Plozcorpus, dépôt d’un projet à l’Agence nationale de la recherche/2

Vers Plozcorpus 2

Habitué à des procédures antérieures à celles de l’Agence nationale de la recherche (ANR), demander des crédits à ce nouvel organisme était, pour moi, quelque chose d’assez perturbant, tant j’étais perdu face aux diverses formalités que tout projet devait, désormais, satisfaire. Non qu’avant, nous n’avions aucune contrainte. Mais, il me semble que nous pouvions plus facilement nous inscrire dans un programme à long terme en bricolant avec différentes sources de financement. Une certaine souplesse donc,  même s’il fallait parfois jouer les équilibristes, et se jouer des termes pour faire coïncider nos intérêts avec le cadre d’un l’appel à projet (1). Il est vrai aussi que nos démarches étaient plus personnelles, que nous avions beaucoup moins besoin d’aides techniques et que, chercheurs de « terrain », nos besoins essentiels étaient ceux des missions. Et nous avions pris l’habitude d’y vivre assez chichement.

C’est donc sans grande capacité d’expertise que je me mis en devoir d’étudier la suggestion que Stéphane Pouyllau fit à notre petit groupe au second semestre de 2010. Pourquoi ne pas déposer un projet « blanc » pour assurer la suite de Plozcorpus ?  Un projet « blanc » ; peu au courant des arcanes de l’ANR, je ne savais trop qu’en penser.

L’illusion d’un projet « blanc »

Proposer un projet « blanc », c’est-à-dire au thème totalement libre, pouvait paraître envisageable. Quoique, très vite, nous nous aperçûmes de deux problèmes. D’abord, il fallait mettre en avant, et principalement en avant, l’idée d’une recherche. Pas celle de constituer un corpus ; ce qui était pourtant l’objectif principal et le moteur de notre petite équipe. Celle-ci, composée de deux ingénieurs, d’une technicienne et de deux personnes sous contrat, était disqualifiée.  Il était donc capital de la renforcer par des chercheurs. Qu’il fallait encore intéresser, deuxième problème. Il apparut très vite qu’il nous était impossible de monter un programme de recherche suffisamment lourd pour justifier l’embauche de deux personnes non statutaires devant faire tout autre chose que de la recherche. Donc, exit du projet « blanc »…

Devant l’impossibilité de mener à bien le travail sur l’ensemble des archives, la solution de repli consistait à terminer le « corpus Morin ». D’ailleurs, c’est celui auquel je tenais le plus, et c’est celui qui avait enclenché tout le reste. Mais, pourquoi ce « corpus Morin » ?

À l’origine de Plozcorpus, le « corpus Morin »

Les archives de l’enquête de cette équipe qu’Edgar Morin avait engagée pour son enquête à Plozévet avaient été conservées au Centre d’études transdisciplinaires, sociologie, anthropologie, histoire (CETSAH, avatar du Centre d’étude des communications de masse créé par Georges Friedmann en 1961, devenu Centre Edgar Morin). Membre de ce laboratoire depuis mon entrée au CNRS en 1967, je surveillais d’un oeil jaloux ces cinq boites Cochard et ce carton à chaussures dans lequel se trouvait une centaine de bobinots d’entretiens, près de 300 heures. Je ne sais pas trop pourquoi je tenais à ce trésor, car je n’avais aucun projet en tête, excepté peut-être en ce qui concerne ces « archives sonores ». Je me promettais de les réécouter un jour. Peut-être avais-je aussi l’idée que ces sources me seraient utiles, s’il me venait la fantaisie de retourner à Plozévet. Un fantasme informulé, lié sans doute au sentiment d’une mission inachevée. Il me fit projeter plusieurs retours, jusqu’à l’organisation en 2002 des premières Rencontres régionales CNRS « Sciences et Citoyens » de Plozévet, troisième moment déclencheur(2) d’un retour à Plozévet et à ses enquêtes (3). En effet, à cette occasion, je me suis replongé dans ces sources pour réaliser un documentaire sonore sur le remembrement, thème sur lequel nous avions pas mal d’enregistrements. Équipé d’un magnétophone Uher, prêté par une amie puis acheté d’occasion, je réécoutais ces bandes, tout en reprenant les archives « papier », journaux d’enquête, entretiens dépouillés, etc. Et, doté d’un petit logiciel d’édition audio (4), je numérisais et montais ce qui m’intéressait ; une initiation au montage audio, avec nettoyage préalable de bandes parfois pleines de parasites. Ce qui me prit pas mal de temps. Mais cet apprentissage se révéla bien utile par la suite (5).

