Archives de catégorie : L’évolution de l’habitat

L’habitat, de l’archive au terrain /3

Mardi 29 juin 2010, Jacqueline D. et Lilianne O. partent à la rencontre de Marie-Madeleine Ansquer à Pors Poulhan. La maison est située du côté de Plouhinec, dans le virage à droite après le bar « les Côtiers ». A 200 mètres de la mer et à mi chemin entre le bourg de Plozévet et celui de Plouhinec, la maison est à proximité du petit port de pêche de Pors Poulhan ; ancien port de pêche côtière devenu port de plaisance pour les retraités et les vacanciers. Aux dires de Marie-Madeleine, propriétaire actuelle, la maison daterait d’environ 1752.

Un peu d’histoire

Cette maison a appartenu à Monsieur Charles Ansquer, originaire du village de Kerruc en Plouhinec, décédé en 1956, époux de Marguerite Peuziat, originaire du village de Kervoueret en Plozévet, décédé en 1980. La maison a été louée jusqu’aux années 1970.  Les derniers locataires étaient : Guillaume Jannic de Plouhinec, décédé en 1978 et son épouse Henriette Bourdon, dite «tante Hiette», née à Confort, décédée en 1988. La maison a ensuite été rachetée dans les années 80 par Charles Ansquer (neveu de l’ancien propriétaire) décédé en 2009 et Marie-Madelaine Moalic, son épouse. C’est le désir de posséder «un bien patrimonial pour les enfants» et de réhabiliter le bâtiment qui a motivé cet achat. Après une dizaine d’années de travaux, la maison est devenue une location de vacances, inscrite aux Gîtes de France, de 1996 à 2009.

De nombreuses transformations

Au RDC on trouve une cuisine, un séjour, une salle d’eau, une chambre. Une terrasse a été aménagée au pignon sud grâce à la terre ramenée lors des travaux). A l’est, face à un grand jardin, la maison se prolonge par une véranda. Enfin, une mince bande de terrain borde la maison en façade. La maison a été rehaussée, on trouve au premier étage, deux chambres, une salle de bain et une mezzanine. La maison est dotée d’un chauffage électrique, d’un lave vaisselle, d’un lave-linge et d’un sèche linge. La maison devenue résidence secondaire depuis 2009, à la suite du décès de Monsieur Ansquer. La location saisonnière, très occasionnelle, demandait une charge de travail trop contraignante pour Madame Ansquer, seule et disposant d’une résidence principale. La propriétaire actuelle réfléchit actuellement au devenir de cette maison.

Et le moderne

Dans les années soixante, le modernisme c’était surtout le confort d’avoir les toilettes à l’intérieur de l’habitat et une salle de bain.  L’équipement ménager n’est alors pas évoqué. Actuellement, la notion de moderne semble difficile à définir «difficile à dire» : four à micro-ondes, salle de bain avec douche à jets, internet ; plus à priori, en fonction des désirs émis par les vacanciers que par les désirs personnels.

KD – LO