Archives par mot-clé : Méthodologie

Conférences d’André Burguière, historien, à Plozévet et à Quimper

Samedi 01 octobre 2011 – 16h00-18h00 – Centre culturel Avel-Dro – Plozévet – Entrée gratuite

Rencontre avec l’auteur de « Bretons de Plozévet ». Les enquêtes, un aide-mémoire pour la commune ?

En septembre 2002, lors des Rencontres régionales CNRS “Sciences et Citoyens”, André Burguière avait dressé, devant le public plozévétien, un historique des enquêtes de Plozévet. C’était la première fois qu’un chercheur revenait officiellement sur elles devant les « observés » d’autrefois . En mai 2008, ce fut le tour d’autres chercheurs, dont Françoise et Donatien Laurent, Christian Pelras, Alexandre Albenque, Nicole Mathieu, Bernard Paillard, de s’expliquer sur leur participation à ces enquêtes, lors du colloque sur “L’histoire et l’actualité des enquêtes de Plozévet”.

Plozarch reprend le flambeau de ce retour sur l’histoire des enquêtes et de leurs implications. De nouveau, la parole sera donnée à André Burguière qui nous rendra visite le 1er octobre.  Lors de cette “Rencontre avec l’auteur de Bretons de Plozévet”, il reviendra sur le bilan des enquêtes, non pour raconter ses souvenirs, mais pour voir jusqu’à quel point  ces recherches, dont nous pouvons désormais évaluer les résultats avec un demi siècle de recul, ont pris un sens nouveau. Elles ont changé avec nous ; c’est-à-dire avec les sciences sociales, dont elles incarnent un moment important ; avec la France et plus particulièrement la Bretagne, qu’elles ont ausculté sans le savoir à un moment d’intense métamorphose ; avec les Plozévétiens, auxquels elles offrent un miroir daté, toujours à redéchiffrer.

La conférence d’André Burguière est mis en ligne. Premier épisode, cliquer ici.


Dimanche 2 octobre 2011 – 15hoo – Médiathèque des Ursulines – Quimper – Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

« Brève histoire de l’amour…et ses rapports avec le mariage »

L’angoisse de la mort est la grande défaite de l’humanité. Faute de pouvoir  s’en libérer, elle a tenté de l’exorciser dés les premiers balbutiements de la vie mentale par un déploiement de croyances et de créations imaginaires. L’amour a été en revanche la grande conquête des sociétés humaines qui ont édifié pas à pas, sur la domestication de la sexualité, leurs usages les plus raffinés et leurs pensées les plus élevées.

L’interdit de l’inceste, si l’on suit l’hypothèse des anthropologues, a été l’acte d’entrée de l’humanité dans le monde social. En réservant les femmes nubiles du groupe familial comme partenaires sexuelles aux autres groupes, la famille transforme en relations d’alliance les relations de voisinage qui étaient réglées par la violence et la défiance tant que les femmes des autres ne pouvaient être que des proies sexuelles et des objets de capture. Le remplacement des rapports de force avec les étrangers au cercle des consanguins par des rapports d’échange, a pacifié les relations entre groupes de parenté et assuré la continuité du tissu social.

Intéressons nous aux effets de l’interdit de l’inceste non plus sur le lien social mais sur le comportement des individus. Faut-il supposer un crime primitif, le meurtre du père abusif, qui aurait conduit les fils, pour se libérer de leur culpabilité, à s’interdire l’accès sexuel à leur mère et à leurs sœurs ? Sanglante ou non, l’instauration de l’interdit a obligé les individus à se tenir à distance des corps qui leur sont les plus familiers et à voiler leurs attributs sexuels. «  Tu ne dévoileras pas la nudité de ta mère ou de ta sœur » dit l’Ecriture pour formuler l’interdit de l’inceste. Cette distance, destinée à procurer un meilleur contrôle des pulsions, instaure un temps de latence entre le désir et sa satisfaction. Le plaisir n’est plus la résolution mais la récompense du désir. Et le désir lui-même est exalté par le mystère qui enveloppe l’objet de la quête amoureuse.

Pour Saint Paul, l’état de mariage n’est qu’un moindre mal, évitant à ceux qui ne peuvent combattre leurs désirs de commettre l’adultère. Rejetant la dimension sexuelle de l’amour entachée par le péché originel, l’Eglise exalte en revanche sa dimension sociale, l’amour du prochain, et sa dimension spirituelle, l’amour de Dieu dont elle assure la médiation. Cette désérotisation de l’amour s’infléchit à partir du XII° siècle où certains théologiens insistent sur le libre consentement comme fondement du mariage. D’autres vont jusqu’à réhabiliter le plaisir charnel et  recommander le mariage, y compris entre personnes trop âgées pour procréer. « Se faire société l’un à l’autre » c’est-à-dire s‘aimer, est un motif suffisant.

Au tournant du XVI° siècle, l’épouvante causée  par une maladie sexuellement transmissible, incurable et mortelle, la syphilis, rapportée d’Amérique, et surtout l’imposition d’une religiosité plus austère et répressive, poussent les Etats et les Eglises à lutter contre les formes illicites de la sexualité. D’accord pour normaliser les conduites, l’Etat et l’Eglise en France divergent en revanche sur la conception du mariage. Inventée par l’Eglise pour affirmer sa différence, l’association du mariage à l’exigence d’absolu de la passion amoureuse s’est finalement retournée contre elle. Car c’est au nom du mariage d’amour que l’Assemblée législative a légalisé le divorce. Les convenances ont changé. La sensibilité beaucoup moins. Les mariages ne sont pas tous devenus des histoires d’amour, mais tout le monde s’attend à ce qu’ils le soient.

Des mythes et légendes de l’Antiquité aux grands romans des XIX° et XX° siècle, le patrimoine littéraire des œuvres de fiction reste le principal dépositaire de ce qu’on peut appeler le savoir de l’Amour. Les œuvres littéraires ne sont pas le reflet des manières de vivre d’une époque mais de ses rêves. Elles donnent corps à ses attentes. Le langage précieux de La guirlande de Julie qui avait été composée au milieu du XVII° siècle pour le salon de Madame de Rambouillet, se retrouve un siècle plus tard dans les chansons, diffusées par les colporteurs, que la jeunesse paysanne chante en choeur à la veillée. Volant de lèvres en lèvres, ces mots doux construiront les sentiments que l’amant populaire confiera dans l’intimité à sa belle. De la même manière, les films et les séries télévisées, souvent adaptés de romans à succès, inspirent les gestes, les styles vestimentaires qui ne cessent de renouveler depuis le milieu du XX° siècle les conduites amoureuses des destins ordinaires.

André Burguière