Tout en serait resté là sans un autre événement, le colloque de 2008. En effet, lors de sa préparation, Jean-François Simon, directeur du CRBC, m’avait informé de l’existence d’un projet autour des archives des SHS, le programme ARSHS (6), piloté par Serge Wolikow de l’Université de Dijon et par Bertrand Müller de l’Université de Genève (7). C’est en participant par la suite aux travaux de ce programme, que j’ai commencé à percevoir les implications d’une numérisation pérenne de ces  archives, depuis la nécessité de les inventorier, de les classer, de les documenter, jusqu’à l’obligation de respecter les bonnes normes, d’utiliser les bonnes techniques, bref, d’avoir les bonnes pratiques, comme l’enseignent certains guides. Ces excursions furent menées alors que le projet recevait ses premier financements de la MSHB et du TGE-Adonis. Au départ, tout se fit donc à tâtons, alors que le projet, embrassant l’ensemble des archives, avait dépassé mes premières intentions…

Or, je m’aperçus assez rapidement que les crédits accordés ne permettraient d’engager qu’une première phase de ce « Plozcorpus » (8), avec, d’une part, la numérisation des rapports et articles des enquêtes (9), d’autre part celle du « corpus Morin », textes et sons, le TGE-Adonis nous promettant l’aide nécessaire pour la réaliser en deux ans.

Terminer le « corpus Morin », un repli qui fait flop

En fait, cette perspective me satisfaisait, même si elle limitait l’ambition de Plozcorpus. Au moins, j’aurais sauvegardé les archives de l’enquête qui me tenait le plus à cœur, celle qui avait vu mes premiers pas dans la recherche et décidé de mon destin. Dégagé d’une perspective ambitieuse, je me voyais me centrer sur l’autre projet, Plozarch, cette recherche-action citoyenne, cette sorte d’incarnation de ce qui avait été imaginé en 1965 : faire participer les Plozévétiens à une recherche sur eux-mêmes. J’imaginais réaliser un document multimédia avec ces sources numérisées, et donner corps à un vieux projet filmique sur Plozévet. Directeur de recherche émérite ne pouvant me projeter dans le long terme institutionnel, je laissais donc la seconde phase de Plozcorpus à l’éventuelle initiative de détenteurs d’autres archives…

Dans un tel état d’esprit, au printemps 2010 je transmettais au TGE-Adonis le budget devant permettre de terminer le « corpus Morin ». Tandis que la mise en ligne du travail déjà accompli devait intervenir au début de l’automne, après plusieurs réunions de concertation avec l’instance technique que le TGE-Adonis avait  mise à notre disposition. Réunions reculées ou annulées sans autre explication. Des ajournements que nous n’avons commencé à comprendre que vers le mois d’octobre.

En fait, durant l’été, suite au départ de Yannick Maignien de son poste de direction, de nouvelles orientations du TGE-Adonis remettaient en cause le programme antérieur. Il n’était plus question de financer des projets comme le nôtre, comme d’ailleurs la majorité de ceux qui avaient été acceptés suite à l’appel à projet de 2009. Le budget, plus resserré, allait être consacré à structurer des « centres de ressources numériques », des CNR dédiés à aider techniquement des projets corpus ; mais, bien sûr, avec contrepartie financière. Un temps, j’ai rêvé que le nôtre pourrait bénéficier d’une sorte de transfert de fonds, les crédits pour terminer le « corpus Morin » pouvant être versés à un CNR, et non pas à nous. Une vue de l’esprit : à la fin de 2010 il fallut se rendre à l’évidence, la solution de repli avait fait flop.

Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Plozcorpus, dépôt d’un projet à l’Agence national de la recherche/2. Tous droits réservés.

La suite au prochain billet


(1) Mais, chaque fois que j’ai eu des financements pour développer une recherche sur plusieurs années, j’ai pu la mener en toute liberté, en la faisant progresser selon son propre rythme, et en l’adaptant en fonction des données recueillies, parfois totalement inattendues. Ainsi, lorsque le “Groupe de diagnostic”, fondé par Edgar Morin au Centre d’étude des communications de masse, s’était engagé dans une étude sur le complexe  industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer, notre projet entendait suivre les crises que cette création ex nihilo devait engendrer dans la région de Marseille-Fos-Étang de Berre. Le projet, écrit en 1971, prenait pour argent comptant les perspectives impressionnantes de développement tant industriel qu’urbain, qui devaient, étape après étape, bouleverser toute la région. Raison pour laquelle nous entendions étudier les réactions à ces transformations. En fait, comme beaucoup, nous n’avions pas imaginé qu’à peine trois années plus tard la crise pétrolière mettrait à mal ces virtualités. Mieux, elle révéla que le projet fosséen, pourtant paré des plus beaux atours de la prospective,  reposait sur des principes largement hypothétiques, voire répondaient à des mythes modernes.  Dès lors, il convenait de réorienter nos interrogations, certaines de celles qui avaient motivé notre projet reposaient sur des illusions (largement partagées). Ce qui se fit sans trop de difficultés. Mais, il n’est pas certain que les dispositifs actuels nous auraient permis de négocier ce virage pratiquement à 180 degrés… Voir : Bernard paillard, « La sociologie du présent », Communications 82, Edgar Morin, regards rapprochés , Paris, Seuil, 2007, pp. 11-48, disponible en ligne sur Persee(retour au texte)

