Archives par mot-clé : Livre

Une note de lecture récente de « La métamorphose de Plozévet »


TROUVÉ SUR INTERNET.

Une note critique récente du livre d’Edgar Morin, par Thierry Rogel.

Ce professeur, agrégé de sciences économiques et sociales, enseigne ces disciplines au lycée Descartes de Tours. Parallèlement à son enseignement, il est responsable d’un site Internet, Monde sensible et sciences sociales, consacré à la vulgarisation de ces mêmes disciplines.  Il y tient régulièrement différentes rubriques à usage des élèves et de toute personne intéressée par les sciences sociales. Voici comment Thierry Rogel les définit :

  • La rubrique « Textes pédagogiques » comprend des textes originaux écrits à l’intention des élèves. Ils sont donc en général accessibles (à l’exception de un ou deux d’entre eux qu’on réservera à de très bons élèves).
  • La rubrique « Articles » regroupe des textes, pour certains déjà publiés dans des revues à comité de lecture ou non ; pour d’autres, publiés sur des sites internet ; enfin certains sont inédits. Ces textes sont destinés aux enseignants ou aux étudiants.
  • La rubrique « notes de lecture » regroupe essentiellement des lectures d’ouvrage de sociologie (question de goût) mais ne dédaigne pas l’économie (question de nécessité) ni les autres sciences sociales (question d’ouverture épistémologique) et parfois ce qui n’est pas sciences sociales (question qui ne se pose pas).
  • La rubrique « dessins » est consacrée à des dessins liés aux sciences sociales.
  • La rubrique « Documents » est peu définie. J’y mets un peu de tout, notamment des textes et des essais à caractère heuristiques mais qu’on peut difficilement regrouper avec des textes « scientifique s ». Une partie de ces documents sera consacrée aux démêlées des enseignants en S.E.S. avec l’Institut de l’Entreprise, un authentique groupe de pression.

La dernière note de lecture mise en ligne par Thierry Rogel concerne Commune en France, la métamorphose de Plozévet. Il est d’autant plus intéressant de la lire qu’écrite plus de quarante ans après la publication de l’ouvrage, elle permet d’apprécier les jugements que les sociologues contemporains portent sur l’approche d’Edgar Morin. Après le passage en revue des différents thèmes abordés par l’auteur, Thierry Rogel livre une conclusion assez élogieuse. Je le cite :

C’est un grand livre dans le corpus des ouvrages de sociologie. Son analyse sous jacente du changement social d’un point de vue local permet une comparaison avec les grandes fresques classiques (avec Simmel sur le thème de l’étranger ou Ulrich Beck sur l’origine endogène des risques et de la mort) mais aussi avec les travaux à « moyenne portée » d’Henri Mendras (« La seconde Révolution Française ») et les travaux de Louis Dirn ( voir : http://mondesensibleetsciencessociales.e-monsite.com/rubrique,la-matrice-de-louis-dirn,542890.html), travaux qui portent sur la même période (1965-85).

On y voit la complexité des processus de changement social, la multiplicité des agents (touristes, retraités, femmes,…), des cheminements (endogène/exogène, réseau de parenté/de clientèle) et montre surtout que l’opposition simpliste « archaïsme/modernité » ne permet pas une analyse fine de ces processus de changement.

Enfin la très grande liberté méthodologique que se permet Morin et son équipe dans leur enquête montre l’importance de l’innovation dans le domaine des sciences sociales.    

Pour accéder à cette note de lecture, cliquer ici.