La récolte du bein-youd (Chondrus crispus)

Avant, ils étaient nombreux sur l’estran les jours de grande marée, jeunes et plus vieux. Pour les premiers, c’était une façon de se faire un peu d’argent de poche. Pour les adultes, cela apportait un petit supplément améliorant l’ordinaire. Maintenant, c’est devenu une activité professionnelle. Il faut avoir une licence et être déclaré comme salarié de la société américaine Cargill. Et puis, on paie ses impôts sur une paye calculée selon un barème qui transforme le poids récolté en heures de travail. Maintenant, sur Plozévet, ils sont 7 à 8 récoltants déclarés. Rien à voir avec les ribanbelles qui s’affairaient sur les rochers les jours de gros coefficient. Mais, à propos, c’est quoi le bein-youd ?

Algues sur l’estran du Gored. À droite, le bein youd (Chondrus crispus), forme dite « verte »

En 1965, je n’avais jamais entendu parlé du bein-youd : ce n’était pas une activité pour les terriens à qui j’étais attachés. Et, lorsque quelqu’un avait signifié à Edgar Morin que si les jeunes du club des jeunes voulait de l’argent pour financer leurs activités, « ils n’avaient qu’à ramasser du goémon », au lieu d’organiser un bal, j’avais toujours imaginé qu’il s’agissait du varech ou de laminaires. Mais pas du Chondrus crispus, cette petite algue rouge que je connaissais pourtant bien. Elle figurait dans mon herbier d’algues, et je savais que sur certains rivages bretons, on en faisait une sorte de flan ou de confiture. De là à penser qu’on pouvait la cueillir pour la vendre…

En fait, ce n7est pas à Plozévet, mais par un coup de téléphone reçu en mon domicile mayennais, que j’ai su que, dans les années soixante, on ramassait le bein-youd ; un nom pour moi beaucoup difficile à prononcer et à retenir que Chondrus crispus. Mon interlocuteur, un Mayennais, me parla alors de ses vacances chez sa grand mère à Pors Poulhan. Et, pendant de longs moments nous avons évoqué la vie estivale du petit port, dont il avait gardé nostalgie. Pourquoi m’avait-il téléphoné, et comment m’avait-il connu ? Par mon blog personnel, où je rendais compte de mes activités professionnelles, des Rencontres régionales CNRS « Sciences & Citoyens », et des divers projets envisagés avec la commune.

Brûlage du goémon à Pors Poulhan. Extrait du film de Robert et Monique Gessain, Les pêcheurs de Pors Poulhan

J’avais été étonné d’apprendre qu’on ramassait le Chondrus. D’autant plus étonné  que dans le film de Robert et Monique Gessain sur Les pêcheurs de Pors Poulhan, il n’était nulle question du bein-Youd. La longue séquence qui concerne les algues est réservée au brûlage du goémon. En fait une scène reconstituée puisque cette activité avait périclité avec la fermeture de la dernière usine de traitement : depuis l’ouverture internationale du marché de l’iode en 1955, le nitrate de soude des mines chiliennes ayant eu raison des récoltes manuelles bretonnes.

Pourquoi avait-on préféré filmer une scène disparue plutôt que de s’intéresser à ce qui était encore d’actualité ? Il faut sans doute voir là une attitude d’ethnologues, assez partagée à l’époque des enquêtes1 : on entendait garder trace de ce qui était en voie de disparition ; une démarche conservatoire et patrimoniale devant le rouleau compresseur de la modernisation.

Mais, je m’étais demandé si les chercheurs avaient carrément fait l’impasse sur le bein youd. Difficile à savoir en l’absence des intéressés. En fait, ce n’est qu’en ayant contact téléphonique avec Solange Petit, qui vit maintenant aux États-unis, et après qu’elle m’eut envoyé son rapport dactylographié sur Pors Poulhan que j’en ai su un peu plus. Elle y parle bien du ben-yout, une activité qu’elle juge en voie de disparition. En fait, c’est celle qui reste.