(2) Le premier ayant été mon passage à Plozévet à l’occasion de la projection du film d’Ariel Nathan Retour à Plozévet (Vivement Lundi, 1999), le second étant ma collaboration à la préparation d’une manifestation à Plozévet organisée par la Mission interministérielle pour la commémoration de la loi de 1901 sur la liberté des associations. Voir la plaquette Les associations de la commune de Plozévet en 2001.(retour au texte)

3 Au préalable, je m’étais absorbé dans le journal d’enquête d’Edgar Morin, gros tapuscrit de plus de 400 pages que depuis plusieurs années je me promettais de publier. Un projet présenté aux Éditions Fayard, qui avaient éditées son livre Commune en France, la métamorphose de Plozévet, mais qui jugea que cette publication n’était pas de son ressort. Un projet proposé aux Éditions du CNRS, qui eut la même réaction. Un projet finalement accepté par les Éditions de l’Aube qui publia Journal de Plozévet, Bretagne 1965 en 2001, à l’occasion des quatre-vingts ans d’Edgar Morin. La préparation et l’annotation critique de cette édition me prirent près d’un an, période durant laquelle j’oubliais mes propres publications. Ce qui me valut d’être quelque peu tancé par la personne chargée d’évaluer mon travail. Celle-ci, jugeant mes publications au poids d’une bibliométrie tatillonne, estima que je ne pesais pas assez lourd. Il est vrai que comparé à elle, j’étais bien maigre. Mais, contrairement à elle, je ne demandais pas de cosigner des articles d’étudiants au prétexte que j’avais encadré leur travail…(retour au texte)

(4) Amadeus d’HairerSoft, petit couteau Suisse de l’édition audio, plus simple à manipuler que Pro Tools, pourtant acquis (version 4 « éducation », pour l’amateur que j’étais.(retour au texte)

(5) Fort de celui-ci, avant même d’avoir envisagé Plozcorpus, j’imaginais numériser petit à petit les 300 heures du lot, et garder ces fichiers AIFF sur un disque dur externe dédié. Si je mesurais le temps d’une telle opération, je n’avais aucune idée de ce qui était nécessaire pour rendre ce transfert pérenne. À l’époque, je pensais naïvement que numériser était suffisant, me figurant que les disques durs externes étaient éternels, que les formats de fichier, fixés une fois pour toutes, seraient toujours lisibles, et qu’il n’y avait même pas besoin de les documenter ; rappelons-nous que je ne savais pas ce qu’était une métadonnnée. Quant à numériser les archives papier, ne désirant pas perdre mon temps à scanner pendant des heures, je remettais cela à plus tard ; éventuellement.(retour au texte)

(6) Coordonné par la MSH de Dijon, il regroupait plusieurs partenaires : les MSH de Nanterre (MAE) et d’Aix-en-Provence (MMSH), le GIS Réseau national des MSH, la Direction des Archives de France (aujourd’hui Service Interministériel des Archives de France), le CNRS, la Conférence des Présidents d’Université et le Ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur. Un questionnaire avait été établi pour recenser les archives en possession des chercheurs ou des laboratoires. Un séminaire décentralisé, ayant pour objectif de favoriser les rencontres et le dialogue entre les professionnels de la documentation et des archives et les chercheurs, était organisé depuis 2007. J’y fus d’ailleurs convié à exposer le cas des archives de Plozévet.(retour au texte)

(7) Invités à notre colloque, l’un et l’autre insistèrent sur l’importance des archives. Un appel entendu par certains Plozévétiens qui envisageaient même que celles-ci fussent rétrocédées à la Commune. À ce propos, rappelons que le statut de ces archives, considérées comme des « archives publiques », exige que leur conservation soit du ressort de l’institution ad hoc, à savoir les Archives de France. Il ne pouvait donc pas être question de les rétrocéder à une Commune. Cependant, en ce qui concerne le statut, de la théorie à la réalité, il y a une marge. Le statut public des archives des chercheurs est loin d’être admis par la majorité d’entre eux. Beaucoup les considèrent comme des archives personnelles, donc « privées ». Quoi qu’il en soit, comme le note un billet du site « Archives de la Fondation Maison des sciences de l’Homme », il serait temps de « de faire le point sur les archives scientifiques en France, sur lesquelles demeure encore un voile de flou et d’opacité ». Propos que ne démentirait pas Bertrand Müller, qui, dans son blog, souligne « une autre difficulté des archives de chercheurs : leur dispersion dans les institutions de conservation », si le statut des « archives scientifiques ».(retour au texte)

(8) Un terme inspiré de la dénomination d’un projet exemplaire, « Criminocorpus ».(retour au texte)

(9) Réalisée en interne par Aurélie Hess-Miglioretti à la MSHB sur un scanneur multifeuilles prêté par le Centre d’études des littératures et langues anciennes et modernes (CELLAM) de l’Université de Rennes 2.(retour au texte)


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts