Archives par mot-clé : Monique Gessain

Les Gens de Saint-Démet/4

Plozévet ciné-ethnographié

L’équipe de cinéastes du Musée de l’Homme commence à tourner dès l’été 1961. À ce moment, aucune étude historique n’est commencée, les recherches géographiques ne sont pas publiées, comme les résultats de la vaste enquête par questionnaire de Michèle et de Jean-Claude Kourganoff, ou ceux des études en anthropologie physique, en cours de réalisation. Sans parler de celle d’Edgar Morin et des autres sociologues. Aussi, ces réalisations filmiques, largement déconnectées des autres recherches, développent-elles des thématiques spécifiques. Le fait est-il lié à la précocité des tournages ? Sans doute. Faut-il y voir un parti-pris d’auteur ?  Plus vraisemblablement. Car, même s’il est précisé en entrée des films qu’ils illustrent la recherche multidisciplinaire et qu’ils furent réalisés avec l’aide des enquêteurs du CADES, ils n’ont guère de rapports avec leurs études. Par exemple, il n’est jamais fait mention des études anthropométriques, pourtant à l’origine du projet. Rien n’est montré pour illustrer l’histoire politique plozévétienne, la sociologie de sa jeunesse, ou la diffusion de la culture, thèmes pourtant abordés par des sociologues.

Les réalisations insistent davantage sur des points non programmés. Par exemple, un film, Les gestes du repas, se consacre à ses expressions culturelles et sociales et à ses coutumes anciennes.  Mais, il ne s’inspire pas d’une investigation qui s’intéresse, elle aussi à l’alimentation, mais essentiellement à ses aspects nutritionnistes. Une autre production, concernant Le costume, a surtout trait à la haute coiffe bigoudène traditionnelle, qui n’est pas analysée par ailleurs, négligeant quelque peu les allures vestimentaires modernes, comme celles d’une jeunesse qui tend à adopter le style teenager qui se répand partout en France.

Sur la trentaine d’heures de rushes, cinq montages ont été réalisés entre 1965 et 1968 par Robert et Monique Gessain, le directeur de la photographie étant Roger Morillère du Centre de formation aux recherches ethnologiques du Musée de l’Homme. Afin d’anonymiser le lieu, ils s’intitulent “Les Gens de Saint-Démet”, en référence à Saint Démet, saint patron de Plozévet. Ces cinq films traitent 1) des gestes du repas, 2) du costume,  et abordent 3) la vie du bourg, 4) celle des agriculteurs et 5) celle des  pêcheurs.

Les Gens de Saint-Démet

Les pêcheurs (Réalisation Monique et Robert Gessain, film 16 mm,ektachrome, 1965, 34 minutes).

On y suit la vie des habitants du petit port de Pors Poulhan. Une grande partie du film est consacré au travail des goémoniers (collecte, séchage et brûlage pour en retirer des pains de soude vendu à la petite industrie locale). Le film se termine sur l’inauguration de la statue “La bigoudène” qui marque le limite nord du Pays bigouden.

Les agriculteurs (Réalisation Monique et Robert Gessain, film 16 mm,ektachrome, 1965, 48 minutes).

La vie des agriculteurs est décrite au fil des saisons, scandée par les travaux des champs. le film met en scène les anciens rites agraires christianisés comme les processions des rogations ou les offrandes de beurre à Saint Herbot, protecteur des bovins et pourvoyeur de bons produits laitiers. On y voit l’exercice de petits métiers paysans disparus ou en voie de disparition. Les problèmes de la modernisation de l’agriculture sont évoqués à la fin, en abordant essentiellement ses aspects techniques.

Le bourg (Réalisation Monique et Robert Gessain, film 16 mm,ektachrome, 1966, 48 minutes).

Le film sur le bourg commence par un enterrement, pour se poursuivre par un baptême, puis un mariage. Et l’on suit la vie villageoise dans ces rythmes quotidiens, hebdomadaires (marchés) et annuels, avec ses fêtes religieuses (la Toussaint, le pardon la Trinité et ses processions), et profanes (la kermesse de l’Amicale laïque, la course cycliste, le repas des anciens), ses lieux de labeurs (un atelier de fabrication de petits meubles bretons, une usine de conserverie) et de distractions (match de foot, jeux dans les villages).