Extrait du rapport de Solange Petit "Monographie de Poulhan, village de pêcheurs"
Extrait du rapport de Solange Petit "Monographie de Poulhan, village de pêcheurs"

À propos de bein youd, je me suis demandé comment orthographier cette dénomination locale en breton du Chondrus, car la graphie bretonne officielle est bien trop loin de l’expression orale locale. Qui, ici, comprendrait bezhin yod, pour  parler de cette bouillie d’algues ? Faut-il alors dire ben yout, comme l’orthographie Solange Petit, ou de bein youd, comme le préconise Gilles Goyat ? Nous avons pris le parti de ce dernier. Mais, cette petite querelle linguistique illustre bien les difficultés inhérentes à cette discipline dès que l’on veut rendre compte de l’oral par l’écrit, en l’absence d’un académisme contraignant, comme en français.

Pour en revenir à notre Chondrus, fort de l’information de mon Mayennais, je me suis demandé si l’on ramassait toujours le bein youd à Plozévet, une question d’abord posée à Guy Ansquer rencontré dans une des fameuses soirées  des Boulinerien. Bien sûr, et de me citer un nom que, sur l’instant, je n’avais pu retenir. À cette époque, si, avec Laure Welschen nous avions imaginé le projet de Plozarch, nous n’avions aucune certitude quant à son financement. Il était donc prématuré d’envisager quoi que ce soit, bien que mon souhait était de pouvoir rencontrer ces récoltants, de discuter avec eux et de filmer leur activité. Aussi, Plozarch assuré, nous avons mis à l’ordre du jour un projet autour des algues. Une petite équipe s’est formée, Christine Enfrin et Alain Ollivier  ont interviewé Joël Ansquer. Et, le jeudi 12 août, jour de grande marée d’un coefficient de 112, Christine Enfrin, Laure Welschen et moi avons pris la route pour Pors Poulhan, puis pour le Gored, camescopes au poing. Ce qui a donné un petit montage d’une dizaine de minutes qui prendra place dans un  projet filmique plus grand. Il concernera les changements intervenus sur la côte depuis les années soixante. Toute personne intéressée par un tel sujet peut rejoindre notre équipe. Prendre contact avec Laure Welschen à la mairie.

Christine Enfrin et Bernard Paillard, tournage au Gored.

Pour visionner un petit extrait du montage, cliquer  ici

Si on se projette dans l’avenir, la récolte du bein youd existera-t-elle encore dans 20 ans ? Certains sont assez pessimistes, jugeant cette collecte à la main peu concurrentielle, tel René Pérez dans son livre Ces algues qui nous entourent. Conception actuelle, rôle dans la biosphère, utilisation, culture, Éditions de l’Ifremer, 1997, 272 p. Selon lui, il deviendra bien plus rentable d’extraire les carraghénanes, ces produits au pouvoir gélifiant qui ont des tas d’applications et pas seulement dans l’alimentaire, à partir d’algues cultivées. En lisant ce livre, je me suis rendu compte combien nous avions de retard à combler, les pays asiatiques étant très en avance dans la culture des algues, une pratique  ancienne chez eux. Depuis très longtemps, ils ont su tirer partie de ces plantes marines qu’ils ont intégrées dans leur alimentation depuis des lustres, ce qui n’est pour nous que d’une utilisation encore très marginale et assez pittoresque.

Bernard Paillard

À SUIVRE…


1 Depuis, notamment en portant son regard sur les réalités hexagonales, l’ethnologie s’est émancipée de la définition qu’en donnait Jean Poirier en 1951 : « Science unitaire des comportements sociaux traditionnels dépendant ». Voir : Jean Poirier, Sur la définition de l’ethnologie. notes d’histoire et de méthodologie ethnologique.

Autres billets sur les algues :

À propos du brûlage du goémon : de la soude à l’iode : http://plozevet.hypotheses.org/2905

Sur WikiPlozarch, mise en ligne d’un projet de tournage sur les algues : http://plozevet.hypotheses.org/1155


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

2 réflexions sur « La récolte du bein-youd (Chondrus crispus) »

  1. Bonjour, Christine,
    Oui, il faut continuer sur les algues et sur les transformations des activités du littoral. On peut programmer une réunion pour faire un plan de travail. Avec Laure, nous avons pensé organiser une projection privée de la récolte du bein youd et du brûlage du goémon pour les personnes directement intéressées, les acteurs de ces deux montages. Ce serait une occasion de recueillir leurs critiques et commentaires, et d’examiner ensemble ce qu’il serait intéressant d’approfondir et de filmer.
    Bernard

  2. merci pour cet article, c’est un beau travail de synthèse, avec une mise en page agréable. Cela illustre bien la méthode Plozarch. J’espère qu’on pourra continuer ce travail autour des algues.

Les commentaires sont fermés.