet, la couleur des homards se modifie à chaque mue, car c’est la concentration des pigments qui augmente en fonction de leur âge. Ils ont l’âge de leur carapace !

Homards, oursins. ormeaux

(Vidéo en .mov, 9,1Mo), par Edgar et Gauthier

Petites remarques à l’issue de cette première découverte : Bien d’autres domaines sont à explorer concernant le plancton. La bioluminescence par exemple , leur richesse en protéines…. Des questions ouvertes pour une autre rencontre.

Les 11 de l’atelier scientifique