Les gestes du repas (Réalisation Monique et Robert Gessain, film 16 mm,ektachrome, 1967, 33 minutes).

Il y est question de plats jugés typiques, comme les galettes de sarrasin cuites au feu de bois ou du youd-ker’ch (bouillie d’avoine) pris en commun. La nourriture paysanne est évoquée à travers l’abattage du cochon, celle de la ville par la préparation d’un pot-au-feu. Le film se termine sur l’allusion au fait que les goûts et pratiques culinaires sont en train de changer, les jeunes filles du collège apprenant désormais la cuisine.

Le costume (Réalisation Monique et Robert Gessain, film 16 mm,ektachrome, 1968, 20 minutes).

Ce film a surtout trait à la haute coiffe bigoudène, encore très largement portée à l’époque par les femmes de plus de cinquante ans, surtout au bourg. On en suit l’édification progressive sur la tête d’une femme nous. Par ailleurs, il est question des tailleurs, corporation très représentée à Plozévet. S’ils ne remplissent plus leur rôle traditionnel d’entremetteur pour les mariages et de colporteurs de nouvelles, s’ils ne réalisent plus les costumes traditionnels bigoudens, ils ont gardé une certaine notoriété à Plozévet.

Les thèmes : gestes, techniques, rites, moeurs et traditions

  N’ayant trouvé aucune trace de la note d’intention de ces films, et la rareté, voire l’absence de témoignages directs sur eux imposent d’appréhender leur orientation à partir de leur seul contenu. Une méthode qui, si elle comporte ses aléas, est cependant justifiée, les fils conducteurs de ces montages étant assez limpides. Nous sommes assez loin du ciné-transe ou de l’ethno-fiction de Jean Rouch. Et, s’il y a mise en scène, celle-ci ne relève guère de l’initiative de ses acteurs. Les thèmes retenus, les activités filmées, les plans sélectionnés se rattachent à une autre école. Là où les films de Jean Rouch s’intéressaient aux mutations affectant l’Afrique (même si certains se  consacrent à des rites traditionnels), ceux sur Plozévet cherchent beaucoup plus à rendre compte des grandes permanences que des changements. Même si ce point est abordé. Mais, comme pour accentuer les contrastes entre une civilisation traditionnelle qui se meurt et une société contemporaine qui apporte de nouvelles façons de produire, de consommer et de vivre. Et ces réalisations se vouent, principalement à la culture matérielle, aux gestes techniques, comme aux grands rites anthropologiques et à quelques aspects de la culture traditionnelle.

Une telle ciné-ethnographie est conforme, pour l’essentiel, aux conceptions de l’ethnographie telles qu’elles étaient enseignées en France depuis Marcel Mauss, et qui se sont développées au Musée de l’Homme autour de Marcel Griaule. Par exemple, si l’on se réfère au cours de Marcel Mauss sur la méthodologie de l’enquête, tel que consigné par Denise Paulme, on remarque que bien des thèmes retenus par Robert et Monique Gessain y sont fidèles. Sans doute les ont-ils adaptés au contexte d’une société hexagonale. Mais l’insistance sur certains de ses traits témoigne d’une orientation très descriptive comme le souhaitait Marcel Griaule, avec une attention particulière pour certains gestes techniques.

Un exemple parmi d’autres, la vannerie. De longues minutes sont consacrées à la fabrication de divers paniers, d’une ruche en paille tressée, d’un sabot en même matière ou de casiers pour la pêche aux crustacés. Et, du côté féminin, c’est le filage de la laine à la quenouille ou au rouet, la fabrication du repas, les femmes au lavoir. Toute observation recommandée par Marcel Mauss. Il en est de même de celle des jeux, quilles, boules, palets (la galoche bigoudène). On passe aussi chez le maréchal ferrant, visitant sa forge et le voyant ferrer un cheval. On voit le boulanger s’affairer dans son fournil. Toute notation, là encore, conforme aux préceptes maussiens. Ainsi les films sur Plozévet mettent-ils beaucoup l’accent sur la culture matérielle des Plozévétiens, et sur les gestes techniques qu’elle implique. Raison pour laquelle le cadreur les suit de leur début à leur fin, zoomant sur les mains pour montrer le savoir-faire, une technique du corps chère à Marcel Mauss.

Autre caractéristique, l’intérêt pour les rites, qu’il s’agissent des grands moments anthropologiques, naissance, mariage, mort, ou de ces coutumes de sociabilité qui accompagnent les labeurs ou la vie quotidienne. Ainsi, le film sur le bourg commence par un enterrement, pour se poursuivre par un baptême, puis un mariage. Et l’on suit la vie villageoise dans ces rythmes quotidiens, hebdomadaires (marchés) et annuels, avec ses fêtes religieuses (la Toussaint, le pardon la Trinité et  ses processions), et profanes (la kermesse de l’Amicale laïque, la course cycliste), ses lieux de labeurs (un atelier de fabrication de petits meubles bretons, une usine de conserverie) et de distractions (match de foot, jeux dans les villages). Dans la même veine, le film sur les pêcheurs s’achève avec l’inauguration de la statue de la Bigoudène au petit port de Pors Poulhan, scène qui couvre près du cinquième du film. Celui sur les paysans se déroule au rythme des saisons scandées par les travaux des champs. Il met en scène les anciens rites agraires christianisés comme les processions des rogations ou les offrandes de beurre à Saint Herbot, protecteur des bovins et pourvoyeur de bons produits laitiers. Mais, rien n’est dit du rôle de la Jeunesse agricole chrétienne (JAC) qui poussait à  la modernisation de l’agriculture. Et, le tracteur n’apparaissant à l’image qu’à la vingt-sixième minute du film et pour seulement onze seconde, l’agriculture contemporaine et ses problèmes ne sont qu’évoqués à la fin du reportage. Pendant quatre pauvres minutes, alors que la fabrication d’un collier à cheval en roseau s’étend, elle, sur plus de trois. Confection qui n’avait plus cours à l’époque.

Reconstitutions de scènes du passé

Là est sans doute une des marques les plus symptomatiques des films sur Plozévet : leur attachement aux aspects traditionnels de la société plozévétienne. S’ils coexistaient avec ceux de la modernisation en cours, ils étaient pourtant en voie de disparition rapide, voire totalement éteints.  Ainsi, le film sur les repas donne-t-il une place importante aux galettes de sarrasin, à la préparation des cochonnailles, ou à ce youd-ker’ch  (bouillie d’avoine) pris en commun. Si les galettes étaient toujours en vogue, elles ne constituaient pas la base de l’alimentation, et la cérémonie du cochon ne concernait que les paysans. Sans doute, on assiste à la préparation d’un pot-au-feu, on voit les élèves de l’école des filles apprendre à cuisiner, et, en voix off, le commentaire précise que les habitudes alimentaires sont en train de changer. Mais, sans développer ces nouvelles tendances. Quant au youd-ker’ch, certaines mimiques des protagonistes laissent  présager que la scène est jouée pour les besoins du film.

Car, il est vrai, on a proposé aux Plozévétiens de faire revivre certains des gestes de leur passé. De telles reconstitutions n’ont rien d’exceptionnelles dans la filmographie documentariste. Robert Flaherty s’y était employé, notamment dans L’Homme d’Aran, avec sa fameuse scène de la pêche au requin-pèlerin abandonnée depuis une soixantaine d’années. À Plozévet, on a demandé aux agriculteurs de reproduire la fenaison à l’ancienne, avec fauchage à la faux et repas apporté par les femmes, la moisson manuelle à la petite faucille et le battage au fléau. Toute technique qui n’était plus usitée, même si la moissonneuse-batteuse était peu répandue. Mais la faucheuse-lieuse et la batteuse animée par un tracteur étaient généralisées, les agriculteurs en étant dépourvus faisaient alors appel à l’entraide villageoise, ou  à un entrepreneur. La reconstitution la plus notable concerne le ramassage puis le brûlage des goémons par les habitants de Pors Poulhan, pratique abandonnée depuis une dizaine d’années, la fin du protectionnisme du marché de l’iode en 1955 ayant fait péricliter cette petite industrie locale. Par contre, on ne trouve aucune image de la cueillette de certaines algues pour l’industrie pharmaceutique ou les produits gélifiants, collecte toujours pratiquée aujourd’hui par certains aux grandes marées.

Une ethnographie de sauvegarde ?

Cet intérêt pour le passé ne peut surprendre. N’étant pas le fait des seuls ethnologues, à la même époque, il motive aussi des documentaristes comme Georges Rouquier, qui dès 1949 s’intéresse au monde paysan, ou Mario Ruspoli en 1961, et plus tard Jean-Claude Bringuier ou Raymond Depardon. Mais, chez les ethnologues c’est un souci constant. Au-delà de l’étude des cultures, ils entendent garder les traces de ce qui disparaît sous l’évolution des sociétés. D’où leur application à conserver des objets, à recueillir la culture orale, contes, mythes, chants, à photographier personnes, habitations, lieux, paysages, à filmer gestes et rites. Une préoccupation de sauvegarde du patrimoine culturel qui, en France, avait d’abord animé les folkloristes, puis, à partir de sa création en 1937, les chercheurs du Musée des Arts et Traditions Populaires, sa première grande enquête en 1938 concernant d’ailleurs la Bretagne bretonnante.

La RCP de Plozévet, une initiative du Musée de l’Homme, et, plus précisément, de son Centre de recherches anthropologiques (voué à l’anthropologie physique), n’avait pas vocation à promouvoir des études sur la culture traditionnelle. Un seul chercheur, Donatien Laurent, un des rares bretonnants (ils furent trois), fut chargé d’une étude sur la société traditionnelle et ses cycles de vie. Intermédiaire entre les chercheurs et la population bretonnante, il était aussi chargé de trouver les personnes acceptant d’être filmées dans leurs activités traditionnelles. Par ailleurs, il procédait au collectage de chants en breton, travail que nous ne retrouvons pas dans les productions cinématographiques. Celles-ci ne sont donc pas une sauvegarde systématique du passé, celui-ci étant toujours mis en contraste avec le présent. Aussi, la filmographie plozévétienne n’a pas la même facture que celle qui fut réalisée quelques années plus tard dans le cadre des RCP suivantes, notamment celle sur l’Aubrac. Impulsées par Georges-Henri Rivière et le Musée des ATP, le collectage, les enregistrements sonores, photographiques et filmiques y furent bien plus méthodiques. Et, pour ces derniers d’une construction très différente. Car, oeuvres d’un ethnologue-opérateur, Jean-Dominique Lajoux en était le seul réalisateur. Là où Roger Morillère ou Philippe Luzuy, l’un et l’autre habitués à travailler avec Jean Rouch, ne furent que des opérateurs sous l’autorité de Robert Gessain.

Goulien, le retour, un film de Christian Pelras

À l’opposé, seul sur son terrain de Goulien, Christian Pelras, armé d’une petite caméra super 8, tenait, au jour le jour, une sorte de carnet d’enquête filmé. Sans doute, ses préoccupations d’ethnologue n’étaient guère éloignées de celles que nous voyons à l’oeuvre dans les films plozévétiens. Il y est aussi question du rythme des saisons, de labeurs des champs, de rites agraires et religieux, de petits métiers ruraux, de gestes quotidiens. Sans doute, il n’avait pas l’expérience et la maîtrise technique d’un Roger Morillère habitué à des caméras plus performantes, aux façons de Jean Rouch, et étant reconnu par les cinéastes qui expérimentaient le cinéma direct. Mise au point à laquelle il avait, d’ailleurs, participé lors du moment fondateur de Chronique d’un été. Mais, Christian Pelras filmait ce qu’il étudiait et découvrait, et qui lui devenait familier. Et, cette caméra de proximité, parfois malhabile, révèle l’intimité d’un milieu rural se livrant sans apprêt ; témoignages d’une rare vérité. Ce qu’illustre un montage réalisé près de quarante ans après tournage par Philippe Choupeau pour la Cinémathèque de Bretagne1.

Bernard Paillard

Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Les Gens de Saint-Démet. Tous droits réservés.

Rendez-vous au cinquième épisode de ce feuilleton de l’été…

Épisode précédent


1 Christian Pelras, Goulien, le retour : Travaux, fêtes et saisons dans le Cap Sizun. Goulien 1962-1964, document vidéo, couleur, sonore (2 heures 50), réalisé à partir des films 8mm de l‘auteur déposés à la Cinémathèque de Bretagne ; réalisation technique, son et prises de vue complémentaires : Philippe Choupeaux ; musique, interprétation et compositions originales : Paul Rioual et Nicolas Denis. Cinémathèque de Bretagne, Brest.